Delphine Bertholon – Grâce ****

Le Livre de Poche – 2013 – 312 pages

*

1981. Grâce Marie Bataille écrit son journal, s’adressant à Thomas, son absent de mari qui est représentant de commerce. Toujours par monts et par vaux. Grâce se débat avec son quotidien, ses deux enfants. À 34 ans, elle se sent déjà si vieille. Aigrie. Elle écrit pour ne pas perdre la boule. Car depuis que la jeune fille au pair polonaise travaille chez eux, tout semble s’effriter, se déliter.

2010. Nathan, son fils, débarque pour Noël dans la maison familiale avec ses enfants, jumeaux. Il retrouve sa sœur Lisa, revêche. Sa mère. Cette année, pas d’immense sapin. Quelque chose semble avoir changé ; dans la nuit de Noël, des événements curieux commencent à survenir…

Le roman de Delphine Bertholon, que j’ai trouvé fascinant, alterne entre deux époques – deux voix qui s’élèvent tour à tour. L’une s’adresse à son mari absent. L’autre à sa femme morte six ans plus tôt, en couche. C’est une lecture qui m’a happée dès les premiers mots. L’ambiance nous plonge dans un drôle d’état. Ce secret de famille qui est sur le point d’émerger… Ces événements étranges qui pétrifient chaque membre de la famille. Et cette maison, que Grâce ne quittera jamais. Page après page, l’horreur lentement se dessine.

C’est l’histoire d’une famille qui se décompose au fur et à mesure que les fantômes du passé resurgissent. Un fantôme, en particulier… L’écriture est saisissante, Delphine Bertholon est une magicienne du verbe. Je la découvre avec ce roman et je suis littéralement scotchée par son écriture et l’intrigue si bien ficelée, implacable. Même si je me doute assez vite de l’issue, je reste saisie par la fin. Une lecture magistrale qui offre matières à réflexion sur la beauté, les injonctions à la beauté et à la perfection qui détruisent les femmes.

Pauline Claviere – Les Paradis gagnés ***

Grasset – avril 2022 – 400 pages

*

Quel plaisir de retrouver la plume de Pauline Claviere avec ce nouveau roman. J’ai beaucoup aimé les retrouvailles avec ses personnages, découverts dans Laissez-nous la nuit, un premier roman étonnant et puissant. Max, sorti de prison, qui cherche à retrouver une vie normale mais demeure hanté par son séjour carcéral. Ilan, toujours rongé par la quête de son frère et de son père. Marcos, son acolyte de cellule, hospitalisé pour son cancer, fidèle à lui-même. La lumineuse Laure, qui va se lancer dans un combat pour se venger de son passé.

Une galerie de personnages secondaires toujours aussi attachants, tous en quête de quelque chose, tous rattrapés par le désir de s’en sortir. Une intrigue bien ficelée et haletante. Une lecture fluide qui se dévore, savant mélange de suspense et de poésie, de tendresse et de violence. Une réussite, encore une fois, pour ce roman dont on a du mal à se défaire.

Ian Manook – Heimaey ***

Le Livre de Poche – 2019 – 576 pages

*

Pour renouer avec elle, Soulniz propose à sa fille Beckie de lui faire découvrir l’Islande et ses merveilles, 40 ans après l’avoir lui-même découverte. Beckie a dix-huit ans et depuis la mort de sa mère, elle s’éloigne de son père. Soulniz a l’impression de la perdre ; il est donc prêt à tout pour sauver leur relation.

Mais les retrouvailles se trouvent vite ternies par l’atmosphère de leur voyage … Ces mots anonymes déposés sur leur pare-brise. Cet homme étrange qui semble être toujours au mêmes endroits qu’eux. Cette voiture qui semble les suivre.

Heimaey est un polar prodigieusement dépaysant qui se dévore ! Suspense et immersion islandaise sont au rendez-vous. Le contraste entre la splendeur de l’Islande – sa nature à couper le souffle – et l’horreur de l’intrigue est saisissant. Un thriller talentueux et très addictif porté par une belle écriture terriblement efficace.

Monica Sabolo – Summer ***

Le Livre de Poche – 2019 – 288 pages

*

Un jour d’été. Un pique-nique au bord du lac Léman. Une partie de cache-cache. Summer Wassner disparaît. Elle a dix-neuf ans. Des cheveux blonds comme le soleil. Tout pour réussir – son avenir est tout tracé. La dernière image d’elle que Benjamin, son frère mutique et taiseux, gardera figée sur sa rétine sont ses longues jambes et son short en jean qui disparaissent dans les bois…

Summer est un roman énigmatique, à l’atmosphère à la fois glauque et magnétique – un savant mélange de thriller et de roman psychologique.

Monica Sabolo nous offre une plongée dans la psyché de cet homme qui, vingt cinq ans après la disparition de sa sœur, se souvient. L’écriture, aussi sublime que glaçante, nous saisit par la main et nous entraîne dans les méandres de sa mémoire, ses pensées et souvenirs tortueux.

Grâce aux séances chez son psychiatre, Benjamin parvient à extraire des bribes de souvenirs. L’on réalise bien vite que les secrets de cette famille sont aussi lourds que des cadavres s’enfonçant dans les profondeurs du lac… L’image du lac revient tout au long du roman – comme une entêtante ritournelle – un personnage à part entière qui ne cesse de fasciner Benjamin – il imagine les créatures qui s’y cachent, métaphores des pires secrets de famille. Je dévore les dernières pages en apnée.

« Qui s’évapore, dans ce monde? Cela n’arrive pas, ou seulement dans ces familles maudites, dont le membre le plus inoffensif (et insignifiant), à force d’imaginer le pire, et de projeter sur autrui l’ombre dont il est fait, finit par provoquer ce qu’il redoutait le plus au monde. Il a le pouvoir de créer les drames qui naissent dans son cerveau dérangé, ils s’échappent de lui de la même façon que le sang s’écoule du corps de sa sœur, sombre, intarissable. »

Julien Dufresne-Lamy – Mon père, ma mère, mes tremblements de terre ***

Harper Collins Poche – 2021 – 192 pages

*

« Allongé sur son lit de métal, mon père est parti enrubanné, comme une vieille boursouflée de Saint-Tropez. »

Charlie, 15 ans, est dans une salle d’attente avec sa mère. Ils attendent qu’Alice sorte du bloc opératoire. Alice ? C’est son père. Son père, qui sera désormais Elle.

Le tremblement de terre qui a ébranlé sa famille. Cela remonte à deux ans ; son annonce. Les larmes. L’incompréhension. La haine. Le mélange des émotions et sentiments qui bouillonnent en lui, tout jeune ado qu’il est. Pendant l’attente, Charlie se remémore les dernières années. Les derniers mois. Les souvenirs se bousculent dans sa mémoire pendant ces 4 heures d’attente avant la rencontre avec Alice.

Un roman sur le vif, bouleversant et incroyable sur la transidentité, sur la famille. Une plume émouvante et juste. Une lecture que je ne suis pas prête d’oublier.

Sophie Adriansen – Hystériques ***

Charleston – juin 2021 – 528 pages

*

Qui sont ces femmes qui se font traiter d’hystériques ? Il y a Diane, qui a deux enfants. Dont le premier accouchement fut si traumatisant. Il y a Clémentine, maman d’une petite Agathe, enceinte d’une 2ème fille. Et qui prend de plein fouet le souvenir de sa première grossesse, il y a seize ans. De cet accouchement sous X. Et il y a Noémie, qui n’arrive pas à tomber enceinte ; fait semblant. Puis apprend qu’elle porte non un enfant mais un cancer.

Ces trois femmes sont sœurs. Ces trois femmes ont des parents qui leur ont donné une certaine éducation ; elles ont appris que l’on ne parle pas de certaines choses. Dans leur famille, on ne peut pas parler de tout – beaucoup trop de non-dits, de silences les ont vu grandir.

Un roman profondément féminin et féministe, qui nous plonge dans l’intime de chacune de ces femmes, en proie aux incertitudes de la maternité, de l’enfantement, aux violences obstétricales, aux violences de cette société patriarcale. Je me suis sentie proche de ces femmes souvent vulnérables mais si fortes – comme chaque mère. Un roman sensible et terriblement juste.

Sandrine Collette – Les Larmes noires sur la terre ***

Le Livre de Poche – 2018 – 384 pages

*

Moe, une jeune femme qui avait l’avenir devant elle avant de rencontrer cet homme qui lui fait miroiter la capitale et l’arrache à son île. Six ans plus tard et un bébé dans les bras, elle le quitte et se retrouve à devoir vivre dans un centre d’accueil pour les pauvres et sdf comme elle ; La Casse. Une ville faite de carcasses de voitures posées sur cales en guise de logement. On attribue à Moe une 306 grise sans siège arrière. Désormais elle sera un numéro.

La Casse, un bidonville. Des rues sales et miséreuses, des relents nauséabonds.

Au milieu de ces immondices, Moe va découvrir une communauté de femmes ; Marie-Thé, Nini-peau-de-chien, Jaja et Ada, la vieille Afghane. Et Poule avec ses taches de douceur. Chacune raconte son histoire, autour de leur feu de camp. Elles s’entraident pour survivre. Moe découvre un univers d’une violence inouïe mais aussi l’humanité inattendue de ce cercle de femmes soudées.

Les larmes noires sur la terre est un roman incroyable qui m’a fait passer par toutes les couleurs, toutes les émotions. J’en ressors transie. Violence et poésie se côtoient. Horreur et espoir. Beauté de la langue et inhumanité. Un roman fort, qui va résonner longtemps en moi.

Ananda Devi – Le rire des déesses ***

Grasset – septembre 2021 – 240 pages

*

Veena vit avec sa fille de dix ans dans La Ruelle, le quartier des miséreux et des prostituées ; quartier d’une ville pauvre d’Inde. Veena et la rage qui l’habite depuis l’enfance. Une rage qui menace d’engloutir sa fille. Une fillette qui n’a pas de nom ; pourquoi se fatiguer à lui trouver un nom, alors qu’elle est vouée à disparaître? Un bébé puis une enfant silencieuse, discrète, qui ne parle pas derrière sa cloison lorsque toute la journée sa mère travaille, s’affaire avec les hommes. Qui se trouvera un nom toute seule finalement. Elle s’appellera Chinti, la fourmi.

« Chinti n’est pas une petite fille mais un insecte aux mandibules puissantes, aux antennes sensibles, aux pattes agiles. Celle qui connaît les chemins secrets que d’autres ne connaissent pas et qui peut voir à travers les murs. »

Un jour débarque Shivnath, un swami – un homme de dieu qui se trouve fasciné par la fureur de Veena. Mais quand il rencontre Chinti, il en tombe instantanément fou d’amour. Fou de désir. Pour cette enfant si belle et solaire, il est prêt à tout ; même à l’enlever sous les yeux de sa mère pour la conduire à Bénarès et en faire sa déesse. Veena et les femmes de la Ruelle partent alors à leurs trousses, telle une marée vengeresse.

Le rire des déesses est un roman aussi âpre que poétique où transparaît toute la laideur de l’Inde ; le sort qu’elle réserve aux intouchables, aux femmes, aux filles, aux prostituées – filles de Kali -, aux hijras… Un roman qui donne la voix à tous ces êtres en marge, ces êtres mis au ban de la société indienne.

« Nous sommes la vengeance de la terre et l’immense rage des femmes à jamais agenouillées devant la toute-puissance des hommes. »

Ève Chambrot – Tu ***

Envolume – 31 août 2021 – 112 pages

*

Tu, c’est cette jeune femme. Harponnée, séduite par un homme en soirée. Un homme célèbre, influent, musicien, adulé. Un homme toujours entouré de femmes à ses pieds. Un homme qui pourtant, va la regarder, elle. Jeter son dévolu sur cette femme si discrète, si anodine.

Tu, pour mieux nous attirer au plus proche des émotions et sentiments qui animent cette femme qui se jette dans la gueule du loup. Qui va lentement se laisser détruire par cet homme.

Tu, c’est le récit, bref et sans appel, de cette relation abjecte et destructrice, dont elle sortira finalement sauve.

Un roman terriblement efficace, à l’atmosphère oppressante, porté par une écriture incisive, qui se dévore le temps d’une soirée.

Léonor de Récondo – Revenir à toi ***

Grasset – 18 août 2021 – 180 pages

*

Magdalena a quatorze ans lorsque sa mère disparaît. Un jour, au début du printemps, en revenant du collège, ces mots se coincent en travers de sa gorge – « Maman est partie ». Son absence lui coupe les jambes, la brise dans son bel élan.

Devenue adulte, devenue une comédienne reconnue, Magdalena apprend que sa mère est vivante – elle apprend où elle habite. Sans réfléchir, elle saute dans un train et laisse toute sa vie en plan. Tandis que le train file, les souvenirs défilent, déferlent en elle. Le chagrin de l’adolescente qu’elle était demeure intacte.

Magdalena se rappelle son adolescence ; la façon dont elle s’est jetée à corps perdu dans la peau d’Antigone, sur scène. Pour oublier. Pour se sentir libre – et non enchaînée à cet l’abandon. Elle se rappelle sa mère Apollonia et sa dépression, annihilant tout autour d’elle.

Un roman puissant. L’écriture poétique et ciselée de Léonor de Récondo nous fait lentement succomber à l’émotion.

Revenir à toi est un beau voyage poétique ; un voyage vers la mère perdue puis retrouvée. Un voyage dans le passé. Un texte violemment beau – une vibrante déclaration d’amour à cette mère qui l’a abandonnée un jour sans un mot.