Sara Stridsberg – Beckomberga **

Beckomberga

Éditeur : Gallimard – Date de parution : mai 2016 – 377 pages

*

En 1995, l’institut psychiatrique Beckomberga ferme ses portes et renvoie ses derniers patients. Ouvert dans les années 30 à Stockholm, l’institut se voulait novateur : un lieu permettant d’accueillir les malades mentaux dans le bien être et le confort, et leur offrir un espace de chaleur et de lumière.

Beckomberga, c’est l’histoire de cet institut hors norme – je garde en mémoire Edvard, le psychiatre auquel se confie tous les jours Jim et qui, le soir venu, emmène ses patients en soirée…

Beckomberga, c’est aussi l’histoire d’un père suicidaire et alcoolique, raconté par sa fille, Jackie. L’histoire d’un amour sans concessions pour la figure paternelle. Jim est interné en 1986 à Beckomberga parce qu’il ne cesse de tenter de se suicider et qu’il ne parvient pas à se défaire de l’alcool. Il y rencontrera des personnes qui le marqueront, au point qu’il ne voudra plus quitter cet endroit…

Sara Stridsberg nous délivre un beau roman sur la folie et son hérédité ; l’auteure développe des réflexions également sur la mort et la maternité – Marion, ce fils pour qui Jackie est prête à tout quitter, qui la fait renaître au monde.

Il règne dans ce roman une atmosphère propre aux romans nordiques – je ne saurais pas la décrire. J’ai aimé cette narration faite d’éclats de voix venues du passé. Même s’il ne se passe pas grand chose, la lecture de ce roman suédois m’a à la fois déroutée et séduite. Je me suis laissée bercer et entraîner par la plume poétique et fluide de Sara Stridsberg et j’ai découvert un portrait de père touchant et profondément nostalgique. Il m’a cependant manqué un petit quelque chose pour que cette lecture demeure inoubliable…

***

« Jim a toujours flotté avec un sourire au-dessus du gouffre, ivre et invincible, il a toujours réussi à faire rire les gens. »

« Je me dis que si la vraie folie existe alors elle doit être l’amour : le ravissement, le vertige, l’hystérie. »

« N’attend pas, dit Jim comme s’il lisait dans mes pensées. La vie ne commence jamais. Elle termine, c’est tout. D’un coup. Comme ça. »

Elena Ferrante – Le nouveau nom ***

Le-nouveau-nom

Éditeur : Folio – Date de parution : novembre 2016 – 622 pages

*

C’est avec énormément de plaisir que j’ai retrouvé la plume d’Elena Ferrante et les aventures de ses deux héroïnes, Elena et Lila. Le premier tome m’avait vraiment marquée… Je me suis délicieusement replongée dans cette saga, renouant avec les deux jeunes filles comme si je les avais quittées hier, alors qu’un an sépare mes deux lectures. Au bal de son mariage, Lila découvre les chaussures qu’elle a confectionnées aux pieds de Marcello Solara, son pire ennemi.

Ce deuxième tome nous raconte la jeunesse d’Elena et Lila, quittant l’adolescence pour devenir des jeunes femmes. Elena poursuit ses études avec plus ou moins d’assiduité, tandis que Lila découvre la vie d’épouse… Leur amitié, atypique, fusionnelle et intransigeante se poursuit au fil des années, avec leur bande d’amis napolitains.

C’est toujours aussi bien raconté, la plume d’Elena Ferrante est littéralement géniale, et les descriptions psychologiques sont fabuleuses. La romancière, à travers la voix d’Elena, creuse savamment la profondeur des sentiments, détaille et analyse les émotions avec une précision et une justesse incroyable. Il y a dans ces mots une douce folie… Ce deuxième tome se dévore avec avidité !

***

« Qu’est-ce qui me poussait à me conduire ainsi ? Avais-je tendance à étouffer mes propres sentiments parce que j’étais effrayée par la violence avec laquelle, au plus profond de moi, je désirais les choses, les personnes, les louanges et les victoires ? »

« Je ne possédais pas cette puissance émotionnelle qui avait poussé Lila à tout faire pour profiter de cette journée et de cette nuit. Je demeurais en retrait, en attente. Alors qu’elle, elle s’emparait des choses, elle les voulait vraiment, se passionnait, jouait le tout pour le tout sans crainte des railleries, du mépris, des crachats et des coups. »

Julia Kerninon – Une activité respectable ****

9782812612039

Éditeur : Le Rouergue – Date de parution : – pages

*

« … allongée dans ma chambre sur le lit, un livre posé légèrement sur le nombril, en me sentant tellement à ma place, tellement complète. »

Julia Kerninon revient sur la façon dont est né son amour des livres et de la littérature. Tout a commencé grâce à ses parents, deux lecteurs fous des mots, accros aux livres. Surtout sa mère-léopard qui l’emmène dès ses premières années à Paris, déambuler chez Shakespeare & Compagnie. La romancière rend hommage à l’enfance livresque que ses parents lui ont ainsi donné. Ce petit cercle familial empreint de lecture. Leur maison pleine de livres, avec un pêcher dans le jardin.

L’écriture de Julia Kerninon s’écoule lentement, mot après mot – elle est à la fois sinueuse et fluide. Avec talent, elle inscrit des mots sur son amour des lettres. J’ai aimé ses réflexions et ses souvenirs : ses lectures compulsives, les conseils de sa mère, cette figure incontournable dans sa vie d’écrivain, qui l’a poussée dans les bras de la littérature et lui a donné sa vocation. Sa mère qui lisait tout ce qui lui tombait sous la main et sous les yeux.

Je découvre une voix forte et déterminée, qui me plaît tout de suite. Comment n’ai-je pas lu cette auteure avant ?! Autobiographie littéraire et livre-témoignage essentiel à tout amoureux des livres, hérissé de post-it, ce bouquin fera certainement l’objet de nombreuses relectures…  ❤

IMG_1855

***

« Nous avions beaucoup, beaucoup de chance, me disait-elle, parce que nous avions les livres et que dans les livres les phrases étaient éternelles, noir sur blanc, solides, crédibles – elles n’étaient pas en l’air, elles ne venaient pas de n’importe qui (…) et elles nous livraient le monde entier, le monde accéléré, perfectionné, lavé de ses scories, sans temps mort, un cours d’eau pur et bondissant, un monde dans lequel nous pouvions nous échapper chaque fois que le monde réel cessait d’être intéressant, ce qui arrivait beaucoup trop souvent quand quelqu’un venait nous parler. »

Sorj Chalandon – Profession du père ***

9782253066255-001-T

Éditeur : Le Livre de Poche – Date de parution : août 2016 – 281 pages

*

Emile assiste à l’enterrement de son père. C’est pour lui l’occasion de se souvenir de ce père autoritaire, mythomane, violent, cruel et extrême dans ses émotions & ses attitudes, obsédé par la guerre et l’Algérie. Emile remonte le temps, se retrouve petit garçon de neuf ans, dans les années 60, sous le régime du Général de Gaulle, dans un climat singulier.

On découvre un père hanté les fantômes de la guerre d’Algérie, l’OAS… Un père espion, mais aussi Compagnon de la Chanson, professeur de judo, parachutiste à la guerre, footballeur professionnel, pasteur américain, conseiller du Général…

La figure du père mise sur un piédestal, ce grand affabulateur, qui bat femme et enfant, qui fait croire qu’il est agent secret et parvient à embrigader son fils. Ce fils qui fait confiance à la figure paternelle complètement folle et qui, même une fois adulte, veut encore y croire. Croire à cette vie de fiction démesurée que son père s’est inventée. La personnalité du père est à la fois fascinante et dangereuse. Un roman poignant, terrible, porté par une très belle plume.

***

« Il m’appellerait au secours. Moi, le rebelle, le petit Frenchie, le prisonnier de son placard. Je serais triste et seul. Infiniment seul. Je serais malheureux. Tout chagrin de lui. Et je m’en voudrais tellement de toujours l’aimer. »

Aimée de Jongh – Le Retour de la bondrée ***

le-retour-de-la-bondree-tome-1-retour-de-la-bondree-le-one-shot

Éditeur : Dargaud – Date de parution : janvier 2016 – 160 pages

*

Simon Antonisse est libraire. Mais en ces temps de crise, la librairie qu’il tient avec sa femme, et qu’il a hérité de son père, prend l’eau ; il est poussé à mettre la clé sous la porte et à fermer boutique, mais il ne parvient pas à s’y résoudre. Au cours d’un trajet en voiture, il est témoin d’un suicide sur la voie ferrée… Ce suicide le traumatise et fait resurgir des souvenirs de son passé, et notamment de son adolescence, marquée par une tragédie. En vidant peu à peu la réserve de livres située dans la cabane de son père, il tombe sur Le Guide des oiseau, un livre qu’il lisait à l’époque, quand il désirait devenir ornithologue.

IMG_1782

Les bulles alternent le temps présent et la résurgence du passé. Assailli par ces images du passé, Simon fait la rencontre d’une jeune femme qui va l’aider peu à peu à sortir la tête de l’eau et devenir pour lui un échappatoire au quotidien.

IMG_1774

La bondrée, c’est cet oiseau qui survit en repartant de zéro, métaphore du renouveau.

Un roman graphique néerlandais d’une profonde justesse et d’une grande sensibilité, dont les dessins m’ont tout de suite touchée. Épurés, ciselés, en noir et blanc. Il s’en dégage une émotion brute. Un petit bijou, où l’espoir, malgré la noirceur, est toujours présent, que je vous invite à découvrir de toute urgence.

IMG_1781

Sylvia Plath – Le jour où Mr Prescott est mort ***

product_9782710382973_195x320

Éditeur : La Table Ronde – Date de parution : avril 2017 [1952-1953] – 326 pages

*

Cet ouvrage rassemble les nouvelles de Sylvia Plath. On y rencontre beaucoup de personnages féminins qui semblent attachés à des rêves, des lubies… Une femme qui ne rêve plus la nuit se désespère face aux rêves si poétiques de son mari. Une femme se met à taper à la machine les rêves des autres, se glissant dans la peau d’un collectionneur de rêves ; et ce lac où se retrouvent tous les rêves des gens depuis le début du monde…

Les récits de ce recueil me sont apparu assez inégaux. Certains m’ont séduit quand d’autres m’ont laissée totalement indifférente. Il demeure malgré tout que l’écriture de Sylvia Plath est belle et élégante. Ses personnages sont délicieusement en dehors du réel, flottant entre deux mondes, évanescents et rêveurs. Un peu fous, ils ont des envies d’ailleurs et aiment se soustraire au monde réel.

Merci aux éditions de La Table ronde pour cette lecture !

***

« Elizabeth chérissait comme un ami calomnié le monde vague et imprécis dans lequel elle vivait. C’était un monde crépusculaire où, la nuit, la lune flottait par-dessus les arbres, frémissant ballon de lumière argentée ; les rayons bleuâtres vacillaient à travers le feuillage, traçant des dessins fluides et tremblants sur le papier peint de sa chambre. »

Claire Cameron – L’Ours **

1540-1

Editeur : 10-18 – Date de parution : – pages

*

La quatrième de couverture annonçait un roman à mi-chemin entre Into the wild et Room ; cela avait de quoi m’intriguer car j’avais été très émue par le film de Sean Penn, et j’avais adoré le roman d’Emma Donoghue.

La romancière s’inspire ici d’un fait divers survenu en 1991 dans un parc naturel de l’Ontario, au Canada. Sur les rives du lac Opeongo, sur l’île de Bates, un couple qui campait a trouvé la mort, attaqué en pleine nuit par un ours brun. A l’époque, personne n’a compris comment cela avait pu arriver.

Dans le roman de Claire Cameron, le couple a deux enfants. C’est la petite Anna, cinq ans, qui prend la parole. C’est par ses mots et son regard que nous sont racontés les événements. Un récit à hauteur d’enfant, comme dans Room. Avec ses propres mots, son univers et son imaginaire, Anna raconte comment, avec son frère Stick, ils se retrouvent seuls au petit matin, après l’attaque de la nuit. Le campement est sans dessus dessous. Anna retrouve un « morceau de viande » avec la chaussure de son père. La chaussure de sa mère se trouve à l’autre bout du campement. Quand la fillette s’approche, sa mère lui ordonne de prendre le canoë et de partir avec son petit frère.

L’atmosphère du roman est lourde ; on a peu à peu une boule au ventre de voir évoluer ces deux enfants au milieu de cette nature sauvage, sans présence humaine, privés de leurs parents. Livrés à eux-mêmes sans s’en rendre compte, sur cette île qui deviendra le théâtre de ses cauchemars. Et ce chien noir qu’elle a en elle et qui ne la quittera pas…

Au début, je suis dérangée et déroutée par cette voix d’enfant, qui me perd un peu et m’agace par moments – je n’avais pas eu ce sentiment à la lecture de Room.

Et finalement, de la voix d’Anna il finit par se dégager une certaine poésie ; cette voix d’enfant a quelque chose de sauvage et de brut, comme la nature qui les entoure. Si elle m’agace dès les premières pages, elle finit par me convaincre et me remuer. Le regard qu’elle porte sur le monde est empreint de la magie de l’enfance ; quand on croit encore que les parents vont revenir du Paradis, que les fauteuils volent d’une maison à une autre. Derrière l’innocence de la voix d’Anna se dessine en filigrane l’horrible vérité…

Un roman qui m’a fait éprouver des émotions contradictoires. L’émotion a surgit de façon brutale dans les dernières pages. Une lecture marquante, qui m’a serré le cœur une fois la dernière page tournée.

***

« Je pleure et il y a un lac à l’intérieur de moi, c’est de là que toutes les larmes sortent et il devient plus petit pendant que le lac à mes pieds grandit tout le temps, bientôt mon lac caché sera sec et je mourrai, et ce sera la faute de Maman parce qu’elle m’a laissée pleurer toute la journée, ou en tous cas très longtemps je crois. »

« J’ai plus envie de flotter même si la chambre est bleue, et puis mon cœur est trop lourd, il me laisse pas décoller. »

« Ma mémoire rugit dans ma poitrine et on croirait qu’elle va me dévorer, et puis j’entends un bruit sourd, mes yeux s’ouvrent d’un coup et glissent sur le côté pour regarder. »