Stéphane Servant – Le Cœur des louves ***

2048x1536-fit_coeur-louves

Editeur : Rouergue – Date de parution : août 2013 – 541 pages

*

Alors que l’été touche à sa fin, Célia arrive seule dans la vieille maison de sa grand-mère, où elle attend que sa mère la rejoigne. Mère et fille se retrouvent dans ce petit village perdu au fond d’une vallée, entouré de montagnes couvertes de forêts, avec son lac Noir, aux eaux si sombres qu’elles ont fait naître de curieuses légendes. Leur retour fait resurgir de vieilles rumeurs sur la grand-mère ; on dit qu’elle était une sorcière. Dans ce genre de petit village, tout le monde se connaît, les langues – de vipère – se délient facilement et rien ne s’oublie.

A deux reprises, Célia est mise en garde : elle doit se tenir à l’écart du Moulin, où vivent Andréas et Alice, avec leur père alcoolique et violent, Thomas. Alice, c’est l’enfant solitaire aux yeux couleur de nuit avec qui Célia jouait – elle lui racontait que les marques qu’elle avait sur le corps, c’était les bêtes de la forêt qui les lui faisaient. Devant tant de mystère, et face à l’obscurité de son passé, Célia cherche des réponses.

IMG_2386

Un roman énigmatique, qui oscille de façon entêtante entre réel et fantastique… Les chapitres alternent le présent de Célia et le passé de Tina, la grand-mère. Un roman sublime et terrible, qui se déploie peu à peu, qui monte en puissance au fil des mots qui défilent, entre synesthésie et animalité.

L’atmosphère de ce petit pavé est envoûtante, empreinte de mystère – entre mensonges, trahisons et superstitions. Ce retour à l’état sauvage et ces légendes vieilles comme le monde m’ont beaucoup plu. C’est brut, poétique, sauvage. Je me suis délectée en plongeant dans ce roman de Stéphane Servant, dont l’univers m’a par moment rappelé celui de Carole Martinez.

***

« Un soir où les mots sont épuisés, elle réalise que dans chaque histoire se cache un mensonge, comme un serpent sous une pierre. Et c’est à ce moment-là, elle en est presque sûre, qu’elle cesse d’être une enfant. »

« Tous vivent avec le poids d’un rôle qui leur a été assigné. C’est comme une mauvaise pièce de théâtre où les acteurs ne pourraient jamais retrouver qui ils étaient, qui ils sont vraiment. Condamnés à être quelqu’un d’autre. A vivre à côté de leur vie. »

« Parce que nos cœurs blessés nous rendent plus sauvages que des animaux. Parce qu’un amour déçu tue plus sûrement que la haine. »

Publicités

Alice de Poncheville – Nous, les enfants sauvages ***

9782211221986-0-2703710

Éditeur : L’Ecole des loisirs – Date de parution : 2015 – 416 pages

*

Linka, sa petite sœur Oska et leur ami Milo vivent dans un orphelinat. Il y a vingt ans, un virus a touché le monde animal et les humains ont décidé d’éradiquer la moindre présence animale. Dans cette 16ème Maison des Enfants dirigée d’une main de fer par une directrice qui a des yeux partout et tient en horreur l’imagination, le quotidien des enfants est très encadré, ils n’ont que peu de marge de liberté. Linka a des envies d’évasion ; un jour qu’elle se balade sans permission, elle tombe sur un drôle d’animal qui l’intrigue… Elle ne peut s’empêcher de l’embarquer dans son cartable.

Aux côtés de cet animal qu’elle nomme Vive, et qui déploie ses ailes… tel un poisson des airs, avec un étrange sourire, Linka se sent étrangement plus forte, comme si Vive pouvait la réconforter, la comprendre instinctivement. Quelques jours plus tard, les enfants tombent sur un curieux personnages, l’énigmatique Docteur Fury, un vagabond qui prétend que Vive lui appartient.

Pour la fête des Échanges et des Dons, qui a lieu à Noël, les orphelins sont dispatchés dans des familles d’accueil. Linka se retrouve séparée de sa petite sœur. Elle va passer quelques jours dans un grand manoir avec Jonas Roumik, un vieux monsieur qui va lui apprendre bien des choses…

J’ai tout de suite aimé l’atmosphère de ce roman, entre légèreté et mystère diffus… Dans ce monde sans animaux, on s’attend à trouver du merveilleux à chaque coin de forêt. Une belle lecture jeunesse, une véritable ode à l’animalité et à l’imagination, qui mêle habilement fantastique et science-fiction… avec poésie.

Je vous invite à découvrir le billet tentateur de Bob et Jean-Michel

***

« Sans imagination, nous ne pourrions pas avancer car nous serions incapables de nous projeter dans l’avenir. »

« Les voir en vie, ces oies, mais si fragiles, tellement à la merci des humains…C’était comme un coup de poignard. C’est très fort de voir une autre forme de vie que la nôtre. C’est un grand mystère. »

« Au-dessus des immeubles, la lune prodiguait sa lumière. Elle saupoudrait ses rayons sur toute chose, les unifiant sous le même voile. Elle régnait, métamorphosant les voitures en animaux assoupis, les toits des immeubles en lacs miroitants. L’animé et l’inanimé se confondaient dans les yeux ensommeillés de Linka. La clarté lunaire s’imprimait en elle. Linka se sentit à la fois vivante et morte, d’une vie très calme et d’une mort très active. »

Bertrand Santini – Hugo de la nuit ***

9782246860259-001-x

Editeur : Grasset Jeunesse – Date de parution : avril 2016 – 224 pages

*

« Il aurait dû ressentir de la peur, de la terreur même, à planer au-dessus du monde dans les bras d’un fantôme. Hugo n’éprouvait pourtant qu’un sentiment d’abandon, tout au plus teinté d’une vague appréhension. »

Mais comment Hugo s’est-il retrouvé dans cette situation ? Sa mère est une célèbre romancière et son père un scientifique qui se passionne pour les plantes et la botanique. Ils possèdent le cimetière Dorveille. Un jour, on découvre qu’il abrite un puits de pétrole… La nouvelle se propage à toute allure et fait des envieux. Des gens mal intentionnés commencent à leur en vouloir. Par une chaude nuit d’été, après avoir plaisanté avec son oncle Oscar, Hugo descend à la cuisine et tombe sur un homme cagoulé…

Un roman très étrange, regorgeant d’humour et profondément poétique. Surprenant aussi, teinté de violence et qui fait preuve en même temps d’une grande douceur. Certains passages burlesques m’ont fait penser à l’univers de Tim Burton ou à celui de Lewis Carrol, on y rencontre de drôles de fantômes et d’inquiétants zombies. Un joli conte qui dévoile peu à peu son jeu, dont je ne peux rien révéler d’autre sous peine de vous en gâcher le plaisir !

Il suffit simplement de se laisser porter par l’écriture délicieuse de l’auteur, à la fois drôle et grave, sensible et percutante. Entre rêve et réalité, Bertrand Santini nous promène à travers une série de rebondissements et de révélations assez étonnantes.

Martin Page – Je suis un dragon ***

je suis un dragon

Éditeur : Robert Laffont – Date de parution : janvier 2015 – 283 pages

4ème de couverture : « Margot est une jeune orpheline timide et solitaire. Un jour, elle découvre sa véritable nature : elle est douée de capacités extraordinaires. Ces pouvoirs la terrifient, elle les dissimule jusqu’à ce qu’un événement tragique la contraigne à se dévoiler. On lui demande alors de mettre ses dons au service de l’humanité. Sa vie se partage désormais entre son quotidien de jeune fille espiègle et des missions d’une grande violence. Adulée et crainte, elle devient une icône. mais peut-on sauver le monde si l’on s’y sent étranger ? »

***

J’adore l’univers de Martin Page. Les pieds sur terre mais la tête dans les étoiles, il a une imagination folle et irrésistible! J’ai dévoré tous ses romans… Je ne pouvais donc pas passer à côté de celui-ci, écrit sous le pseudonyme-anagramme de « Pit Agarmen ».

Dans ce roman, l’auteur s’inspire de l’univers des super héros, en se réappropriant les codes du genre.
On fait la connaissance de Margot, jeune adolescente orpheline, qui se découvre invincible : personne ne peut la blesser, elle ne saigne jamais, n’est jamais malade, elle a une force surhumaine et elle vole.

Victime de harcèlement au collège, Margot tue par accident trois élèves dont elle était le souffre-douleur. Elle se retrouve placée sous la tutelle des services secrets français et américains qui décident de l’utiliser pour régler de nombreux problèmes humanitaires et politiques dans le monde. L’ONU ne tarde pas à vouloir également profiter de ses pouvoirs, elle devient en quelque sorte une arme de destruction massive nouvelle génération !

Aux yeux du monde entier, elle est Dragongirl et, vêtue de son costume et de son masque, elle sauve l’humanité. L’adolescente tente de se construire et de grandir avec le poids de son passé, ses pouvoirs extraordinaires, et la lourde tâche de sauver l’humanité… Ce qui n’est pas forcément évident lorsque l’on a quinze ans….

C’est avec énormément de plaisir que j’ai retrouvé l’écriture délicieuse de Martin Page, dans ce récit fantastique.

On découvre page après page un roman surprenant, savoureux et intelligent, parsemé de discrètes références littéraires, philosophiques, et poétiques, de Montaigne à Nietszche, en passant par Bashō… Un vrai régal. Et on découvre en Margot un personnage de super héros résolument féministe et terriblement attachant, qui trouve un exutoire dans la création.

« Comment une fille si normale pouvait être si anormale? »
« Quand elle s’élança dans les airs, il lui sembla non pas quitter la terre mais faire corps avec le monde. Difficile d’obéir aux lois humaines quand on a des capacités extraordinaires. »

« Elle allait ou elle désirait aller. Elle se promena en haut de l’Everest, elle s’assit sur les bords de l’Amazone à Belém, elle marcha parmi les troupeaux d’éléphants dans la savane, elle se promena à San Francisco. Le monde s’offrait à elle et elle avait faim. »

« – Tu ne vois pas que la magie est partout? Le simple fait que l’être humain existe est un miracle.
Pour qui la regarde avec précision, la nature est une magie perpétuelle. Xanadu regardait un oiseau voler, le soleil se lever, ses propres yeux dans un miroir, et ça l’émerveillait. La plupart des gens ne comprennent pas que le monde, les hommes, les animaux, les plantes, tout est surnaturel. On s’est habitué, on ne remarque plus le caractère insensé de la vie. »