Eric Pessan & Patricia Cartereau – La Hante ***

arton25

Éditeur : L’Atelier contemporain – Date de parution : 2015 – 145 pages

*

La Hante est un recueil de textes sur le thème la chasse et l’imaginaire qui se déploie dans son sillage, les fantasmes qui lui sont associés – cette magie du sauvage. Eric Pessan puise son inspiration dans les récits mythologiques, Ovide, les contes et légendes et traduit à merveille l’univers bestial, la forêt, ses mystères et sa sauvagerie.

La forêt nous apparaît d’ailleurs comme un personnage à part entière. L’instant d’avant enchanteresse, l’instant suivant dangereuse. Elle demeure insaisissable.

La hante-1

Dans ces récits, on croise un homme qui se réveille dans la peau d’un gibier – « Tu t’es endormi homme, tu t’es réveillé gibier. » – un autre qui craque en pleine forêt. Il y a ceux qui se perdent dans cette forêt devenue comme « une langue étrangère » ou « une longue phrase qu’ils ne savent pas lire. » Et cette enfance qui transgresse les règles ; car la chasse c’est ce domaine réservé aux adultes, qui intrigue les enfants et les pousse à la transgression.

L’auteur explore le point de vue humain, mais aussi animal ; nous nous retrouvons ainsi dans la peau et la tête d’un sanglier ; sentant son cœur battre, le sang pulser dans ses veines.

La hante-2

Un recueil de textes plus ou moins brefs servis par une plume à la fois poétique et sensuelle où le sauvage et la liberté l’emportent toujours. Les illustrations à l’encre de Patricia Cartereau viennent épouser et sublimer les mots d’Eric Pessan. Dégageant quelque chose de magnétique, elles suggèrent la métamorphose et donnent naissance au surnaturel.

Lu dans le cadre d’une masse critique Babelio.

masse-critique-babelio

Publicités

Jean-Baptiste Andrea – Ma Reine ****

CVT_Ma-reine_1770

Éditeur : L’Iconoclaste – Date de parution : août 2017 – 221 pages

*

L’été 1965 s’installe dans la Vallée de l’Asse, en Provence. Shell a douze ans et des parents rabat-joie qui tiennent la station service du coin. Shell n’est pas un enfant comme les autres ; solitaire et retardé, il ne va plus à l’école. Le médecin dit que son cerveau a cessé de grandir. Shell sait juste qu’il a beaucoup de larmes, que le temps qui passe est incompréhensible et que les lettres se mettent à danser devant ses yeux lorsqu’il tente de lire.

Un jour, il décide de partir à la guerre, pour prouver à tous qu’il est un homme, un vrai. Il se retrouve sur le plateau qui surplombe la Vallée et nulle guerre à l’horizon. Seulement une fille – Viviane – aux yeux plein de colère et aux mèches blondes ensauvagées. Viviane devient sa Reine ; pour la garder auprès de lui, Shell est prêt à toutes les folies qu’elle lui propose. Par le jeu et les mots de sa Reine, la réalité se métamorphose, l’impossible devient possible, le merveilleux remplace un réel souvent cruel et décevant.

Un conte aux éclats d’enfance, dont la langue poétique et lancinante m’a émue aux larmes. Je me suis attachée à Shell – simple d’esprit et grand sensible – et à Viviane, cette enfant brisée. Pour reprendre les mots de la quatrième de couverture, ce livre est « une ode à la liberté, à l’imaginaire et à la différence ».

Un roman puissant que je ne suis pas prête d’oublier – ❤

De nombreux billets sur la blogosphère, dont ceux de Lilylit & Fanny.

La page Facebook du roman.

***

« Mais j’avais une reine, je savais déjà que je ferais tout pour elle, pas parce que j’avais juré mais parce que j’en avais envie, et j’ai pensé que c’était peut-être ça, être un héros : faire des choses qu’on n’est pas obligé de faire. »

« J’ai allumé assez de bougies pour chasser la nuit du plateau entier. J’avais mille ans, j’étais vieux comme les pierres et les petites flammes brillaient partout, il n’y avait pas assez de place dans l’univers pour les faire tenir. Je les ai toutes soufflées et la nuit est revenue. »

Anne-Laure Bondoux – Tant que nous sommes vivants ****

71JEV7wuUvL

Éditeur : Gallimard Jeunesse – Date de parution : 2014 – 297 pages

*

« Tu crois qu’il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ? »

L’ombre et la lumière, le bruit et le silence. L’un révèle l’autre… Bo et Hama se rencontrent à l’Usine où ils travaillent tous deux à la fabrication de machines de guerre. Hama travaille la nuit quand Bo travaille le jour. Bo se lève à l’aube quand Hama se lève au crépuscule. À la relève du matin, ils échangent leurs postes ; ils se tombent dans les bras puis tombent amoureux. Ils ne se retrouvent que le dimanche pour vivre pleinement leur amour. « Ils vivaient à l’envers l’un de l’autre, pendant que l’Usine fonctionnait sans interruption, avalant des tonnes de métal… »

Certaines nuits, le sommeil se fait désirer pour Bo qui se dirige alors vers Le Castor Blagueur, le cabaret de Titine-Grosses-Pattes où les spectacles et tours de magie s’enchaînent. Un matin, Bo n’entend pas son réveil. Un matin, l’Usine vole en éclats.

Dès les premières pages, j’ai su que je tenais une pépite entre mes mains… La langue poétique d’Anne-Laure Bondoux m’a tout de suite hypnotisée.

Quel talent de conteuse ! Sous sa plume, tout un monde prend vie : La Tsarine, le vieux Melkior et ses prédictions, le théâtre d’ombres, ces petits êtres au teint d’endive cuite portant des noms de nombres, qui vivent dans le Bas… L’écriture de Bondoux est soyeuse et poétique, en quelques mots nous basculons dans un monde unique. Un roman inoubliable sur l’amour et la perte.

***

« Bo avait vu le jour dans une région sauvage, hérissée de forêts. Un pays d’herbes noires que le vent rabat sur la prairie. Où les fleuves servent de routes. Où les lacs suivent en tremblant la course des nuages. Une terre tatouée par les sabots des troupeaux, figée sous la glace de l’hiver et que chaque printemps éventre en milliers de ruisseaux. »

« Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps bénis où nous étions les maîtres de notre destin. Puis, sans que nous sachions pourquoi, tout cela nous avait échappé, et seule l’Usine était restée. »

« Vers quoi allions-nous ? Je n’en avais qu’une idée vague. Vers nous-mêmes, probablement, comme tous les voyageurs. (…) Devant nous s’étendait la steppe, inexplorée, sauvage. Mais nous étions deux enfants blessés et amoureux : rien ne pouvait nous résister. »

C.S. Lewis – Les Chroniques de Narnia – Tome 1 : Le Neveu du Magicien ***

Le_neveu_du_Magicien

Éditeur : Folio Junior – Date de parution : 2005 – 210 pages

*

J’avais laissé quelque peu en plan ma participation au challenge des 100 livres ces derniers temps…! Mais je me reprends, avec le premier tome des Chroniques de Narnia… Qui date de 1955, c’est drôle, j’imaginais cette saga beaucoup plus récente !

Polly Plummer trouve que la vie est bien morne et grise à Londres, et elle a tendance à s’ennuyer ferme. Mais un jour, elle fait la connaissance de son nouveau voisin Digory, qui vit avec sa mère gravement malade chez un vieil oncle au comportement très étrange et au regard inquiétant. Cherchant à percer le mystère d’une maison vide, en passant par un tunnel dans les combles, les deux enfants se retrouvent dans le cabinet de travail interdit de l’oncle Andrew… Il va leur faire essayer à chacun une bague magique qui les enverra dans un autre monde

Comme avant de plonger dans l’univers de La Passe-Miroir, j’avoue avoir eu quelques réticences bien vite été balayées ! Guidée par la voix d’un narrateur qui aime souvent s’adresser au lecteur et prendre certaines libertés dans la narration des événements, j’ai découvert la plume de C.S. Lewis et je me suis laissée emporter.

Polly et Digory – enfants un peu trop ordinaires auxquels je n’ai pas réussi à m’attacher – vont faire des rencontres tout à fait extra-ordinaires : la Reine Jadis, le Lion Aslan qui chante et fait naître, par son chant, une nature luxuriante et des étoiles dans le ciel… Qui donne vie à tout un monde, où les animaux sont doués de paroles…

Un monde empreint de magie, et d’inventions, de créatures issues d’un imaginaire délicieusement débridé – sur la terre de Narnia, les enfants plantent un caramel dans la terre et pendant la nuit il pousse un arbre à caramels… Un monde qui m’a rappelé l’univers des contes – avec des notions de transgressions, de conditions à respecter et de missions à réaliser, comme sous la forme d’un apprentissage, d’un cheminement. Les héros ont des missions à accomplir et un destin à choisir.

Un roman intelligent qui, s’il semble léger au début, met cependant en relief un certain nombre de réflexions sur les êtres humains, la terre et leur destinle mal… C’est un roman jeunesse qui est loin d’être ordinaire et vide de sens – l’intrigue est riche d’interprétations, de références symboliques et religieuses, notamment à travers le discours et les mises en garde du Lion.

C’est un récit qui m’a fascinée et émue tout à la fois. L’auteur déploie une poésie de l’imaginaire terriblement séduisante et je me suis laissée envoûter par la voix du narrateur. Une lecture que j’ai terminée avec le sourire aux lèvres et l’envie de découvrir les autres tomes…!

***

« C’est une histoire qui s’est passée il y a très longtemps, à l’époque où votre grand-père était un petit garçon. Une histoire très importante car c’est elle qui permet de comprendre comment les échanges entre notre monde et le pays de Narnia ont commencé. »

« Vous savez ce que c’est quand vous commencez à croire à ce que vous espérez du fond du cœur, vous luttez contre cet espoir, car ce serait trop beau pour être vrai ; vous avez déjà été si souvent déçu… »

« Le Lion ouvrit la gueule mais nul son n’en sortit ; il exhala un long souffle tiède qui fit vaciller les bêtes comme le vent fait frissonner une rangée d’arbres. Beaucoup plus haut, au-delà du voile de ciel bleu qui les cachait, les étoiles recommencèrent à chanter, un chant épuré, froid, aride. »

Livre lu dans le cadre du Challenge des 100 livres !

8 / 71

Les 100 livres

Timothée de Fombelle – Victoria rêve ****

victoria rêve

 

Éditeur : Gallimard jeunesse – Date de parution : 2012 – 104 pages

*

« Victoria voulait une vie d’aventures, une vie folle, une vie plus grande qu’elle. »

Victoria vit dans une petite ville de banlieue ennuyeuse, à Chaise-sur-le-Pont, dans la Cité des Aubépines, où il ne se passe jamais rien. Ses parents sont d’une banalité incroyable. Et dans sa tête, Victoria rêve d’une vie plus folle, un peu comme dans les romans qu’elle lit. Elle a soif de fantastique, d’aventure…

Alors quand le petit Jo qui a sauté plein de classes lui demande où sont passées les trois Cheyennes, son sang ne fait qu’un tour. Y aurait-il enfin un peu d’action dans sa vie monotone ?! Elle se met soudain à constater d’étranges bizarreries autour d’elle… Chaque jour, des livres disparaissent de l’étagère de sa chambre. En sortant du collège, elle croise son père au volant de sa voiture, habillé en cow-boy. Et un matin, son horloge se fait la malle… La fiction s’inviterait-elle dans la réalité ?

Ce petit roman jeunesse  écrit avec beaucoup de malice est un délice. Victoria a lu tellement de livres, à la façon d’un don Quichotte, qu’elle prend ses désirs pour la réalité et c’est ainsi qu’elle laisse l’imaginaire s’inviter dans le réel. Le monde se trouve réenchanté par la force de l’imagination d’une grande lectrice. C’est une ode à l’imagination, qui rend compte de toute la force de la lecture et des livres.

Un coup de cœur ❤

***

« Il y avait seulement, à la hauteur de ses yeux, une longue étagère unique, remplie de livres, qui faisait le tour de la chambre. Cette ligne de livres, Victoria l’appelait l’horizon. Depuis quelques semaines, chaque jour, des livres disparaissaient étrangement de l’horizon. »

« Victoria s’engouffra dans la nuit. Depuis quelque temps, un monde imaginaire débarquait dans son existence. Elle avait l’impression d’une foule de personnages qui descendaient de sa bibliothèque en rappel pour venir semer leur pagaille. »