Hubert Haddad – Palestine ***

palestine-de-hubert-haddad-1039992834_l

Éditeur : Folio – Date de parution : 2015 – 161 pages

*

Cham, soldat israélien, est blessé lors d’une embuscade en Cisjordanie, à Hébron, une des villes les plus explosives où près de 700 colons juifs vivent armés et sous haute protection militaire, au cœur d’une communauté de 180 000 palestiniens dont les moindres pas sont entravés.

Après être passé entre les mains d’un commando palestinien qui souhaite en faire une monnaie d’échange, Cham est recueilli par deux femmes palestiniennes – la veuve Asmahane, devenue aveugle à la mort de son mari, abattu par l’occupant ; sa fille Falastìn, meurtrie par l’absence de ce père, mort sous ses yeux. La ressemblance du jeune homme israélien avec le fils et frère disparu va lui sauver la vie… Il sera désormais Nessim, jeune palestinien, revenu après des années d’absence.

Ce roman est mon premier de Hubert Haddad. Et je ne suis pas déçue de la rencontre, malgré le fait que je ne maîtrise pas assez l’histoire du conflit israélo-palestinien. Je découvre une langue sobre et poétique, comme je les aime. Un récit poignant et fondamentalement humaniste, qui nous plonge au cœur de la tragédie, dénonçant les excès des deux camps.

***

« Un froissement d’étincelles remplace la mémoire. Lunes et soleils tourbillonnent sur ses lèvres. Sommeil de l’agonie ! La nuit doit être entière. Hormis ce picotement au bout des doigts, tout sentiment l’a quitté. Il n’entend pas l’orage qui s’abat, longtemps après les bombes. L’absence ne se nomme ni ne s’esquisse jamais. »

« Des fois, j’ai l’impression d’être prisonnière d’une mélodie fatale liée à ma vie, à mon enfance. C’est un peu comme si j’étais entraînée malgré moi dans une espèce de grand manège noir qui tournerait sans fin… »

Publicités

Niroz Malek – Le Promeneur d’Alep ***

le promeneur d'alep

Éditeur : Le Serpent à plumes – Date de parution : octobre 2015 – 156 pages

*

Un écrivain et professeur syrien a décidé de rester chez lui, à Alep, au milieu de ses livres – sa chambre est une bibliothèque – & de sa vie d’avant. Malgré les barrages de militaires, les bombardements incessants, malgré le chaos qui se déroule en bas de chez lui.

En de bref chapitres, l’auteur nous offre des scènes et des instantanés de ce chaos. Il rencontre les fantômes de son passé, ses amis, oubliant un instant qu’ils sont morts. Il raconte les petits détails de ce quotidien terrifiant, les annonces de décès placardées par dizaines sur les immeubles…

L’écrivain use également de son imagination pour s’extraire de cet effroyable quotidien ; il convoque ainsi ses auteurs et ses œuvres préférés. Il cherche à réenchanter le quotidien grâce aux voix de l’imagination… L’art et la culture demeurent pour lui une source de consolation. Il garde ainsi toujours un pied en dehors de la réalité, malgré les cauchemars récurrents.

Un récit qui provoque de l’effroi et qui glace le sang… Une écriture poétique, pudique, dénuée de pathos ou d’excès, dont les mots m’ont émue et transpercée.

Il vient de recevoir le Prix Lorientales.

***

« Que se passait-il ? Je ne savais pas. Seulement des balles et des projectiles qu’on lançait vers le ciel, comme pour chasser les étoiles de leur page noire. »

« J’ouvre les yeux, tout est calme comme avant : un jour de Chagall, la musique de Beethoven et une nuit de Van Gogh, les feuilles que j’ai laissées sur ma table, un léger sommeil qui s’immisce entre mes paupières, et l’image trouble d’une fille partie au loin dont je sens encore la présence et à qui j’avais fait une place dans mon lit. »

« Je prends le stylo et je commence à écrire : Je suis convaincu qu’un jour la lumière jaillira à nouveau de l’obscurité qui s’est abattue sur nous… »

*

14ème roman lu pour le challenge 1% de la Rentrée Littéraire…

challenge rl jeunesse

Hoai Huong Nguyen – L’Ombre douce ***

l'ombre douce

Éditeur : Le Livre de Poche – Date de parution : mai 2015 – 182 pages

4ème de couverture : « 1954, dans un hôpital militaire de Hanoi, Yann, un soldat breton, est soigné par Mai. Ils tombent amoureux, mais le père de la jeune fille l’a promise à un autre. Elle s’insurge, elle est bannie de la famille… Ils se marient en toute hâte, avant que Yann rejoigne la cuvette de Diên Biên Phu. Après la défaite de l’armée française, Yann est emmené dans un camp d’internement. Dans une langue poétique, avec grâce et pudeur, Hoai Huong Nguyen peint le Vietnam d’hier et un amour qui affronte la violence d’une guerre. L’histoire bouleversante de Mai et Yann laisse percer la lumière des humbles héros qui croient à la liberté et à l’absolu malgré les vicissitudes de l’Histoire. »

***

Mai et Yann se rencontrent dans un hôpital militaire d’Hanoi, où ce dernier se fait soigner suite à une blessure de guerre. Nous sommes en 1954. La guerre fait rage. Ils tombent amoureux en quelques jours. Mais les complications surviennent : Mai est promise à un autre homme, qui aurait l’âge d’être son père; elle refusera le mariage et se fera répudier… De son côté, Yann, une fois sa blessure guérie, doit retourner sur le champs de bataille.

Ce court roman raconte leur histoire d’amour, tout en finesse, sans aucun pathos. La grâce et la beauté de l’écriture offrent un contraste stupéfiant avec le récit de l’horreur de l’Histoire en marche, de la guerre, de la mort… Un beau roman poignant, que je n’oublierai pas de sitôt.