Aimée de Jongh – Le Retour de la bondrée ***

le-retour-de-la-bondree-tome-1-retour-de-la-bondree-le-one-shot

Éditeur : Dargaud – Date de parution : janvier 2016 – 160 pages

*

Simon Antonisse est libraire. Mais en ces temps de crise, la librairie qu’il tient avec sa femme, et qu’il a hérité de son père, prend l’eau ; il est poussé à mettre la clé sous la porte et à fermer boutique, mais il ne parvient pas à s’y résoudre. Au cours d’un trajet en voiture, il est témoin d’un suicide sur la voie ferrée… Ce suicide le traumatise et fait resurgir des souvenirs de son passé, et notamment de son adolescence, marquée par une tragédie. En vidant peu à peu la réserve de livres située dans la cabane de son père, il tombe sur Le Guide des oiseau, un livre qu’il lisait à l’époque, quand il désirait devenir ornithologue.

IMG_1782

Les bulles alternent le temps présent et la résurgence du passé. Assailli par ces images du passé, Simon fait la rencontre d’une jeune femme qui va l’aider peu à peu à sortir la tête de l’eau et devenir pour lui un échappatoire au quotidien.

IMG_1774

La bondrée, c’est cet oiseau qui survit en repartant de zéro, métaphore du renouveau.

Un roman graphique néerlandais d’une profonde justesse et d’une grande sensibilité, dont les dessins m’ont tout de suite touchée. Épurés, ciselés, en noir et blanc. Il s’en dégage une émotion brute. Un petit bijou, où l’espoir, malgré la noirceur, est toujours présent, que je vous invite à découvrir de toute urgence.

IMG_1781

Chloé Vollmer-Lo & Carole Maurel – L’Apocalypse selon Magda ****

apocalypse-selon-magda

Éditeur : Delcourt – Date de parution : 2016 – 190 pages

*

« Tous ceux qui se sont précipités… pour vivre une vie qui se dérobait à eux »

Le jour où elle apprend que la fin du monde n’a pas eu lieu et qu’elle n’aura pas lieu, Magda semble dévastée… mais pourquoi ? Pour le comprendre, il faut remonter une année en arrière, la veille des treize ans de Magda. Les scientifiques annoncent la fin du monde : il ne reste que douze mois à vivre, douze mois seulement avant que la vie ne disparaisse.

Face à cette nouvelle, chacun sombre ou réagit à sa manière : son père les quitte pour suivre l’amour de sa vie, son meilleur ami sombre dans la drogue… Les départs en masse bloquent les routes. Dans les foyers, les parents démissionnent, se mettent à faire n’importe quoi, les adolescents se retrouvent livrés à eux-mêmes et expérimentent la vie avec une brutalité nouvelle, chaque jour renouvelée…

Magda, qui demeure au seuil de l’enfance, se tenant à la fragile frontière de l’adolescence, doit grandir d’un coup. Le temps presse. Elle tente comme elle peut de profiter des mois qui restent. Mais comment une enfant peut-elle devenir une femme dans un monde qui devient fou, dont les repères se font fuyants ?

magda4

La BD se déroule au fil des saisons, qui donnent le rythme et scandent le compte à rebours de l’apocalypse. A travers cette tragédie des temps modernes, Carole Maurel nous offre des dessins hauts en couleurs, et certaines scènes sont à couper le souffle. C’est sombre et poétique et terriblement puissant… Une BD que j’ai lu en apnée, et dont la fin m’a laissée sans voix.

 

magda3

***

challenge-bd-et-mangas

Dylan Landis – D’extase et d’amour féroce **

9782259241373

Éditeur : Plon – Date de parution : août 2016 – 248 pages

*

Nous sommes dans les année 70 à New-York, Greenwich Village. Rainey Royal a seize ans, elle passe son temps avec sa meilleure amie Tina. Ensemble, elles aiment aguicher leurs professeurs masculins, jouer le jeu de la séduction. Rainey n’a pas une vie très équilibrée pour une adolescente de son âge : sa mère a déserté la maison depuis un an pour vivre dans un ashram, son père Howard est musicien de jazz et passe son temps à inviter des musiciens qui squattent leur maison de jour comme de nuit. Gordy, le meilleur ami de son père, a pris l’habitude de border Rainey chaque soir et de lui caresser les cheveux de façon très ambiguë.

Rainey se comporte comme une garce, et elle aime ça. Avec Tina, elles harcèlent leurs camarades de classe, ou les gens dans la rue, pour les voler. La jeune femme aime également passer des heures au musée pour reproduire les œuvres qu’elle admire et qui la fascinent. Son cœur penche entre son admiration pour la vie de sainte Catherine de Bologne et son goût prononcé pour la séduction. On suit la jeune femme et ses amies jusqu’à leur vingt-cinq ans, et le roman prend la forme de chroniques d’une jeunesse.

Une lecture qui ne m’a pas convaincue… ça se laisse lire, mais je n’ai pas su où l’histoire nous amenait, où l’auteure voulait en venir. Je suis restée extérieure, n’éprouvant aucune empathie pour ces adolescentes. C’est un roman qui met sensiblement mal à l’aise et qui m’a un peu déçue ; j’en avais entendu d’excellentes et enthousiastes critiques, je m’attendais donc à autre chose. Même si, par moments, j’ai aimé l’ambiance, il m’a manqué quelque chose pour apprécier ma lecture.

***

« Rainey aime les motifs, elle aime les kaléidoscopes, elle aime les ailes de papillons qui dessinent des mandalas et que l’on place sous verre, et elle aime les rosaces dans les cathédrales, tous les éléments de la nature et de l’homme qui s’imbriquent et forment un système à part entière. »

Annelise Heurtier – Sweet Sixteen **

sweet

Éditeur : Casterman – Date de parution : 2013 – 217 pages

*

Ce roman jeunesse s’inspire de faits réels. En 1954, la Cour suprême des États Unis rend inconstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques grâce à l’arrêt « Brown versus Board of Education » qui remet en cause une règle vieille de plus de 80 ans… En 1957, neuf adolescents noirs sont sélectionnés pour intégrer le prestigieux lycée central de l’Arkansas.

En cette rentrée scolaire 1957, nous suivons la jeune Molly, une des jeunes noires qui fait son entrée au lycée. Le texte alterne en fait deux points de vue différents : celui de Grace, une jeune blanche d’origine bourgeoise et aisée, et Molly.

Dans un climat terriblement raciste, l’intégration au lycée se révèle traumatisante à plus d’un titre et la violence est incroyable. Dire que tout cela a existé dans les années 50 fait froid dans le dos et donne la nausée… Un roman qui me semble indispensable pour garder cette conscience de l’humanité déshumanisée à ce moment de l’Histoire.

Une lecture que j’ai aimée, mais qui comporte quelques défauts, peut-être un format trop court, trop d’ellipses pour cette année scolaire. J’ai eu aussi un peu de mal à m’attacher aux deux personnages féminins. Même si j’ai été touchée et choquée, voire même très émue à la fin, j’ai eu du mal à m’identifier à ces jeunes filles.

***

« Elle avait fait face à une violence ahurissante, on lui avait volé son innocence et ses seize ans. Plus rien ne serait jamais comme avant. »

Auður Ava Ólafsdóttir – Le Rouge vif de la rhubarbe ****

LaSolutionEsquimauAW

Éditeur : Zulma – Date de parution : août 2016 – 160 pages

*

Ágústína n’est pas une adolescente comme les autres. Elle s’attache aux petits détails que tout le monde oublie et au contraire, elle oublie tout ce qui est important. Quand arrivent les beaux jours, malgré ses béquilles, elle aime marcher et se poser sur la plage de sable noir, à la marée montante, à l’écart des autres et du monde. Elle aime y méditer et s’adresser à Dieu. Elle aime aussi passer des heures allongée dans son carré de rhubarbes, à flanc de montagne.

Au printemps prochain, l’adolescente souhaite escalader la Montagne. La légende familiale raconte que c’est là qu’elle aurait été conçue. Sa mère l’a quittée juste après sa naissance afin de poursuivre ses travaux de recherche à l’étranger, alors c’est Nina qui s’occupe d’elle. Les seuls contacts entre la mère et la fille se font alors par voie épistolaire. Ágústína lui envoie ainsi ses montagnes de mots ; tous ces mots qui s’accumulent en elle et qu’elle couche sur le papier. Sa mère, quant à elle, lui raconte son quotidien dans tous les pays qu’elle visite. Le récit alterne le quotidien de la jeune fille et les lettres de sa mère, qui tiennent parfois en quelques mots.

L’auteure islandaise, que j’ai découverte avec son roman Rosa Candida – un vrai coup de cœur -, nous dévoile ici un récit tout en pudeur, simplicité et poésie, où la nature se retrouve convoquée à chaque page, de sorte qu’il s’en dégage une mélodie apaisante.

Une année islandaise passe, l’hiver et sa nuit éternelle, le printemps et sa clarté nocturne.
L’auteure nous fait le récit de ces petites vies ordinaires, mais avec tellement de poésie et de douceur que ce roman en devient juste sublime. Ne passez surtout pas à côté de cette pépite !   ❤

Marie-Aude Murail – Sauveur & fils ***

sauveur-et-fils

Éditeur : L’école des loisirs – Date de parution : avril 2016 – 300 pages

*

Un roman terriblement attachant, tout de suite. Sauveur Saint-Yves est psychologue, il tient un cabinet dans sa propre maison, séparant vie privée et vie publique d’une simple porte. Il vit avec son fils unique, Lazare. Quelle ironie pour un psychologue de s’appeler Sauveur ! C’est un grand noir baraqué – 1m90 pour 80 kilos de muscles, avec une voix grave et chaude. Lorsque son fils Lazare rentre de l’école, il prend l’habitude de se poster derrière la porte entrouverte, caché par un rideau. Il écoute les conversations qui se déroulent entre son père et ses patients dans cet espace feutré. Il y a Gabin, dont la mère a des bouffées délirantes, Ella qui souffre de phobie scolaire, madame Huguenot qui raconte sa vie mortellement ennuyeuse, Margaux qui se scarifie…

C’est un roman qui m’a fait sourire, et qui m’a beaucoup émue… Les mots de Marie-Aude Murail déroulent une ribambelle d’émotions au fil des pages. C’est une belle lecture, humaine. Et l’auteure parvient peu à peu à orchestrer une atmosphère mystérieuse autour de Sauveur et de ses origines familiales. On s’attache immédiatement à Lazare, ce petit métis au nom de gare, qui n’a que huit ans et qui, pourtant, comprend beaucoup plus de choses que les adultes… Et on éprouve tant d’empathie pour Sauveur, ce psychologue au passé douloureux, qui, jour après jour, écoute ses patients et aimerait pouvoir les sauver, les délivrer. En fait, chaque personnage secondaire a de l’épaisseur psychologique et de l’importance dans le récit. A la fin, je n’ai qu’une hâte : dévorer la saison 2 !!

Un grand merci aux éditions de L’école des loisirs, qui m’a permis de découvrir ce très beau roman. Il plaira assurément à mes collégiens, qui étaient déjà très intrigués par la couverture…

***

« On ne sauve pas les gens d’eux-mêmes, Lazare. On peut les aimer, les accompagner, les encourager, les soutenir. Mais chacun se sauve soi-même, s’il le veut, s’il le peut. »

« Est-ce que les secrets qui vous entourent de leurs nuées vous empêchent de vivre, de grandir, d’aimer ? C’était la question qu’il se posait à propos de chacun de ses patients, Ella, Margaux, Blandine, Cyrille, Lucile, Marion, Elodie, Gabin. Ont-ils, avons-nous, besoin de tout savoir ? »

Martin Page – Plus tard je serai moi ***

2048x1536-fit_plus-tard

Éditeur : Le Rouergue – Date de parution : 2013 – 72 pages

Je vous présente ce soir un petit roman jeunesse de Martin Page, dans lequel j’ai immédiatement retrouvé l’écriture drôle et douce que j’affectionne tant ! Dans ce court récit, on fait la connaissance de Séléna, dont les parents sont un peu farfelus. Un soir, ils lui font comprendre qu’ils aimeraient qu’elle soit artiste. Pas médecin, avocate ou professeur, non. Artiste ! Séléna tombe des nues. Ses parents sont prêts à tout pour réveiller sa fibre artistique, même aux trucs les plus fous… 

Un roman complètement décalé, à la Martin Page, qui inverse les choses et se moque de la réalité, mais toujours avec inventivité et poésie.

***

« Les cerfs-volants représentaient, entre autres, une chouette, une fraise, une abeille, un dragon, un fer à repasser… C’était un moment doux. Les créatures légères et fragiles apportaient un peu de beauté à un monde qui en manquait. Les deux amies emmagasinaient des réserves de poésie : ça les aiderait à affronter l’école, les parents, et toutes les petites humiliations du quotidien. »

« Elle était à une époque de sa vie où elle ne décidait pas de grand-chose mais où la possibilité du choix se dessinait doucement. Elle rêvait du jour où elle pourrait habiter seule. Mais elle avait aussi peur de grandir, car cela voulait dire être maîtresse de son destin, et c’était une responsabilité immense dont parfois elle aimerait être déchargée. »