Mathieu Pierloot – Summer Kids ***

005607392

Éditeur : école des loisirs – Date de parution : août 2018 – 153 pages

*

Antoine s’est fait larguer par Hannah. Mais la pilule a du mal à passer. Les jours passent et il ne fait que penser à elle, ne comprenant pas ce qui a pu foirer. « Il fallait que j’apprenne à exister sans elle ». Le lycée touche à sa fin et l’adolescent ne sait pas où s’inscrire à la rentrée. Les vacances d’été s’étendent devant lui, incertaines. Son beau-père écolo-ringard lui dégote un job dans une maison de retraite.

Antoine est un personnage un peu – carrément – paumé. L’avenir pour lui est un concept abstrait. Le cœur blessé, il passe l’été à naviguer de soirées en soirées, toutes plus arrosées les unes que les autres, avec Medhi et Alice, ses amis de toujours.

Un court roman ponctué de playlists que j’ai dévoré le temps d’une soirée ; il s’en dégage une fraîcheur et une mélancolie spéciales. Le temps d’un été, Antoine fait le point sur sa vie. Dix-huit ans et la vie devant soi : qu’en faire ? Quel est le bon choix ? Y en a-t-il un?

Après ma lecture, je ressens un indéfinissable sentiment d’attachement pour ce roman, bref mais intense. Justement dosé. Touchant.

Publicités

Marie Pavlenko – Je suis ton soleil ****

Je-suis-ton-soleil

Éditeur : Flammarion – Date de parution : mars 2017 – 472 pages

*

Déborah démarre son année de terminale avec aux pieds ses bottes à tête de grenouille parce que Isidore le chien-clochard a dévoré ses chaussures. Selon le théorème de la scoumoune, si un pigeon se balade au dessus de 300 personnes, c’est forcément sur sa tête qu’il va se soulager.

Ces derniers temps, Déborah préfère être au Clapier – le lycée où les élèves s’entassent tous comme des lapins en batterie – plutôt qu’à l’appartement avec ses parents… En effet, sa mère passe ses journées en pyjama à broyer du noir et son père n’est jamais là. Elle en comprend la raison le soir où elle le croise en train d’embrasser à pleine bouche une femme qui n’est pas sa mère – « une grue à moumoute bouclée ». Et puis il y a ce mystérieux numéro de téléphone qui apparaît sur plein de post-it dans l’entrée…

Mais ce n’est pas tout ; Éloïse, sa meilleure amie, la délaisse peu à peu pour vivre une passion avec Erwann, un adolescent au crâne un peu vide. Heureusement, il y a Carrie, sa libraire préférée, chez qui Déborah se réfugie pour consoler son âme avec des mots. En cette rentrée chaotique, ce sera Victor Hugo et ses Misérables. Avec un tel pavé en deux tomes, il y a de quoi assommer tous les soucis. L’adolescente se rapproche aussi d’un autre Victor, beau barbu déjà pris et de Mygale-man, l’étrange adolescent qui collectionne les araignées (coucou Gertrude velue).

Les chapitres se succèdent, ponctués de coquillettes. Dès les premières pages, le ton est donné : d’expressions loufoques en métaphores à hurler de rire, Déborah déroule la bobine de son quotidien qui dérape…

Comme j’ai aimé ce personnage adolescent ! Son langage très imagé et truffé de métaphores toutes plus cocasses les unes que les autres. On se poile toutes les deux minutes, au détour des pages, on pleure aussi.

Un roman sans faux-semblants, désopilant et émouvant, qui nous livre une tranche de vie, sans fioriture. Qui nous fait connaître de beaux personnages, avec une vraie présence, une épaisseur psychologique complexe. Aucun cliché, aucun manichéisme et c’est ce qui fait la force de ce roman : on est de plain-pied dans la réalité, dans le quotidien de Déborah, souvent terne et fadasse mais duquel l’adolescente se sauve par le rire et l’amitié.

Un joli petit pavé doré, drôle et impertinent, que l’on quitte à regret !

Audrey Poussier – Tout le monde dort ? ***

1540-1

Éditeur : école des loisirs – mai 2018

*

Au moment de se coucher, Antoine ne peut s’empêcher de poser une foule de questions à sa maman, comme pour retarder l’heure de s’endormir et d’éteindre la lumière… Il se demande si tout le monde dort : « Même le soleil ? Même la Lune ? » Hé oui, on apprend que même le soleil et la Lune vont se coucher et dorment, comme tout le monde ; le soleil a même un super pyjama noir et rond qu’il enfile à la fin de la journée ! Et la Lune possède une jolie couverture noire dont elle se couvre et se découvre au fil des nuits…

index

Tout le monde dort ? est un très bel album remplit de poésie, d’humour et de douceur, à lire avec son petit bout de chou pour le rituel du soir. Franchement, je ne me lasse pas de cet album, c’est la mignonitude incarnée, il fourmille de petits détails à croquer ! Et en plus, Antoine a une magnifique veilleuse en forme de chat ; alors à chaque page que l’on tourne, Kamilichat crie « Chat », toute contente.

5d2c9188f23c53c17b7c9cb1e2a37dc6

Marie-Christophe Ruata-Arn – Sept roses rouges pour Rachel **

sept_roses_rachel_RVB-270x384

Éditeur : La Joie de Lire – Date de parution : 2018 – 272 pages

*

Elena est en route avec sa mère pour Cigliano, petit village italien écrasé par la chaleur estivale. La jeune fille est furieuse car elle devait passer la soirée avec son amoureux musicien et ses amies Prune et Sarah. Mais elle a loupé son bac, elle n’a donc pas son mot à dire… En août, il fait une chaleur à crever dans la plaine du Pô et il n’y a aucun réseau. Mère et fille font le voyage afin de signer le contrat de vente de la maison de la grand-mère, la nonna Rachel. Des histoires un peu folles s’échangent dans le village à propos de cette vieille bicoque perdue au milieu des rizières où Elena a passé tous ses vacances d’été lorsqu’elle était enfant. Selon certains, les semaines précédant sa mort, la nonna aurait été vue en train de parler et de danser seule au milieu de son salon, en pleine nuit. Comme personne n’a envie d’entrer dans cette maison qui semble bruissante d’esprits, c’est Elena qui va s’y coller, afin de se racheter une conduite auprès de ses parents.

Un joli roman surnaturel, d’une surprenante poésie que j’ai trouvé charmant et déroutant. J’ai aimé cette histoire d’amour et de fantôme. Alors oui, la fin est attendue et facile, peut-être trop convenue, mais le côté insolite de ce roman m’a séduite.

Roman lu dans le cadre de l’opération masse critique Babelio

masse-critique-babelio

Marie-Aude Murail – Sauveur & Fils saisons 2 & 3 ***

118867069    sauveur3

Éditeur : école des loisirs – Date de parution : 2016

*

C’est avec délice que j’ai entamé la 2ème saison de Sauveur & Fils et retrouvé les personnages du numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans. Sauveur Saint-Yves – psychologue antillais quarantenaire, 1,90 mètres pour 80 kilos – et ses patients, tous plus attachants et touchants les uns que les autres. Sauveur et sa nouvelle vie amoureuse avec Louise…

On retrouve Ella qui désire se faire appeler Elliot et veut devenir écrivain ; à cet effet elle potasse Jack London. Sauveur semble être son seul soutien, son oreille attentive. Blandine dont la sœur a fait une tentative de suicide et qui se fait des shoot au sucre en avalant des kilos de bonbons. Samuel qui ne se lave plus et s’étonne de collectionner les râteaux avec les filles – ne serait-ce pas le seul moyen qu’il a trouvé pour maintenir à distance une mère invasive et étouffante ? Pénélope Motin : jeune mythomane ou jeune femme indéchiffrable ? Et monsieur Jovanovic, ce petit vieux qui vit dans la rue, belle énigme qui vient frapper à la porte de Louise, puis à celle de Sauveur.

Dans la foulée j’ai lu la saison 3. Non, je ne l’ai pas lue : je l’ai dévorée. De nouveaux patients viennent consulter notre psychologue préféré. Parmi eux, monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus l’espionnent à l’aide d’une caméra de vidéo-surveillance cachée dans son plafond. Gervaise Germain qui ne parvient pas à prononcer de mot commençant par « mal » de peur que le mauvais œil ne s’abatte sur elle. La petite Maïlys qui, du haut de ses quatre ans, se tape la tête contre les murs et dont les parents sont complètement accros à leurs smartphones. Quant à Ella, elle se retrouve cyberharcelée par une bande de gamine de son collège.

L’humour est toujours au rendez-vous ; ce n’est pas seulement drôle, tendre et émouvant, c’est également terriblement vrai et juste. Marie-Aude Murail a un vrai talent pour évoquer l’adolescence et ses maux. Deux nouvelles saisons pour deux lectures réjouissantes : un vrai baume au cœur. C’est une de mes sagas jeunesse préférées – avec les Quatre sœurs, de Malika Ferdjoukh.

 

Marie-Sophie Vermot – Soixante-douze heures ****

Soixante-douze-heures

Éditeur : Thierry Magnier – Date de parution : février 2018 – 170 pages

*

Irène B. a dix-sept ans et vient d’accoucher sous X. Cela fait neuf mois qu’elle a pris la décision de ne pas élever l’enfant qu’elle met au monde. Soixante douze heures, c’est le temps qu’il lui reste pour réfléchir à son choix, et éventuellement revenir sur sa décision…

Dès les premiers mots, ce roman m’émeut comme jamais. Un texte troublant de vérité, qui s’élabore au fil des souvenirs de l’adolescente. Sa rencontre avec Alban Z., dans le grenier de sa grand-mère, le secret qu’elle a tenu jusqu’à ses sept mois de grossesse et qu’elle cachait sous d’amples vêtements ; la réaction des parents, du frère, de la petite sœur attardée. Nous découvrons une relation mère-fille complexe, une relation étouffante où la culpabilité règne en maître et les raisons d’Irène s’éclaircissent.

Un livre puissant et magnifique sur l’adolescence et la maternité, que j’ai lu le cœur serré, la boule au ventre et que je termine les larmes aux yeux, bouleversée.

***

« Je pense à l’empreinte que Max a laissée sur mon utérus et dans le passage du col. Je pense au placenta que quelqu’un a dû jeter puisque tout allait bien. Je pense à comment l’imperceptible devient bébé. »

« Profite bien du jour qui passe et qui ne reviendra pas. Profite de ta jeunesse, la vie file si vite, tu sais, la vie s’écoule rarement comme on l’espère. »

« L’acte de mise au monde laisse sur la peau une empreinte indélébile et fait de vous à jamais une personne différente de celle que vous étiez avant que la grande aventure commence. »

 

Lauren Wolk – La Combe aux Loups ***

CVT_La-combe-aux-loups_5312

Éditeur : l’école des loisirs – Date de parution : mars 2018 – 300 pages

*

« L’année de mes douze ans, j’ai appris à mentir. Je ne parle pas ici de ces petites histoires que les enfants inventent. Je parle de vrais mensonges, nourris par de vraies peurs, je parle de choses que j’ai dites et faites et qui m’ont arrachée à la vie que j’avais toujours connue pour me précipiter dans une nouvelle vie. »

Nous sommes en 1943. En Europe, la Seconde Guerre mondiale fait des ravages. De l’autre côté de l’Atlantique, les Américains d’origines allemandes sont vite montrés du doigts, candidats désignés de la haine populaire.

La Combe aux Loups, c’est l’endroit que traverse Annabelle pour aller à l’école avec ses deux petits frères. C’est aussi l’endroit où l’attend Betty, une fille cruelle plus âgée qui l’a prise comme souffre-douleur. Une gamine aux airs angéliques mais au cœur noir et aux yeux diaboliques. La combe aux Loups est également fréquentée par Toby, un homme traumatisé par la Première Guerre mondiale, solitaire et taiseux ; errant dans les collines alentours en photographiant la nature, il ne se sépare jamais de son long manteau et de son chapeau qui laisse son visage dans l’ombre.

Annabelle s’attache à cet homme hanté par la guerre et ses démons, dont tout le monde se méfie ; une amitié naît. Pour les autres, Toby est un être marginal ; trop marginal à leurs yeux pour être honnête…

Annabelle n’a que onze ans presque douze, elle n’est pas préparée au drame qui va survenir. Et pourtant, elle fait preuve d’une maturité étonnante pour son âge, et d’une grande lucidité quant au monde qui l’entoure et face aux adultes et à leur comportement. Elle réfléchit sur ces choses qu’elle ne comprendra sans doute jamais, sur la place infime que tout être occupe sur terre.

Je n’étais pas préparée à l’atmosphère sombre dans laquelle nous plonge ce roman jeunesse. L’oeuvre de Lauren Wolk se révèle en effet bien plus complexe que je ne m’y attendais. La Combe aux Loups se dévore le cœur battant et se termine avec les yeux un peu humides…

***

« Si ma vie ne devait être qu’une seule note dans une symphonie sans fin, pourquoi ne la ferais-tu pas résonner aussi fort et aussi longtemps que possible? »