Malika Ferdjoukh – Quatre sœurs, Tomes 3 & 4 ****

4 soeurs-2                 4 soeurs-4

Éditeur : L’Ecole des Loisirs, collection Médium – Date de parution : 2003 – 201 pages

*

Avec la lecture de ces deux tomes, je viens de terminer la série des Quatre soeurs.

Tome 3, Bettina. Nous sommes au printemps. Bettina est toujours amoureuse de Merlin le magicien de Nanouk Surgelés. Charlie demande à tout le monde comment sont ses genoux. Le manque d’argent se faisant cruellement sentir, les filles décident d’accueillir un locataire pour arrondir les fins de mois difficiles. Elles ne s’attendaient pas à tomber sur ce mystérieux jeune homme dont chaque fois que la porte s’ouvre, des odeurs singulières s’échappent…  Une langue toujours aussi inventive et que je trouve encore plus poétique…
Ce tome contient une note un peu plus tragique que dans les deux premiers : chagrin amoureux et deuil s’invitent dans la danse… Et les fantômes maternel et paternel apparaissent et disparaissent au gré des jours et des humeurs. Le personnage de Bettina gagne en épaisseur et devient plus attachant. La famille évolue mais ne perd en rien son charme indéniable.

Tome 4, Geneviève. L’été s’installe. Geneviève vend des glaces et des chichis au bord de la plage. Bettina et ses copines partent en vacances à la ferme, et feront la connaissance d’Augustin, toujours un poussin dans la poche et un chat dans les pattes… Hortense et Enid sont à Paris, dans le minuscule deux pièces de la tante Jupitère, la mère de Désirée et Harry. Les péripéties se succèdent, nous retrouvons un florilège de personnages tous plus réjouissants et attachants les uns que les autres. La toute fin est belle, elle prend une tournure espiègle et poétique.

J’ai quitté ce dernier tome avec un irrésistible sourire sur les lèvres. Cette série est décidément un joli coup de cœur et une très belle découverte. L’écriture est tout simplement magique, inventive et d’une richesse imaginative incroyable. C’est tout un univers auquel on s’attache réellement avec ces personnages qui nous deviennent bien vite familiers.

J’ai presque du mal à parler de cette lecture, tellement je l’ai aimée…

***

« Ce que je préférais quand j’étais encore de ce monde, c’était marcher sur la plage ces jours-là. J’avais la sensation que personne, sauf moi, ne pouvait comprendre avec une telle perfection les vagues et leur mouvement. J’étais une vague moi-même. »

« C’était une drôle d’image qu’elle voyait de là, ce garçon qui cheminait en dansant sous un ciel mi-pomme mi-bonbon, un poussin à l’épaule, un oiseau dans la poche, un chat et un canard autour, une pie sur la tête… »

« Elle se sentait presque voler, presque E.T. pédalant vers sa lune. Sauf que ce n’était pas la lune qu’on voyait descendre là-bas, mais le soleil, gonflé comme une pastèque à l’horizon des vagues. »

« L’être humain a une foutue imagination pour mettre des vies en l’air. »

« Son regard glissait de la page de lecture vers la réalité du salon. Le bord supérieur du livre étant son horizon-frontière entre fictif et réel. Un peu comme entre l’écran de cinéma et la salle. »

Publicités

Malika Ferdjoukh – Quatre soeurs, Tome 2 : Hortense ***

hortense
Éditeur : L’Ecole des Loisirs, collection Médium – Date de parution : 2003 – 191 pages

*

Et hop le deuxième tome des Quatre sœurs dévoré…  Je viens de réaliser que chaque tome se déroule à une saison. Quatre tomes pour quatre sœurs et donc quatre saisons. Avec Enid, c’était l’automne, et avec Hortense, nous sommes en hiver.

Cette fois le récit se concentre donc sur Hortense, 12 ans, qui tient son journal intime précieusement à l’abri des regards indiscrets. Hortense qui ne sait pas trop que faire de sa vie, et qui décide de s’inscrire dans un cours de théâtre pour combattre sa timidité maladive.

En se baladant sur la falaise près de la Vill’Hervé, elle fait la rencontre de Muguette, une petite fille atteinte de leucémie, avec un drôle de nom et un brin de folie. Le roman met également en scène la rencontre de Bettina avec le livreur magicien de Nanouk Surgelés, qui ne sera plus si laid à ses yeux. Sans oublier la tante Lucrèce qui débarque sans crier gare…

***

Ce deuxième tome s’inscrit dans la lignée du précédent et est tout aussi réjouissant. On retrouve l’écriture délicieuse de Malika Ferdjoukh et ses personnages et situations insolites. On est touchés, on sourit et on s’attache vraiment à cette famille farfelue. Un vrai plaisir.

Du coup, j’enchaîne avec la lecture des deux derniers tomes sans perdre une minute !

*

Ma chronique sur le 1er tome : Quatre soeurs, Tome 1 : Enid

Malika Ferdjoukh – Quatre sœurs, Tome 1 : Enid ***

quatres-soeurs-tome-1-enid

Éditeur : L’Ecole des Loisirs, collection Médium – Date de parution : 2003 – 138 pages

La série Quatre sœurs nous donne à voir une vie familiale un peu particulière! Il n’y a non pas quatre sœurs, comme le titre pourrait nous le faire croire, mais cinq : Charlie, l’aînée qui se débat chaque hiver avec Madame Chaudière, Geneviève qui garde précieusement son secret sous couvert de rendez-vous babysitting, Bettina toujours accompagnée de ses deux copines Béhotéguy et Denise, formant l’inséparable trio DBB (la Division Bête et Méchante), Hortense qui passe des heures à écrire son journal intime et Enid, la petite dernière, 9 ans, qui dort avec ses chats Ingrid et Roberto… Charlie a la charge de la maison et de ses sœurs depuis la mort accidentelle de leurs parents quelques mois plus tôt.

***

Le 1er tome de la série est consacré à Enid, la plus jeune des cinq sœurs Verdelaine. Malika Ferdjoukh nous introduit dans un univers absolument délicieux et insolite. Nous découvrons cette vie de famille curieuse, haute en couleurs.

Par une nuit de tempête, Enid sort dans le jardin et manque de se faire écrabouiller par le sycomore géant. Elle va partir à la recherche de Swift, sa chauve-souris, dont elle est persuadée qu’elle est encore en vie. Par la même occasion, elle tâchera de découvrir ce qui se cache derrière ce fantôme dont les cris lancinants et larmoyants terrifient la petite famille.

Un univers drôlement singulier et très inventif, qui mêle habilement petits tracas du quotidien, chronique amoureuse adolescente, aventure et surnaturel, avec beaucoup d’humour et de facétie… Ce roman est un vrai plaisir. L’écriture est facétieuse, délicieuse, toute en jeux de mots. J’aurai adoré lire ça en étant adolescente! Et en refermant ce bouquin, je n’ai qu’une envie : lire la suite!!

Merci à Ynabel pour le conseil lecture 🙂