Joseph Kessel – Les amants du Tage ***

s-l1000

Le Livre de Poche – 1971 – 159 pages

*

Antoine est un homme peu avenant, misogyne sur les bords, peu sociable. Il faut dire qu’il a du mal à se remettre de la trahison d’Ann, son ex femme. De retour de la guerre en 1945, il la découvre avec un autre homme. Sans lui laisser le temps de réfléchir, sa main s’empare de son arme et l’abat sur le champ.

La justice l’épargne, il échappe à la prison. Il s’exile, voyage et travaille à droite à gauche ; il se retrouve à Lisbonne. Il se lie d’amitié avec un gamin de douze ans, José le Yankee et loge chez sa mère Maria, une femme tout en chair et bourrelets, tout en bonté aussi – quand elle rit, son corps fait des vagues. Un jour, il prend en taxi une femme mystérieuse aux yeux verts, Kathleen. Une jeune femme qui cherche à fuir ses démons et son troublant passé en débarquant à Lisbonne.

On va dire que c’est le premier roman que je lis de Kessel – j’ai dû lire Le Lion dans mon enfance, mais je n’en garde strictement aucun souvenir… Les amants du Tage m’attendait dans une boîte à livres et sa couverture vintage m’a tout de suite attirée.

Les amants du Tage, ce sont deux personnages torturés et hantés par leur passé qui vont vivre un amour qui s’annonce tragique dès les premières heures. C’est en écoutant du fado ensemble qu’ils tombent amoureux, sans tout de suite se l’avouer. La plainte du fado les révèlent l’un à l’autre, et met en lumière la solitude – et la détresse – qui couve en eux, et à laquelle ils tiennent tant.

J’ai plutôt tendance à fuir les histoires d’amour en littérature. Et pourtant, j’ai été saisie dès les premiers mots par l’écriture de Kessel, fluide et cinématographique. Ajoutez-y un soupçon de thriller psychologique. J’ai lu ce roman en une soirée, la gorge nouée par l’émotion.

***

« Ici est la fin de l’Europe, dit Kathleen à mi-voix, le carrefour des océans. Ce balcon est celui du vieux monde. »

« Alors, elle sentit que sa seule chance de vivre était cet homme et que la chaleur, la force, la simplicité primitives de cet homme étaient pour elle les seules défenses, les seuls remparts contre la nuit, la brume, la solitude et les fantômes. »

Brigitte Giraud – Nous serons des héros ***

CVT_Nous-serons-des-heros_7363

Éditeur : Stock – Date de parution : août 2015 – 98 pages

Présentation de l’éditeur : « En ce début des années soixante-dix, Olivio et sa mère viennent de fuir la dictature portugaise. Ils s’installent dans une banlieue lyonnaise et emménagent bientôt chez Max, un rapatrié d’Algérie, avec qui ils espèrent un nouveau départ. Alors que Max accepte mal l’adolescent, Olivio se lie à Ahmed, un immigré algérien de son âge, auprès de qui il trouve tendresse et réconfort. »

***

Fin des années 60 au Portugal, nous sommes en pleine dictature. Olivio et sa mère quittent le pays. Le récit se déroule à travers la voix et les yeux d’Olivio, dont le père est tué sous la dictature de Salazar… On lui dira que son père est mort d’une crise d’asthme…

« C’était là, de ce côté de la frontière et à quelques mètres d’un petit port de pêche, que j’avais appris, que j’avais compris que ce voyage en train m’arracherait au Portugal mais aussi à l’enfance. »

Récit tendre et touchant porté par cette voix d’enfant au seuil de l’adolescence, qui observe avec mélancolie le monde qui l’entoure, et qui regarde avec impuissance ce même monde et les choses changer. « Ma frontière à moi était là. » En quittant le Portugal, Olivio ne le saura vraiment que des années plus tard, il quitte l’enfance et son insouciance.

Aucun dialogue dans ce court roman, dans lequel on décèle une certaine tension, jusqu’à la fin. Seule la voix d’Olivio résonne pour raconter le quotidien de cette fuite du pays natal, l’adaptation à une nouvelle langue, à un nouveau pays : la France. On est propulsé à pas de velours dans l’intimité d’Olivio, on fait corps avec ses pensées les plus secrètes.

On se laisse emporter par l’écriture si habile et palpable de Brigitte Giraud. J’ai été émue par ce roman et ce personnage qui passe de l’enfance à l’adolescence, portant sur ses épaules le poids du passé, la mort de son père. Une plume sensible et riche en émotions.

Merci aux éditions Stock et à NetGalley pour cette lecture!!

1/6

challenge rl jeunesse