Violaine Huisman – Fugitive parce que reine ***

Fugitive-parce-que-reine

Folio – avril 2019 – 304 pages

*

C’est à travers les yeux de la petite fille qu’elle était que Violaine raconte son enfance tumul-tueuse auprès d’une mère pas comme les autres. Une mère un peu folle, qui oscille entre ombre et lumière, qui survit malgré ses blessures et sa défaillance. Une mère dont le diagnostique tombe quand l’enfant a dix ans : elle est maniaco-dépressive.

L’enfant nous raconte tout : les séjours en hôpital psychiatrique, les visites récurrentes des pompiers pour réanimer la mère… Ses coups d’éclats, ses folies en voiture… Leur quotidien complètement barré qu’il faut cacher aux autres afin que la famille ne vole pas en éclats.

Un récit qui bouillonne et qui fourmille de détails, de souvenirs, d’anecdotes ; ça part dans tous les sens. Le texte semble vouloir rendre compte de la folie de cette mère, sans rien omettre de cette enfance instable. Un récit auquel j’ai du mal à accrocher car il arrive après ma lecture de Dites-lui que je l’aime. Je me sens agacée par cette lecture et je décroche un peu – j’ai déjà lu ça.

Et puis dans la deuxième partie, l’auteure prend ses distances avec l’intime et nous raconte l’histoire de sa mère, le récit de sa vie, depuis sa naissance. L’immersion dans le texte commence enfin. Et le roman de Violaine prend le dessus sur celui de Clémentine. Fugitive parce que reine me prend par surprise, je ne m’attendais pas à être autant émue.

Un récit autobiographique déchirant qui nous dévoile les questionnements d’une femme sur le deuil de la mère, la maternité, la folie. La fin m’a particulièrement émue. On fait la connaissance d’une femme qui s’est toujours revendiquée libre, jusqu’à la fin. Une femme blessée dans son enfance, qui ne s’en est jamais remise, qui a toujours voulu donner à ses filles ce qu’elle n’avait pas eu.

***

« La vérité d’une vie n’est jamais que la fiction au gré de laquelle on la construit. »

« Qu’est-ce qu’on garde d’une vie ? Comment la raconter ? Qu’en dire ? Est-ce qu’une vie compte autrement que dans l’enfantement ou la création ? Quelle vie vaut la peine d’être retenue ? De qui se souvient-on ? De qui se souviendra-t-on ? »

Publicités

Jérôme Magnier-Moreno – Le Saut oblique de la truite **

MAGNIER-MORENO - Saut oblique de la truite.indd

Éditeur : Phébus – Date de parution : mars 2017 – 112 pages

*

Un récit de voyage en Corse, une balade sur le sentier du GR20, tout au long duquel le narrateur a l’intention de pêcher… Un joli titre faisant référence à Hemingway… Quand Jérôme Magnier-Moreno, peintre et romancier, m’a proposé de lire son roman, j’ai tout de suite accepté ! Ce récit avait tout pour me plaire.

Sur le quai d’une petite gare corse, un peu paumée, le narrateur attend son ami Olivier, qui ne viendra jamais. Il se met alors en route en solitaire, écrivant et décrivant ses journées de voyage dans un style simple et épuré, très descriptif – parfois ce sont juste des mots lâchés sur la page, pour décrire la journée qui vient de se passer, l’instant présent, la nature environnante, les rencontres et leur vacuité. Les chapitres prennent le nom de différentes teintes, à l’image d’une palette de couleurs. On décèle un regard perçant et observateur, submergé par moment par un désir masculin irrépressible.

Un récit de jeunesse un peu fou et brouillon, dont la légèreté cache une vérité plus cruelle… Si j’ai aimé le projet d’écriture, la plume ne m’a cependant pas du tout emballée – un peu trop banale et prosaïque, dénuée d’envolée lyrique.

Merci à son auteur pour l’envoi de son roman et la découverte !

 

IMG_1944