Ana Oncina – Un couple à croquer ***

9782501102278-X_0

Editeur : Marabout – Date de parution : avril 2015 – 128 pages

*

Le synopsis de cette BD espagnole tient en quelques mots ; c’est l’histoire d’un chausson et d’une croquette en couple. Un jour, ils prennent la décision d’emménager ensemble. Page après page, bulle après bulle, nous sont racontés les petits détails de ce quotidien à deux.

Cette BD, truffée d’humour, est un ensemble de petites scènes de la vie quotidienne et de ce couple singulier qui vient d’emménager. Pleine de mignonnerie, elle décrit le couple et la vie à deux avec humour et réalisme.

Les bouilles des deux protagonistes m’ont vraiment fait craquer, le trait de crayon est tout à fait drôle et intelligent… En bref, je me suis régalée et j’ai trouvé le tout adorable.

***

IMG_0036

*

IMG_0038

Thomas B. Reverdy – Les évaporés ***

9782290093535

 

Éditeur : J’ai Lu – Date de parution : mai 2015 – 317 pages

*

Richard B est détective privé et poète à ses heures perdues ; il habite à San Francisco. Lorsque son ex-petite amie l’appelle pour lui demander de l’aide, il accourt aussitôt. Le père de Yukiko a disparu une nuit. Sans laisser d’adresse, juste un mot. Ensemble, ils prennent l’avion et débarquent à Kyoto, au Japon.

Akainu est un adolescent hébergé chez le Vieux Koba, à San’ya, le quartier des évaporés à Tokyo. Mais un soir, ce dernier se fait mortellement agressé. Akainu est obligé de fuir.

Les chapitres, aux titres parfois poétiques, parfois énigmatiques, se concentrent alternativement sur Richard B, sur Kaze, le père disparu, et sur Akainu, cet adolescent qui a tout perdu à cause du tsunami. On découvre des personnages qui restent hantés par le spectre du tsunami et de la catastrophe de Fukushima. La mafia japonaise rôde. Et on en découvre plus sur ces évaporés, ces disparus du Japon que la police ne se donne même pas la peine de rechercher, les johatsu. Qu’est ce qui pousse ces gens à disparaître, quelles sont leurs raisons ? Comment parviennent-ils à se réinventer une vie ? Un roman au charme singulier, qui m’a beaucoup plu.

***

« Il savait que parfois, pour survivre, il faut partir. Ce qui veut dire aussi qu’il faut laisser les gens partir. Même ceux qu’on aime. »

Meg Wolitzer – Les Intéressants ***

9782253182870-001-T

Editeur : Le Livre de Poche – Date de parution : mai 2016 – 739 pages

*

Été 1974, Julie est une adolescente de quinze ans, dont le père vient de mourir d’un cancer foudroyant. Sa mère l’encourage à partir à Spirit-in-the-Woods, un camp de vacances en pleine nature, qui met à l’honneur les arts, le théâtre, la danse, la musique… Elle y rencontrera un groupe de cinq adolescents, qui se sont baptisés Les Intéressants. Ils se retrouvent chaque soir sous un tipi et discutent, fument de l’herbe, jouent de la guitare. Il y a Ethan, petit génie des films d’animation, Goodman et sa sœur Ash, charismatiques New-yorkais, Jonah, le fils de la célèbre chanteuse de folk, Susanna Bay, et Cathy, qui rêve de devenir danseuse mais n’a pas le corps pour. Sur une quarantaine d’année, nous suivons le destin de ces adolescents découvrant le monde adulte.

Au fil des pages, les chapitres alternent passé et présent, sans linéarité temporelle. On saute d’une décennie et d’un souvenir à l’autre, pour revenir à cet été 1974 que Julie, rebaptisée Jules par la bande, n’oubliera jamais. Les adolescents se retrouveront deux étés encore, puis continueront à se voir, malgré les ruptures, les déboires avec la justice, malgré les années et les trajectoires différentes.

Les personnages sont attachants, j’ai aimé les suivre avec pour toile de fond le New-York des années 80. Chaque ami va se retrouver projeté dans le monde adulte, Spirit-in-the-Woods résonnant longtemps en eux.

C’est un roman foisonnant sur l’adolescence, l’amitié, l’art et la direction que l’on choisit ou non de donner à sa vie, dont l’écriture est un savant mélange d’ironie et de nostalgie. Chaque personnage a une épaisseur psychologique finement décrite. Une vraie lecture plaisir.

Merci aux éditions Le Livre de Poche pour cette belle lecture !

***

« Sur ce cliché, les pieds d’Ethan reposaient sur la tête de Jules et les pieds de Jules reposaient sur la tête de Goodman, et ainsi de suite. N’était-ce pas toujours ainsi ? Des parties de corps pas tout à fait alignées comme on l’aurait souhaité, un ensemble un peu de travers, comme si le monde lui-même était une séquence animée de désir et de jalousie, de haine de soi et de grandiloquence, d’échec et de succès, une boucle étrange et infinie, que vous ne pouviez pas vous empêcher de regarder car, malgré tout ce que vous saviez maintenant, c’était toujours très intéressant. »

Nicolas Delesalle – Un parfum d’herbe coupée ***

9782253045458-001-T

 

Éditeur : Le Livre de Poche – Date de parution : juin 2016 – 251 pages

*

A l’enterrement de sa grand-mère, Kolia n’a même pas trente ans. Son grand-père, atteint d’Alzheimer, lui offrira ces derniers mots, lourds de vérité : « Tout passe, tout casse, tout lasse ». Quelques années plus tard, en repensant à ce moment-là, Kolia se projette dans le temps et s’adresse à son arrière-petite-fille, Anna, qui n’est pas encore née. Et il tente de mettre des mots sur sa vie jusqu’ici, les souvenirs de son enfance et de son adolescence resurgissent. A travers cette remémoration, il se demande ce qu’il restera de lui plus tard. Cette phrase de son grand-père, terrifiante de vérité, est le point de départ, le prétexte à son grand remue-ménage de souvenirs. Utilisant la métaphore de la photographie, Kolia part à la recherche de ces instantanés qu’il garde en mémoire… « Mais je veux quand même essayer de mitrailler le flou de ces petits moments qui ont changé mes joues, ces fragments d’enfance ordinaire… » Le narrateur interroge ces petits détails qui font tout.

Ce court roman est une très jolie découverte ; Nicolas Delesalle possède une plume intelligente et drôle. Anecdotes et souvenirs sont évoqués, à travers une atmosphère profondément nostalgique. Certains passages sont si bien décrits qu’ils sont drôles – comme celui sur sa découverte de la lecture, de Boris Vian – et d’autres très émouvants. Certaines phrases sont pleine de génie, elles font mouche et nous atteignent en plein cœur.

C’est un roman sur le souvenir, le temps et l’instant ; avec ses mots, le narrateur tente de capturer les images de son passé. Un petit livre criant de vérité, qui se déguste mot après mot, c’est presque un coup de cœur. Je me suis sentie étonnamment proche de Kolia, qui est un personnage touchant dans la mise à nu de son enfance.

Un grand merci au Livre de Poche pour cette belle lecture, que je n’oublierai pas de sitôt…

***

« La vie est courte comme un flash, mieux vaut penser à sourire pour la photo. »

« Dès lors, ma libraire aux cheveux court devint mon dealer officiel. Chaque semaine, je revenais chercher ma dose et elle comblait méthodiquement les failles profondes creusées par une préadolescence de sportif joyeux mais illettré. »

« Et je suis entrée de plain-pied dans le temps, un peu comme on plonge enfin dans l’eau fraîche de l’océan après avoir mouillé ses pieds, en hésitant pendant des plombes dans les vaguelettes de la prime enfance. J’ai compris que j’étais bien. J’ai compris que j’étais content d’être bien. J’ai compris que c’était fragile, éphémère, un instant, jamais une vie, un hasard, jamais un dessein. »

« Ça fait toujours un drôle de bruit intérieur quand on laisse un endroit qu’on a longtemps hanté, on s’attache, ça craque, ça cogne, ça déchire, ça arrache. »

« C’était l’enfance qui se défendait. »

Joseph Boyden – Les Saison de la solitude ***

9782226193995

 

Éditeur : Albin Michel – Date de parution : 2009 – 509 pages

*

Je vous présente ma nouvelle LC avec Claire du blog La tête en claire – hé oui, on les enchaîne les lectures en commun, on y a pris goût😉 Pour découvrir sa propre chronique c’est par ici !

J’ai lu il y a quelques années Le chemin des âmes, du même auteur. J’avais trouvé ce roman sublime, et cette lecture avait été un véritable coup de cœur. Depuis, Les Saisons de la solitude m’attendait sagement dans la bibliothèque familiale… Dans ce nouvel opus, Joseph Boyden utilise la même construction du texte : deux personnages prennent la parole à tour de rôle. Il y a l’oncle Will, pilote forestier, plongé dans un profond coma à la suite d’une agression. A travers sa voix qui s’élève de l’autre côté, resurgissent ses souvenirs et se déroule le fil des événements qui ont conduit à cette agression. Son récit est adressé à ses nièces. A son chevet se trouve justement l’une de ses nièces, Annie. Elle-même prend la parole, veille sur lui et lui raconte des bribes d’histoires, des bribes de sa vie à Moosonee, dans l’espoir qu’il s’éveille un jour. Peu à peu, en remontant le temps, le passé s’éclaircit.

Si au début le texte m’apparaît un peu complexe et difficile d’accès, sans doute dû à l’écriture un peu hachée et aux phrases courtes, je finis par plonger complètement dans ce beau roman, où les voix des deux personnages semblent parfois faire écho l’une à l’autre et sonnent de façon terriblement juste. Je suis à nouveau tombée sous le charme de l’écriture de Joseph Boyden, qui nous offre le tableau d’une nature fascinante. Par moment, je m’y suis vraiment cru : en pleine forêt, à chasser l’orignal et à suivre le vol des oies sauvages, ou encore à traverser la Moose River, à l’approche de l’hiver.

Je me suis immergée dans l’immensité sauvage des forêts canadiennes, avec cette fresque familiale amérindienne et ces tensions entre clans, qui dégage beaucoup de force et d’émotions. L’auteur questionne les liens familiaux et l’identité des Indiens d’Amérique de façon toujours aussi juste. Il opère un savant mélange de mystère et de nature writing. Même si je n’ai pas ressenti le même coup de cœur que pour Le Chemin des âmes, je ne suis pas déçue par ce deuxième roman, qui m’a offert de beaux moments de dépaysement.

***

« Parfois, quand on est seul dans les bois, au cœur de l’hiver, et que l’aurore boréale apparaît, on l’entend. Un bruit de friture. Comme une radio réglée tout bas, qui gémit et soupire. C’est ce que j’avais l’impression d’entendre, et j’ai tendu l’oreille pour écouter ce que la voix essayait de me dire. »

« En revanche, le bourdonnement, le bourdonnement du monde, je pense qu’il continue après que le corps a cessé de vibrer. Quand meurt le bourdonnement du corps vivant, que ce soit celui du brochet ou de l’esturgeon, celui de la gélinotte huppée, de l’orignal ou de l’homme, le battement du cœur continue, peut-être plus lent, mais qui se mêle aux battements de cœur du jour et de la nuit. De notre monde. Dans ma jeunesse, je croyais que l’aurore boréale, l’électricité qui me parcourait la peau sous ma parka, le léger crépitement que j’entendais, c’était Gitchi Manitou qui recueillait les vibrations des vies passées afin de ravitailler le monde avec le pouvoir de tous ces animaux. »

Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat – Et je danse aussi ****

9782266265973

 

Éditeur : Pocket – Date de parution : février 2016 – 310 pages

*

Tout commence par une mystérieuse et épaisse enveloppe envoyée par une lectrice, Adeline Parmelan, à l’écrivain Pierre-Marie Sotto, prix Goncourt et auteur qui se retrouve en mal d’inspiration. Une drôle de correspondance par mails se met en place entre ces deux personnages que tout, a priori, sépare.

Très vite, les deux correspondants se livrent l’un à l’autre, se dévoilent, par les détails du quotidien et les confidences à demi-mots. Sans s’en rendre compte, ils s’attachent l’un à l’autre. Pierre-Marie se confie sur sa dernière femme, qui a disparu brusquement deux ans auparavant, et qu’il ne parvient pas à oublier. Quant à Adeline, elle confie ses propres blessures…

L’écriture est fluide, légère et gorgée d’humour. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre cet échange de mails, qui ne va pas se faire qu’entre les deux protagonistes. Si au début je prends cette lecture pour un simple divertissement, sans beaucoup d’attente vis à vis de l’intrigue, je prends peu à peu un plaisir dévorant à lire ce roman épistolaire moderne ! Et au bout de 80 pages, un certain mystère s’invite dans l’écriture et me surprend… je suis alors ferrée complètement. La grosse enveloppe n’a toujours pas été ouverte, que cache-t-elle donc ?

J’ai aimé le lien entre fiction et réalité, quand les deux personnages jouent avec leur réalité. Les lettres contiennent beaucoup de réflexions sur la fiction, les personnages, le roman et cet aspect m’a beaucoup plu. Les personnages sont tous hauts en couleurs et attachants, à leur façon. Et je danse aussi semble un roman léger, mais il cache en fait une histoire bien plus profonde, qui se révèle par couches successives. Il est question de trahison, de mensonge et de vérité. Une vérité qui se cache au détour des mots.

C’est un roman tout simplement délicieux, bien écrit et qui m’a fait rire autant qu’il m’a émue. Une fois commencé, je n’ai pu que le dévorer jusqu’à la dernière page. C’est un joli coup de cœur et une lecture parfaite pour l’été.❤

***

« Connais-tu la différence entre l’amour et le meurtre ? Il n’y en a pas. Dans les deux cas, la même question se pose : que faire du corps après ? »

« Mais qu’importe, j’aime qu’on me raconte des histoires, et si elles sont bonnes, alors elles deviennent plus vraies que les vraies, elles résistent mieux à l’oubli, en tous cas. C’est ainsi qu’on réinvente son passé, je crois. »

Marie-Aude Murail – Dinky rouge sang ***

9782211201803

 

Éditeur : L’Ecole des Loisirs – Date de parution : 1991 – 192 pages

*

Repéré grâce à la jolie chronique du blog Les Livres de George Sand et moi, j’ai tout de suite craqué pour ce roman quand je suis tombée dessus en librairie. Mon tout premier Marie-Aude Murail ! J’ai tellement entendu parler de cette auteure, que j’avais hâte de rencontrer sa plume…

Nils Hazard est un détective d’un genre particulier… Professeur à la Sorbonne, passionné par les Égyptiens et les Étrusques, il adore mener l’enquête. Depuis son plus jeune âge, il est attiré par les mystères à résoudre…  Il garde sur son bureau une petite voiture rouge de la marque Dinky toy. Sa propre histoire familiale repose sur une énigme qu’il lui a fallu résoudre à l’âge de treize ans. Ses parents sont morts, il a grandi avec son grand père et sa belle mère, la femme de son grand père. Une nuit, en fouillant dans les combles, il est tombé sur un secret de famille qu’il n’aurait jamais dû connaître. A la fac, il se lie d’amitié avec une de ses étudiantes, Catherine Roque. Ensemble, ils vont résoudre les énigmes qui croisent leur chemin.

Nils Hazard aime les mystères ; il faut dire qu’il a plus d’imagination que de sensibilité. C’est son imagination qui lui permet d’ailleurs de résoudre bien des énigmes : Frédérique Roque et son tic hideux, la disparition de Paul Duvergne, le bégaiement soudain de François, ou encore la tristesse que ressent Solange lorsqu’elle boit un chocolat chaud… Pour lui, tous les êtres humains sont des énigmes ; et tous les comportements ont une explication. Il imagine ce qui se passe dans la tête des autres.

Chaque chapitre se concentre sur une énigme à résoudre, mais le roman reste très fluide. J’avoue avoir été absolument surprise par la fin de la toute dernière énigme… À laquelle je ne m’attendais pas du tout. Ce roman jeunesse m’a fait frissonner à plusieurs reprises et je me suis totalement délectée de ma lecture. L’auteure parvient à mettre en oeuvre une atmosphère de mystère, elle tire à merveille les ficelles, chaque énigme est mise en scène de façon absolument géniale. J’ai adoré cette première rencontre avec l’auteur !

***

Je préfère penser qu’il y a des pourquoi qui sont veufs de parce que.