David Vann – L’obscure clarté de l’air **

1258-cover-air-5975beca239bb

Editeur : Gallmeister – Date de parution : août 2017 – 261 pages

*

L’Argo fait voile sur la mer Rouge, s’enfonçant dans la nuit. À son bord, Jason et les Argonautes, Médée et les restes du corps de son frère Hélios, qu’elle vient d’assassiner sauvagement… Elle les jette l’un après l’autre à la mer, afin de ralentir son père qui les poursuit. La Toison d’Or vogue au vent.

Je découvre Médée, ce personnage féminin fou et enragé. Épris de vengeance. Qui sème la mort autour d’elle. Une jeune femme qui n’hésite pas à trahir son père pour les beaux yeux de Jason et assassiner son frère pour parvenir à ses fins. Qui invoque Hécate et Nout avec fureur. Qui se saigne les bras…

Avec L’Obscur clarté de l’air, David Vann s’attaque au mythe de Médée et met en place une atmosphère singulière, recréant ce monde où les dieux influencent faits et gestes humains.

D’emblée, j’ai eu du mal à entrer dans ce roman et à m’y frayer un passage. Difficultés sans doute dues en partie à ma connaissance trop partielle du mythe de Médée avant d’entamer ma lecture. Froideur du texte, abus du participe présent, (trop) nombreuses phrases nominales : le style de l’auteur ne m’a qu’à moitié convaincue, me laissant à distance de toute émotion – une impression que je n’ai jamais eu avec les précédents romans de David Vann.

Cette réécriture très ambitieuse du mythe de Médée demeure dérangeante et glaçante, à l’image de l’univers de l’auteur américain.

***

« Ô toi la Sombre, dit Médée à l’eau. Fais que tout ce qui lie puisse tomber enfin. Que tout ce qui est connu devienne confus. Que tout ce que nous sommes meure. Fais que je devienne la plus haïe des femmes, et la plus authentique. »

Publicités

Eric Pessan & Patricia Cartereau – La Hante ***

arton25

Éditeur : L’Atelier contemporain – Date de parution : 2015 – 145 pages

*

La Hante est un recueil de textes sur le thème la chasse et l’imaginaire qui se déploie dans son sillage, les fantasmes qui lui sont associés – cette magie du sauvage. Eric Pessan puise son inspiration dans les récits mythologiques, Ovide, les contes et légendes et traduit à merveille l’univers bestial, la forêt, ses mystères et sa sauvagerie.

La forêt nous apparaît d’ailleurs comme un personnage à part entière. L’instant d’avant enchanteresse, l’instant suivant dangereuse. Elle demeure insaisissable.

La hante-1

Dans ces récits, on croise un homme qui se réveille dans la peau d’un gibier – « Tu t’es endormi homme, tu t’es réveillé gibier. » – un autre qui craque en pleine forêt. Il y a ceux qui se perdent dans cette forêt devenue comme « une langue étrangère » ou « une longue phrase qu’ils ne savent pas lire. » Et cette enfance qui transgresse les règles ; car la chasse c’est ce domaine réservé aux adultes, qui intrigue les enfants et les pousse à la transgression.

L’auteur explore le point de vue humain, mais aussi animal ; nous nous retrouvons ainsi dans la peau et la tête d’un sanglier ; sentant son cœur battre, le sang pulser dans ses veines.

La hante-2

Un recueil de textes plus ou moins brefs servis par une plume à la fois poétique et sensuelle où le sauvage et la liberté l’emportent toujours. Les illustrations à l’encre de Patricia Cartereau viennent épouser et sublimer les mots d’Eric Pessan. Dégageant quelque chose de magnétique, elles suggèrent la métamorphose et donnent naissance au surnaturel.

Lu dans le cadre d’une masse critique Babelio.

masse-critique-babelio