Henri Meunier & Régis Lejonc – Coeur de bois ***

couv_coeur-de-bois_m

Éditeur : Notari – Date de parution : mars 2017 – 34 pages

*

Aurore se prépare devant la glace – elle dépose mascara et rouge à lèvres sur ce visage qui conserve les traits – et les ombres – de l’enfance. Puis la jeune femme monte dans sa petite voiture rouge en direction de la forêt. Elle se gare et marche dans ces bois qui sentent l’hiver ; la lumière traverse les branches dénudées. Aurore se dirige vers l’entrée d’un pavillon de chasse délabré – silhouette sombre et lugubre – autrefois majestueux, où l’attend un vieillard impotent, désordonné, sale et disgracieux, dont elle doit s’occuper. Mais pour quelle raison s’occupe-t-elle de celui qui l’a dévorée et blessée par le passé ?

IMG_3651

Page après page, nous découvrons un album d’une rare beauté. Dans un jeu de clair-obscur, les illustrations sont empreintes d’onirisme ; rêve et cauchemar cohabitent. Petit à petit, nous passons de l’ordinaire du quotidien au surnaturel de cette forêt à la fois angoissante et enveloppante.

La référence au conte est finement orchestrée grâce aux images quasiment cinématographiques et à l’écriture très visuelle. Textes et images se répondent et oscillent entre réalisme et références au conte de fées, ne cessant de nous interroger jusqu’à la chute finale…

Coeur de bois est un ovni littéraire au charme fou, étonnant et inattendu, sur la résilience et les blessures de l’enfance. Une fois l’album refermé, on éprouve une irrésistible envie de le relire, d’en décortiquer chaque mot, chaque scène, chaque illustration afin de s’imprégner à nouveau de la magie qui se dégage de ces pages.

IMG_3650

Publicités

Sarah Crossan – Inséparables ***

inseparables-roman-sarah-crossan

Éditeur : Rageot – Date de parution : mai 2017 – 416 pages

*

Tippi et Grâce sont deux sœurs siamoises de seize ans, unies par les hanches. Une seule paire de jambes pour deux corps. Depuis qu’elles sont nées, leurs parents se saignent pour payer les cours à domicile et les soins spécialisés. Mais l’argent vient à manquer peu à peu… Elles sont alors obligées de faire leur rentrée au lycée de Hornbeacon High pour la première fois. C’est à la fois excitant et terrifiant pour ces jeunes filles que le monde entier regarde avec fascination et répulsion. Elles y font la connaissance de deux adolescents en marge, Jasmeen et Jon, qui vont les prendre sous leur aile.

« Une histoire qui raconte ce que c’est d’être Deux. » 

Pendant huit mois, Grâce nous raconte, à la façon d’un journal intime, cette entrée au lycée. Elle nous raconte également leur quotidien familial – leur père alcoolique, qui boit pour survivre au chômage ; leur petite sœur Nicole, surnommée « Dragon » qui devient de plus en plus maigre pour satisfaire sa passion de danseuse étoile – et cette vie à deux dans un seul corps : comment se sentir unique lorsque l’on partage le même corps que sa sœur jumelle ? Comment tomber amoureuse dans ces conditions ? Avoir une intimité ?

IMG_3640

Les deux filles sont très différentes en terme de caractère et pourtant elles ne se considèrent pas autrement qu’en une seule et même personne. A leur entrée au lycée, Grâce et Tippi se font la promesse de ne jamais tomber amoureuses

img_3633.jpg

Un roman en vers, servi par une écriture épurée, d’une grande justesse et sans aucun pathos. Le ton est souvent impertinent et drôle malgré un thème assez complexe et rarement abordé en littérature jeunesse. Inséparables est le récit d’une relation unique et une belle réflexion sur la différence et l’acceptation de soi. Une lecture surprenante et émouvante, qui m’a secouée et que je ne suis pas prête d’oublier.

IMG_3634

Anne-Laure Bondoux – L’aube sera grandiose ***

bondouxanne-laure-l-aubeseragrandiose-9782070665433_0

Éditeur : Gallimard Jeunesse – Date de parution : octobre 2017 – 297 pages

*

Vendredi, 22:00. Nine se retrouve contre son gré dans la voiture de sa mère, qui file à toute allure. Elle était censée aller au bal du lycée et sa mère l’a embarquée avec elle, sans préavis. 500 kilomètres plus tard, mère et fille se retrouvent devant une cabane au bord d’un lac, en pleine forêt. La nuit est noire et profonde. Aucun réseau. Titiana a une histoire à raconter à sa fille – une histoire qui prend racine dans son enfance, en juillet 1970. Des personnages inoubliables émergent peu à peu des mots de la mère : Octo, Orion, Rose-Aimée, sa folie et ses amours.

Le roman se construit page après page sur une alternance du présent – la nuit qui s’écoule heure après heure – et du passé – l’enfance de la mère. Le temps d’une nuit blanche, Titiana révèle son passé à sa fille. Les heures s’égrènent au rythme des souvenirs et les certitudes de Nine à propos de sa mère s’évanouissent les unes après les autres. Son écrivain de mère, surnommée la Fée du Suspense, lui raconte sa propre histoire.

Un beau roman jeunesse que j’ai dévoré, un vrai page turner au suspense savamment cuisiné… Les mots d’Anne-Laure Bondoux sont un vrai plaisir ; ils sont cette fois-ci ponctués par les dessins de Coline Peyrony. Un roman que l’on prend plaisir à lire, mais qui m’a laissée légèrement sur ma faim.

***

« Comme le bruit du moteur se rapproche, Nine fait pivoter son corps vers le lac. Non. Elle n’est pas prête à affronter en chair et en os les personnages qui ont peuplé sa nuit. »

[Tout-petits] Sélection de livres pour Noël

Noël approchant à grands pas – hé oui c’est déjà dimanche soir – je vous propose une petite sélection livresque dans le ton… 3 bouquins qui ont du succès auprès de mon petit baby de neuf mois, qui va fêter son tout premier Noël.

*

Bonjour-Pere-Noel

Dans Bonjour Père Noël, nous faisons la connaissance d’un drôle de Père Noël qui n’a aucun des cadeaux commandés par les enfants à qui il rend visite… et qui va devoir improviser pour satisfaire chacun ! La première fois que j’ai lu cet album à Kamilichat, j’ai beaucoup ri. Les fois suivantes également. La chute finale est tordante. Un album rempli d’humour, aux dessins adorables, qui fera rire autant – voire plus – les parents que les enfants.

*

joyeux noel lou

Je crois que Joyeux Noël, Lou ! est un de mes albums préférés : il est juste magnifique ! En grand format cartonné, il possède à chaque page des petits rabats à soulever et des languettes à faire coulisser pour découvrir ce qui se cache dans chaque pièce de cette maison qui se prépare à fêter Noël. Il y a la porte du frigo à ouvrir dans la cuisine, la robe de soirée de Maman qui se cache derrière une serviette dans la salle de bain… Les bougies à allumer et les veilleuse à éteindre. Cet album est tout simplement magique ! Il regorge de détails qui sont autant de trésors à découvrir et re-découvrir… J’ai complètement craqué et Kamilichat adore, elle se jette à chaque fois sur les rabats, tape des mains sur les pages et m’arrache littéralement l’album des mains.

*

005122552

Pour célébrer Noël, rien de mieux que ce petit imagier aux couleurs vives et brillantes. Une jolie histoire qui met en scène les lutins et la préparation des cadeaux dans l’atelier du Père Noël. Page après page, une petite voix cherche à savoir l’origine de ce chant que l’on entend… Mais qui chante donc ? Est-ce toi petit oiseau ? Est-ce toi petit loup ? Chaque page regorge de petits détails à croquer, de reflets argentés. Un imagier de Noël à mettre entre toutes les petites mains, facile à manipuler, à attraper et à feuilleter… Et, en ce qui nous concerne, il fait à chaque fois briller les petites mirettes de Kamilichat.

*

Je vous souhaite à tous de très belles fêtes de Noël !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gary D. Schmidt – Jusqu’ici, tout va bien ****

004905919

Éditeur : école des loisirs – Date de parution : octobre 2017 – 365 pages

*

Attention : ne vous fiez surtout pas à la couverture que je trouve assez mal choisie, vous passeriez à côté d’un GRAND roman.

Nous sommes en 1968. La guerre du Vietnam fait des ravages et débat ; l’Homme n’a pas encore marché sur la Lune. Doug est un petit adolescent maigrichon, qui idôlatre Joe Pepitone, son joueur préféré de baseball – son idôle inaccessible. Il vient d’arriver à Marysville, une petite bourgade au nord de l’État de New York. Issu d’une famille très modeste, sa vie n’est pas facile tous les jours, entre un père violent, un frère qui passe son temps à le frapper et lui voler ses affaires, et un autre qui est parti au Vietnam. Il pourrait se laisser gagner par l’abattement, mais c’est sans compter les rencontres qu’il va faire…

Celle de Lil Spicer devant la bibliothèque, qui n’ouvre que le samedi. Bibliothèque dans laquelle il découvre un immense livre, contenant des peintures d’oiseaux réalisées par Audubon… Il se retrouve fasciné devant la sterne arctique.

…. Celle de M. Powell, le directeur de la bilbiothèque, qui va révéler jour après jour le talent de Doug pour le dessin. Chaque samedi, l’adolescent se précipite à la bibliothèque ; il découvre peu à peu la disparition des oiseaux ; face à cette collection qui s’éparpille entre les mains des collectionneurs, Doug se fait la promesse de retrouver chaque planche.

…… Celle de Mme Windermere, la dramaturge dans sa robe d’opéra qui fait furieusement crépiter sa machine à écrire lorsque le dieu de la Créativité a replié ses ailes à côté d’elle.

…….. Celle de Jane Eyre.

Doug est un gamin attachant, qui va nous interpeller tout le long du roman. « Vous vous souvenez quand je vous ai dit que, quand tout va assez bien, cela signifie en général qu’un truc nul va arriver ? C’est vrai. Demandez au goéland marin. » J’ai aimé ce gamin, cette voix à la fois naïve et butée, insolente et revancharde – qui parfois m’a fait penser au ton du héros de Salinger, dans L’Attrape-coeur. Ce genre de personnage qu’on ne peut oublier.

Gary D. Schmidt a une écriture tout simplement géniale et nous révèle une intelligence et un génie narratifs. Doug est un personnage qui marque les esprits par son humour, son impertinence, et comme le dit si bien la 4ème de couverture « sa furieuse envie d’en découdre avec la vie ».

Jusqu’ici tout va bien est une lecture qui m’a émue, profondément, et fait rire, énormément – je me suis surprise à glousser à certains passages. Une lecture qui révolte également. Je ne m’étais pas pris d’affection pour un personnage comme ça depuis un moment… Véridique. Ce bouquin, donc chaque chapitre est orné d’un oiseau, est une PEPITE, un concentré d’émotions. Je ne sais pas vous, mais on se sent bien après avoir lu un tel roman.

Coup de  ❤

***

« Vous savez, quand on pleure, quelque chose reste dans l’air. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut voir, ou humer, ou sentir. Ou dessiner. Mais c’est là. C’est comme le hurlement du goéland marin, qui crie dans l’espace vide et immaculé qui l’entoure. Vous ne pouvez pas l’entendre quand vous regardez ma peinture. Mais cela ne veut pas dire que cela n’existe pas. »

Loïc Clément & Anne Montel – Chaussette ***

chaussette

Édition : Delcourt Jeunesse – Date de parution : avril 2017

*

Chaussette est une petite mamie qui habite la maison d’à côté. Merlin n’a jamais réussi à prononcer son nom correctement : Josette est devenue Chaussette… et l’est restée. Chaussette a sa petite routine, rassurante. Tous les jours de la semaine, elle emprunte le même parcours avec Dagobert, son petit chien fougueux. Jusqu’au jour où Dagobert ne l’accompagne plus… Merlin se met alors à suivre la petite mamie, à la recherche d’un sens à donner à cette routine brisée.

CHAUSSETTE_12

Un roman graphique adorable, aux dessins simples et touchants, qui évoque la perte et l’absence avec justesse. Une lecture tout en simplicité, qui m’a fait sourire, beaucoup, et pleurer, un peu… Des couleurs soyeuses, un soucis du détail et une fraîcheur dans le trait de crayon. Une lecture douceur de vivre & indispensable, qui se déguste comme une viennoiserie !

115822632_o

 

Kitty Crowther – Petites histoires de nuits ****

petites-histoires-de-nuits

Éditeur : l’école des loisirs – Date de parution : novembre 2011

*

Ourson réclame à Maman Ours trois histoires de sommeil dans lesquelles on y croise une gardienne de nuit qui ne manque pas d’humour et qui, chaque soir sonne le gong à la tombée de la nuit ; l’heure de se mettre au lit pour chaque habitant de la forêt. Dans ces histoire de sommeil, on y fait également la connaissance de Zhora, la petite fille à l’épée, qui cueille la plus belle mûre de toute la forêt pour sa maman. Sans oublier Bo, ce curieux personnage toujours vêtu d’un manteau, qui se balade à la recherche d’une miette de sommeil…

Ces trois histoires aux allures de contes déploient un univers onirique singulier, aux dessins naïfs et psychédéliques, réalisés aux crayons de couleurs – des dessins emplis de douceur, aux couleurs vives. La forêt des contes se pare d’une explosion de couleurs, à l’image du jupon arc-en-ciel de Maman Ours.

Cet album jeunesse est un trésor, une pépite tendre, drôle et douce, à découvrir, dévorer, lire et relire au fil des soirs, avant de plonger dans les bras de Morphée.

A lire aussi, la belle chronique de Nadège.