Martin Blasco – La Noirceur des couleurs ****

Capture

Éditeur : l’école des loisirs – Date de parution : octobre 2017 – 256 pages

*

Buenos Aires, 1885. Cinq bébés sont enlevés en pleine nuit. Vingt-cinq ans plus tard, un des bébés, devenu une ravissante jeune femme, revient chez ses parents. Alejandro, un jeune journaliste, est contacté pour enquêter sur ces disparitions et pour aider la jeune femme à retrouver sa mémoire perdue…

Parallèlement à l’enquête du journaliste, nous découvrons page après page le journal intime de J.F. Andrew, l’homme à l’origine de la disparition de ces bébés – un homme épris de sciences au mépris de l’humain ?

Un roman argentin captivant dès les premiers mots, qui provoque en nous de l’effroi, qui nous glace et nous émeut… Sombre et énigmatique, il offre matière à réflexion sur l’humain, l’âme, les limites de la science et la folie humaine, le destin. Un roman saisissant qu’on ne peut lire qu’en apnée, et qui, une fois terminé, ne cesse de nous hanter.

Publicités

Carlos Bernatek – Rancœurs de province **

51sqma5nz7l-_sx195_

Éditeur : L’Olivier – Date de parution : février 2017 – 179 pages

*

Dans ce roman argentin, deux personnages livrés à eux-mêmes quittent leur foyer pour un village de province inconnu. Leurs destins se déroulent en parallèle et semblent se faire écho l’un à l’autre. Ils vont découvrir tous deux, à leur manière, la province argentine. Poli est vendeur ambulant d’encyclopédies et doit donc s’absenter souvent. En découvrant un poème érotique dans l’agenda de sa femme ; Poli laisse galoper son imagination débordante et, menant l’enquête, il découvre qu’elle le trompe. C’est dans une petite bourgade morne où la chaleur est écrasante, même en plein hiver, qu’il trouvera refuge, pour le meilleur ou le pire…

Selva est embauchée pour préparer l’ouverture d’un bar, le Waldo’s, dans une station balnéaire. Elle est ravie, elle n’a jamais vu la mer, c’est l’occasion rêvée. Les paroles de sa mère ne cessent de lui revenir en mémoire depuis qu’elle est arrivée. Elle découvre le bar et la minuscule pièce dans laquelle elle va vivre. Mais plus les jours passent et plus elle trouve à la ville des airs inquiétants ; peu à peu, le sentiment d’insécurité et de méfiance prend possession d’elle, à l’image de ce sable qui s’infiltre sans cesse sous sa porte.

Carlos Bernatek dépeint ces petits villages de province, ces campagnes argentine où pauvreté, oisiveté et argent sale ne font jamais bon ménage. Un roman qui m’intriguait mais qui finalement n’a pas vraiment su répondre à mes attentes ; peut-être m’attendais-je à plus de mystère, plus de lien entre les deux personnages ? Peut-être aussi est-ce dû à la quatrième de couverture un peu trop bavarde – elle évoque des événements qui ne se sont toujours pas déroulés au bout de la page 100.

Merci aux éditions de l’Olivier pour cette lecture !

***

« Mais Selva, à cet instant, dans cette solitude, dans un lieu qu’elle connaissait à peine, ressentait cette inquiétude propre à la peur, cette palpitation saccadée dans la poitrine. Les lieux, se rappelait-elle avoir lu dans un hebdomadaire, ont une aura, une énergie particulière qu’il faut s’efforcer d’identifier afin d’adopter un comportement respectueux et prévenant. »