Florence Hinckel – Renversante ***

71-YNqNq4XL

école des loisirs – février 2019 – 104 pages

*

Dans le monde de Léa et Tom, les rues et les établissements scolaires ont des noms de femmes célèbres et ce sont les hommes qui s’occupent des enfants et du ménage car « c’est bien connu, les hommes ont en moyenne une plus grande force physique que les femmes. Il paraît qu’ils ont aussi le cœur mieux accroché. Ça leur donne une plus grande capacité à supporter les trucs un peu dégueulasses et qui puent comme le caca et le vomi d’un bébé ou encore le nettoyage des sanitaires d’une maison. » En grammaire c’est le féminin qui l’emporte sur le masculin. Léa et Tom vivent dans une société matriarcale ; les femmes accèdent naturellement aux postes les plus importants et les hommes récoltent harcèlement de rue et compagnie.

C’est dans ce contexte que le papa de Léa lui demande d’observer le monde qui l’entoure et d’écrire sur la place des hommes et des femmes dans la société.

Avec un ton caustique, Florence Hinckel tourne en ridicule tous les préjugés et les pensées sexistes en donnant vie à ce monde parallèle où les rôles sont inversés entre les hommes et les femmes. Le sexisme et ses remarques deviennent grotesques. C’est drôle et excessif. Et ça produit son petit effet ! Un bouquin drôle et intelligent – une réflexion originale sur la place des femmes et des hommes dans la société – qui nous invite à changer de point de vue, et qu’il est nécessaire de glisser dans toutes les bibliothèques d’enfants et adolescents, histoire de réveiller les consciences le plus tôt possible.

***

« Est-ce que tout ce que l’on vit ne serait pas juste une question de point de vue ? Je ne savais plus bien, et ça m’a collé le vertige… »

Publicités

Amandine Dhée – La femme brouillon **

G01003_La_femme_brouillon.indd

Folio – novembre 2018 – 144 pages

*

Ce court roman nous offre le témoignage d’une jeune femme qui attend un enfant. Qui se retrouve enceinte sans vraiment s’y attendre. Et qui se sent complètement à côté de la plaque – « Moi je pourrais être mère, avoir un enfant ? » Quand certaines écoutent, émues aux larmes, les battements de cœur de leur bébé pendant la première échographie, cette femme pense à Alien.

Avant même de tomber enceinte et de devenir mère, la femme lézard – comme elle aime s’appeler – a en horreur cette image de la mère parfaite et pure. Devenir mère n’est pas le destin d’une femme et elle le revendique haut et fort. Elle n’a pas attendu la maternité pour donner un sens à sa vie.

La jeune femme raconte son quotidien de femme enceinte – transports, regards des autres, commentaires sexistes, déplacés – tout en s’attachant à déconstruire le mythe et les diktats de la mère parfaite. « Je décapite la mère parfaite qui menace en moi. » 

Un récit qui décomplexe énormément, au ton révolté et féministe, et aux réflexions souvent justes, que j’ai pris plaisir à lire et dans lequel je me suis reconnue, parfois.

Je n’ai cependant pas adhéré à tous ses propos, notamment lorsqu’elle aborde l’éducation bienveillante ; elle juge ce discours moralisant, comme si les parents qui adoptent et revendiquent l’éducation positive étaient des donneurs de leçons, des parents parfaits : alors que c’est tout le contraire, c’est une remise en question incessante, c’est dire « je suis imparfait mais j’essaye de faire au mieux »…

Quant aux mots de la fin, ils résonnent avec justesse et émotion. Elle m’émeut finalement cette femme lézard, cette femme brouillon qui tâtonne et tente de se faire une place dans le monde, comme nous toutes, comme nous tous.

***

« L’humanité commence avec un sourire, j’en suis témoin. À quel moment cette magie se perd-elle? Quand est-ce qu’on s’use des autres? »

« Je n’en reviens toujours pas d’être capable de vie »

Tenir jusqu’à l’aube ***

77968485_15085191

L’Arbalète Gallimard – juin 2018 – 192 pages

*

Le personnage principal de ce roman est une femme qui élève seule son enfant de moins de deux ans. On sent cette femme au bout du rouleau, au bord du gouffre. Graphiste en free lance, elle peine à joindre les deux bouts. Il y a les nuits sans sommeil, l’enfant à gérer sans moyen de garde.. Sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter… Et la solitude aussi ; elle traîne sur des forums de « mamans solos » et vit au rythme du quotidien que peu d’événements viennent briser, au sein de « leur huis clos, leur petit enfer quotidien ».

Elle espère un jour que le père finisse par se manifester. L’absence paternelle pèse sur leur relation. Alors pour souffler, pour s’extraire du carcan de mère modèle imposé par la société, elle se met à fuguer la nuit, quand l’enfant dort. Dix minutes puis une heure, deux heures… de plus en plus loin et de plus en plus longtemps. 

Cette mère au bord de la crise se met à jouer avec le temps et le feu. Comme la chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde… Cette métaphore qui revient comme une ritournelle entêtante tout au long du récit. J’ai aimé cette symbolique, cette métaphore filée de la petite chèvre de Monsieur Seguin, jusqu’à la fin…

Un récit empreint d’une tension latente jusqu’au dernier chapitre. Sournoisement, le drame se tisse et se fait désirer. La tristesse et la lassitude que cette femme ressent vis à vis de ce quotidien fusionnel avec son enfant sont palpables. Tout comme sa culpabilité, profonde.

Tenir jusqu’à l’aube – c’est ce que fera la petite chèvre blanche, courageuse, forte jusqu’au bout – est un roman terrible, qui dépeint sans fard le quotidien d’une maman seule et ses besoins d’échappées hors du quotidien, hors de sa réalité. Un roman qui dénonce aussi la pression extérieure et le regard des autres qui jugent, sans cesse, même sans avoir d’enfant – cette société tyrannique.

La fin surprenante : un coup au coeur, un coup de massue. 

***

« Elle était lasse, fatiguée de cette créature qu’elle avait créée de toutes pièces : la bonne mère. C’était sans doute dans ces moments-là que l’envie de fuir était la plus forte. Quand elle réalisait qu’elle ne supportait plus cet unique rôle où on la cantonnait désormais, dans un film dont elle avait manqué le début, et qu’elle traversait en figurante. C’était alors que les fugues s’imposaient, comme une respiration, un entêtement. »

Parinoush Saniee – La Voix cachée ***

9782757856468

Éditeur : Points – Date de parution : janvier 2018 – 288 pages

*

À quatre ans, Shahaad ne parle toujours pas. Alors tout le monde pense qu’il est attardé, gogole… autrement dit débile. Pour sa famille et pour ses proches, cet enfant n’est pas normal. Les surnoms et les moqueries pleuvent sur lui sans qu’il s’en rende vraiment compte. Shahaad est un enfant plein de joie de vivre, naïf, qui prend plaisir à rendre heureux ses cousins. Mais c’est surtout une âme solitaire ; il aime jouer et parler avec ses amis imaginaires, Asi et Babi.

Et puis, l’enfant finit par se rendre compte que tout le monde se moque de lui. Ce jour là, le monde autour de lui s’effondre et la colère s’empare de son cœur, l’embrase.

La voix cachée est un roman sensible et poétique qui délivre l’histoire d’une famille aux multiples paradoxes. A travers les voix du fils et de la mère, le récit évoque également le quotidien en Iran ; la police des mœurs, les relations amoureuses interdites hors mariage, le climat de tension qui règne…

Un roman émouvant et juste qui met l’accent sur l’écoute, l’importance de la bienveillance et de l’amour pour s’épanouir et grandir au sein d’une famille…

Elitza Gueorguieva – Les cosmonautes ne font que passer ***

téléchargement

Éditeur : Folio – Date de parution : juin 2018 – 192 pages

*

Ce court roman dirigé par la deuxième personne du singulier met en scène une enfant bulgare de sept ans qui se passionne pour la « conquête spéciale » et Iouri Gargarine. Son rêve : être cosmonaute. Elle se prépare pour cette mission secrète : pourquoi ce métier serait-il réservé seulement aux garçons ?! Quel est ce monde absurde où les petites filles devraient forcément se tenir sagement à carreaux ? … Le « tu » nous délivre le quotidien de cette enfant ; sa mère qui fume des dizaines de clopes par jour pour maintenir à distance son angoisse ; Constantza, cette gamine qui la suit partout et qui par devenir sa meilleure amie, forcée par le destin ; son grand-père communiste – un vrai de vrai – dont elle est si fière ; sans oublier Joki, son chien, son fidèle assistant dans sa mission secrète.

Elle grandit, passant de l’enfance à l’adolescence, de Iouri Gargarine à Kurt Cobain, de la dictature de la fin des années 1980 au post-communisme. La petite histoire se mêle à la grande. Et l’on finit par s’attacher à cette voix d’enfant à la fois naïve et ironique – une naïveté qui crée l’ironie. Au fil des chapitres brefs aux drôles de titres qui s’enchaînent, le ton truculent devient savoureux. Une lecture fraîche, drôle mais aussi touchante.

Audrey Poussier – Tout le monde dort ? ***

1540-1

Éditeur : école des loisirs – mai 2018

*

Au moment de se coucher, Antoine ne peut s’empêcher de poser une foule de questions à sa maman, comme pour retarder l’heure de s’endormir et d’éteindre la lumière… Il se demande si tout le monde dort : « Même le soleil ? Même la Lune ? » Hé oui, on apprend que même le soleil et la Lune vont se coucher et dorment, comme tout le monde ; le soleil a même un super pyjama noir et rond qu’il enfile à la fin de la journée ! Et la Lune possède une jolie couverture noire dont elle se couvre et se découvre au fil des nuits…

index

Tout le monde dort ? est un très bel album remplit de poésie, d’humour et de douceur, à lire avec son petit bout de chou pour le rituel du soir. Franchement, je ne me lasse pas de cet album, c’est la mignonitude incarnée, il fourmille de petits détails à croquer ! Et en plus, Antoine a une magnifique veilleuse en forme de chat ; alors à chaque page que l’on tourne, Kamilichat crie « Chat », toute contente.

5d2c9188f23c53c17b7c9cb1e2a37dc6

Paulette Jiles – Des nouvelles du monde ****

51oXhMBrUML._SX195_

Collection Quai Voltaire – La Table Ronde – mai 2018 – 240 pages

*

Hiver 1970, Texas. Le capitaine Kidd voyage en solitaire de ville en ville pour lire à voix haute les actualités – de préférence des nouvelles lointaines du monde – devant des assemblées dans des églises et salles de réunion.

Après une de ses lectures à Wichita Falls, le capitaine est chargé de ramener Johanna Leonberger à sa famille, près de San Antonio. Il fait la connaissance de cette enfant de dix ans, chétive et farouche, aux cheveux couleur caramel et aux étranges yeux bleus, vêtue comme une Indienne. Enlevée par des indiens Kiowas à l’âge de six ans, la fillette au regard de poupée de porcelaine se prend pour une indienne ; elle a appris leurs façons d’être, de vivre et leur langage… Le vieil homme et l’enfant vont apprendre à se connaître et à s’apprivoiser tout au long de leur périple qui sera semé d’embûches…

Un roman sublime qui nous propulse dans le temps ; nous parcourons avec Cho-Ena et Kepten les plaines plus ou moins sauvages du Texas à la fin du XIXème siècle, en proie aux conflits avec les tribus indiennes. Un western au rythme palpitant et aux personnages forts et attachants. Coup de ❤ !