Markus Zusak – La Voleuse de livres ****

la voleuse de livres

 

Éditeur : Pocket – Date de parution : 2008 – 633 pages

*

La Voleuse de livres est un roman au ton bien singulier et tout à fait original : en effet, la narratrice n’est autre que la Mort en personne… La Mort, personnifiée et dotée d’émotions, nous raconte comment elle s’empare des âmes.

Un jour, elle se fascine pour une fillette, Liesel Meminger. Une fillette dont elle emporte le frère dans un train, en plein cœur de l’hiver. La Mort croisera la route de Liesel à trois reprises, éprouvant à chaque fois beaucoup de curiosité à son égard. Une curiosité telle qu’elle décide de nous raconter l’histoire de cette enfant. Une histoire touchée par l’abandon, en plein cœur de l’Allemagne nazie, à la fin des années 30.

Après la mort de son frère, Liesel est recueillie par les Huberman, Hans et Rosa. La femme ressemble a une petite armoire, elle est dure mais aimante. L’homme au regard d’argent qui joue de l’accordéon, lui apprend à lire et écrire, ensemble ils lisent dans le sous-sol. Ils habitent au 33 de la rue Himmel, une des rues les plus pauvres de Molching, à Munich.

Les personnages sont terriblement attachants. Il y a Rudy Steiner, l’enfant des voisins, le meilleur ami de Liesel, qui l’accompagne dans ses nombreuses frasques. Il y a la femme du maire, chez qui Liesel découvrira une bibliothèque immense qui consolidera son amour des livres. Et puis un matin, Max, un boxeur juif, vient frapper à leur porte… Il a des cheveux comme des plumes et, dans leur sous-sol, il va se mettre à peindre les pages de Mein Kampf, le livre qui lui a sauvé la vie, pour y inscrire sa propre histoire.

Je ne vous en dirai pas plus… Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce petit pavé, qui m’a accompagnée durant ma première semaine en Égypte… Je me suis attachée aux personnages. À cette histoire d’enfant amoureuse des livres, qui au lieu de voler de la nourriture préfère voler un livre.

C’est un roman empreint d’humanité et de nostalgie. J’ai aimé sa forme, les libertés narratives prises par la Mort. Les listes qu’elle dresse, les commentaires qu’elle se permet. J’ai aimé cet amour des mots  et des livres qui s’empare de Liesel. Ce besoin irrépressible qu’elle a de les voler.

Le texte délivre une petite musique qui m’est vite devenue chère. Le roman se déroule tout doucement et prend de plus en plus d’ampleur au fil des pages. C’est un livre qui aurait pu être déjà écrit, verser dans le cliché, il y en a tellement sur ce sujet. Et pourtant…

***

« Même la musique de Papa avait la couleur des ténèbres. Même la musique de Papa. Le plus bizarre, c’est que cette idée, au lieu de l’angoisser, la réconfortait plutôt. L’obscurité, la lumière. Quelle différence ? Dans l’une et dans l’autre, les cauchemars s’étaient renforcés au fur et à mesure que la voleuse de livres comprenait comment les choses se passaient et comment elles se passeraient toujours. »

« Parfois, ça me tue, la façon dont les gens meurent. »

« Bientôt, elle fut entourée de mille morceaux de mots. Les mots. Pourquoi fallait-il qu’ils existent ? Sans eux, il n’y aurait rien de tout cela. Sans les mots, le Führer ne serait rien. A quoi bon des mots ? »

« J’ai détesté les mots et je les ai aimés, et j’espère en avoir fait bon usage. »

 

 

Publicités

29 réflexions sur “Markus Zusak – La Voleuse de livres ****

    • Oui, cette lecture m’a beaucoup marquée aussi. Pour l’adaptation ciné, je me tâte encore, j’entends des avis très contrastés. En tous cas, je suis contente de ne pas avoir vu le film avant de lire le bouquin 🙂

      J'aime

  1. Un roman que je me promets de lire depuis des lustres, je n’ai même pas voulu voir le film pour ne pas gâcher ma lecture (j’aime toujours mieux voir les films après avoir lu les romans). Il faut que je commence une petit PAL pour l’été et j’y mettrai sans doute ce roman qui a assez dormi dans ma PAL.

    Aimé par 1 personne

    • Tu as bien eu raison de ne pas voir le film avant, il paraît qu’il n’est pas indispensable… Je suis comme toi, je préfère toujours lire le livre avant, pour n’avoir aucune image en tête. C’est une belle lecture pour les vacances !

      J'aime

    • Bah alors, il faut absolument l’en sortir !!! 😉 L’Egypte c’était juste sublime… j’ai qu’une envie, c’est d’y retourner !! On a tout pour être heureux : culture, baignades, chaleur… Les pyramides de Gizeh m’ont laissée sans voix. Ça me fait penser que je devais faire un p’tit article sur mon voyage, mais j’ai trop de trucs à faire en ce moment… Après ma soutenance de mémoire le 17 mai, je me pencherai dessus :p Bref, l’Egypte, c’est vraiment à faire au moins une fois dans sa vie !

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Bilan littéraire – Année 2016 | Livres de Folavril

  3. Pingback: Je lis… donc je suis [Lectures 2016] | Livres de Folavril

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s