Marie-Aude Murail – Miss Charity ****

71KxUUB-qnL

Éditeur : l’école des loisirs – Date de parution : 2008 – pages

*

Nous sommes à la fin du XIXème siècle en Angleterre. Charity est une enfant débordante de curiosité envers le monde, assoiffée de paroles et d’échanges. Sa personnalité se heurte bien souvent aux carcans de la société anglaise des années 1880, tirée à quatre épingles, dans laquelle une petite fille ça doit se taire et ne pas trop se montrer. Sa mère la vouvoie et lui parle rarement sauf pour l’interroger sur sa connaissance du Guide spirituel du jeune enfant et lui demander de l’accompagner à l’église ; elle n’a jamais regardé son père dans les yeux ; quant à sa bonne Tabitha, qui ne cesse de lui dire qu’elle est mauvaise et possédée par le démon, elle lui raconte des histoires d’horreur juste avant de dormir…

Charity est drôle et attachante. Malgré son univers morose et sa solitude, elle garde sa joie de vivre. A l’âge de cinq ans, elle se découvre une passion pour les animaux : elle les recueille, les soigne, s’essaye à quelques expérimentations scientifiques, reconstituent des squelettes de loir… Rats, escargots, lapins, oisillons, poussins, souris… Charity recueille la moindre petite bête en détresse.

Elle apprend à lire en volant des livres dans la bibliothèque de son père ; se met à apprendre par coeur Hamlet, à en déclamer des passages entiers devant son rat Julius et son lapin Peter, à qui elle apprend des tours. Son corbeau Petruchio se mettra à réciter certaines répliques de Shakespeare.

Avec Mademoiselle Blanche sa gouvernante, Charity apprend l’aquarelle ; une véritable révélation de couleurs. Elle se met à peindre ses animaux, puis à inventer des histoires les mettant en scène.

Avec cette biographie romancée de Beatrix Potter, Marie-Aude Murail nous offre un roman savoureux, au ton éminemment caustique, avec des dialogues mis en scène comme au théatre ; un roman qui dépeint à merveille la condition féminine de l’époque. On y croise Oscar Wilde et Bernard Shaw. C’est délicieusement drôle, plein d’esprit et attachant. Bref, une petite merveille, un coup de ❤ !

IMG_2972

Publicités

Jurô Taniguchi – La Forêt millénaire ***

la-foret-millenaire-rue-de-sevre

Éditeur : Rue de Sèvre – Date de parution : septembre 2017 – 72 pages

*

À la suite d’un violent séisme dans la région de San’in, une faille s’ouvre dans la terre, d’où se met à jaillir une forêt jusqu’alors demeurée cachée…

Après le divorce de ses parents, Wataru Yamanobé arrive dans le petit village de Kaminobe où il est recueilli par ses grands-parents maternels. Sa mère tombe malade de chagrin après le départ du père et n’est plus en mesure de s’occuper de Wataru. L’enfant doit prendre ses marques : une nouvelle école, de nouveaux amis à se faire. Pendant les cours, Wataru ne parvient pas à se concentrer : il entend comme des murmures, en provenance de la forêt, des arbres… C’est comme s’il entendait la voix de la nature, des animaux.

IMG_2997

Ce roman graphique en couleurs, à mi-chemin entre la bande dessinée et le manga – demeure inachevé… Jurô Taniguchi nous a quitté en février dernier et cette oeuvre était un des derniers projets qui lui tenait à coeur ; rongé par la maladie, il gardait l’espoir de la terminer à temps.

En tenant entre les mains cet album posthume, on mesure l’ampleur de la perte d’un tel créateur. L’histoire possède tellement de force dès les premières images. Taniguchi développe les thèmes qui lui ont toujours été chers : l’importance des relations harmonieuses entre l’homme et la nature, le respect de l’environnement. Un récit empreint de nostalgie et de poésie, qui captive dès les premières images ; l’utilisation de la couleur est saisissante.

IMG_2996

Une édition sublime, qui comporte également un dossier analytique et des dessins en rapport avec le récit. J’ai désormais envie de relire Quartier lointain et L’Homme qui marche… et de découvrir ses autres récits.

Julien Delmaire – Minuit, Montmartre **

9782246813156-001-T

Éditeur : Grasset – Date de parution : septembre 2017 – 224 pages

*

Ce nouveau roman de Julien Delmaire nous plonge dans le Montmartre du début du XXème siècle, à l’aube de la guerre ; à cette époque, César Van Hove, l’allumeur de réverbères, a encore du travail, mais plus pour longtemps. Théophile Alexandre Steinlen, le dessinateur du Chat noir, est désormais un vieil homme qui ne peint plus que des chats dans son petit atelier de la rue Caulaincourt.

Vaillant, son petit félin souple et intelligent, aime flâner dans les ruelles de la Butte ; un matin il remarque une jeune africaine – avec ces cicatrices comme des coups de canifs sur les joues – qui erre dans les rues. Quelques jours plus tard, Masseïda frappe à la porte de l’atelier du peintre. La jeune femme devient son modèle ; ensemble ils ressuscitent l’ardeur créatrice du peintre vieillissant.

Les mots de l’auteur dansent, sensuels et poétiques. La plume de Julien Delmaire magnifie la langue française ; il parvient à ressusciter les couleurs et l’atmosphère de l’époque. J’ai pris plaisir à faire ce voyage dans le temps, à déambuler dans ce Paris ancien ; ce Montmartre des peintres et des buveurs d’absinthe.

Découvrez l’avis de Mokamilla.

***

« Son corps chanta les mornes, les fruits que déchiraient les dents d’un négrillon, cette ville que la cendre avait couverte de solitude, la torréfaction des heures, les marchés de viandes lasses, de viandes outragées. La cale, les chaînes, la mer qui supplie, ahane, la mer qui rugit et bave sa vaillance.. »

Jörg Mühle – Au bain, Petit Lapin ! ****

IMG_3008

Éditeur : l’école des loisirs – Collection Pastel – Date de parution : septembre 2017

*

Nous avions déjà fait la rencontre de Petit Lapin dans l’album Au lit, Petit Lapin ! qui m’avait fait complètement craquer ; il s’agissait de mettre au lit notre petit héros, de le border… une lecture terriblement mignonne, juste avant de se coucher. Avec ce nouvel opus, nous donnons le bain à Petit Lapin. Au fil des pages, le livre invite le petit lecteur à participer, l’interpelle et le convoque.

FullSizeRender

Je suis complètement fan de ce genre de livre qui permet à l’enfant de prendre véritablement part à la lecture ; la lecture en devient active et ludique. Et le Petit Lapin est juste adorable, on ne peut que craquer pour cette frimousse tout mignonne !

IMG_3010

Un livre à tapoter, à souffler, à lire et relire – avant ou après le bain, à aimer…

Paolo Cognetti – Le garçon sauvage **

9782264070081

Éditeur : 10-18 – Date de parution : août 2017 – 144 pages

*

Tourner le dos à la civilisation. Après un hiver difficile et un avenir qui se dessine de façon incertaine, le narrateur en a un ardent désir. Les livres lui tombent des mains et il ne parvient plus à écrire ; il se sent comme une coquille vide. Il décide alors de se retirer dans la montagne, pour lui symbole de liberté absolue. Il se trouve une baita dans les Alpes, à l’écart du monde, en pleine nature ; des pâturages à perte de vue. Il emporte de quoi lire et écrire. Sa solitude se peuple d’insomnies, d’angoisses, d’illusions, d’euphories. Lui qui désirait tant cette solitude sauvage, se met à saisir la moindre rencontre pour nouer des liens avec ses voisins.

Les mots de Thoreau, Muir, Primo Levi, Rigoni Stern et la poésie d’Antonia Pozzi lui tiennent compagnie et l’inspirent, lui offrant matière à réfléchir sur la nature, son besoin de solitude.

Le narrateur ne semble pas savoir lui-même pourquoi il a besoin de se retrouver en pleine nature. Cherche-t-il à changer, à faire peau neuve, à devenir un autre?

Une lecture que j’ai trouvée trop brève ; je n’ai pas eu le temps de m’imprégner vraiment de l’atmosphère de ce récit, j’en attendais davantage. Un livre qui m’a filé entre les doigts et m’a laissée sur ma faim, malgré la beauté des citations et des paysages.

Luca Di Fulvio – Les Enfants de Venise ***

CVT_Les-enfants-de-Venise_2465

Éditeur : Slatkine & Cie – Date de parution : mai 2017 – 736 pages

*

Avec Les Enfants de Venise, Luca Di Fulvio nous offre une belle fresque historique ; nous nous retrouvons plongé au cœur du XVIème siècle, en pleine Renaissance italienne. Nous sommes en 1515 – à cette époque, les Juifs sont considérés comme des suppôts de Satan, ils ont la réputation terrible d’apporter le malheur. Dans toute l’Italie, la loi les oblige à porter un bonnet jaune, ce qui leur permet d’être identifiés par les autorités.

Dans ce roman foisonnant de presque 800 pages, nous suivons un petit groupe de personnages saisissants et attachants, qui vont tous se retrouver dans la même ville, celle de Venise – interdite d’accès aux étrangers en temps de guerre…

***Il y a Isacco – médecin juif sans diplôme et ex-arnaqueur – et sa fille Giudetta, en quête d’une nouvelle vie qu’ils désirent possible à Venise ; sur leur chemin, ils rencontrent une troupe de soldats de retour de la bataille de Marignan.

*******Il y a Mercurio, Benedetta et Zolfo, ces enfants perdus, orphelins, voleurs, vivant dans les égouts de Rome et obligés de fuir à la suite d’une mauvaise rencontre.

***********Et il y a Shimon Baruch, ce juif épris de vengeance – blessé à la gorge par Mercurio et laissé pour mort – qui part sur leurs traces.

Ce roman m’a fasciné, de la première à la dernière page… On dévore à la fois une histoire d’amour entre deux enfants que tout sépare – l’un Chrétien, l’autre Juive, un roman historique et un roman d’aventure. Luca Di Fulvio dépeint à merveille cette époque de l’histoire italienne, son climat social, ses mœurs, ses excès – fanatisme, chasse aux sorcières, conflits entre Juifs et Chrétiens – mais aussi ses couleurs et ses odeurs…! Page après page, on s’y croit vraiment.

Merci aux éditions Slatkine & Cie pour cette lecture.

 

Rita Falk – Très vite ou jamais ***

9782210962736-g

Éditeur : Magnard Jeunesse – avril 2016 – 224 pages

*

Lorsque l’on tombe dans le coma, soit l’on en sort très vite, soit jamais… Ce sont les mots que Jan entend, lorsque Nils, son ami d’enfance, se retrouve dans le coma à la suite d’un accident de moto à l’âge de vingt-et-un ans – à cet âge-là, on est censé avoir la vie devant soi… Alors, chaque jour, Jan se rend au chevet de son ami et lui parle. Il va également se mettre à lui écrire des lettres, qu’il projette de lui faire lire à son réveil.

Dans ses lettres, Jan raconte son quotidien au Nid de coucous, l’hôpital psychiatre dans lequel il travaille, sa petite routine, la vie qui continue. Les mots de Jan sont teintés d’une bonne dose d’auto-dérision et d’humour, sans pour autant nuire à l’émotion du lecteur. On se prend peu à peu d’affection pour ce personnage qui garde espoir malgré tout et qui reste fidèle à son ami, alors même que ses proches semblent se déchirer et venir de moins en moins. Un roman jeunesse écrit avec simplicité dont la fin est prévisible, mais qui m’a faire sourire et m’a touché. *Mention spéciale pour le personnage de Sœur Barbara, extra !

Merci à Claire, du blog La tête en Claire, pour m’avoir fait découvrir ce roman !