Véronique Olmi – Cet été-là ***

9782246770114FS

Éditeur : Grasset – Date de parution : 2010 – 281 pages

*

On s’y croirait, sur cette plage de Normandie où se sont réunis trois couples d’amis pour fêter, comme chaque année, le 14 juillet. Delphine et Denis, qui comptent se croiser le moins possible. Marie, Nicolas et ses vieux démons. Lola et Samuel, son petit jeunot.

Une bande de quarantenaires qui vivent plus ou moins bien leur âge, entre la femme infidèle, la comédienne en mal de carrière, et la femme qui ne sort qu’avec des hommes trop jeunes pour elle…

Tout ce petit monde va être chamboulé par Dimitri, un adolescent très étrange qui s’immisce dans le groupe et semble tourner autour de Jeanne, la fille de Delphine. Il semble mentir sur beaucoup de choses. Est-il maladroit ou sournois ? « Ce visage ingrat autour duquel la lumière tremblait, et ces yeux noirs, comme deux incrustations brutales »

De cet adolescent à l’étrange laideur, qui a l’air perdu, chacun s’en fait une image différente… « Il portait le visage des enfants abandonnés et des inconnus dangereux, des voleurs d’adolescentes, et des grands frères offensifs. Il était ce que l’on craignait de lui et ce qu’on n’en pouvait définir, et ainsi imaginé et incompris, il prenait toute la place. » Les vieux démons de chacun resurgissent, accompagnés des remords et des rancunes. 

Une certaine attente s’installe, une tension latente, un abcès qui ne demande qu’à être crevé… Les tensions s’exacerbent entre certains personnages et les dialogues oscillent entre tendre moquerie et agressions mesquines. Par contraste avec les petits conflits humains, il y a l’élément marin, son appel, son rythme. La mer comme une présence à la fois réconfortante et implacable, cruelle.

Un roman très juste, des personnages touchants dans leurs imperfections. L’écriture de Véronique Olmi décrit avec justesse et précision les émotions et sensations. Une lecture forte qui n’a qu’un seul défaut : la couverture qui ne reflète pas du tout la profondeur de ce roman…

***

« Et alors elles l’entendirent. Le rythme puissant de la mer qui revenait, qui remontait les kilomètres en charriant son monde, s’accordant à la lune et aux lois de la terre, imperturbable et ponctuelle. »

« Il savait que la vie est pleine de derniers soirs, d’amours qui meurent, d’enfants qui grandissent tout seuls, et qu’aucun peintre jamais n’a pu capter l’exacte lumière d’un ciel orange. »

Alessandro Baricco – Océan mer ***

Océan mer

 

Éditeur : Folio – Date de parution : 2002 – 282 pages

*

En ouvrant ce roman, on fait la connaissance de personnages très curieux, tout droit sortis d’une imagination farfelue : Plasson, qui ne peint que des tableaux blancs, Dira, la drôle d’enfant très intelligente pour son âge, Elisewin et son étrange maladie, le père Pluche et ses prières, le professeur Bartleboom qui écrit un Encyclopédie des limites observables dans la nature avec un supplément consacré aux limites des facultés humaines, Ann Devéria et son désir irrépressible de vivre… Et puis il y a ces enfants qui vous inventent un rêve avant de dormir.

Ils séjournent tous à la pension Almayer, en face de la mer, balayée par le vent du nord, sur les terres de Carewall. L’atmosphère est assombrie par le naufrage d’un navire, l’Alliance, qui semble avoir eu lieu peu de temps avant la rencontre de tous ces personnages.

Le début de ce récit est très étrange, aucun indice de temps ne nous ai donné pour savoir à quelle époque nous sommes. Et l’écriture est pour le moins déroutante : des bouts de phrases, des alinéas incongrus, des passages en forme de dialogues de théâtre… On ne sait pas où l’auteur nous emmène, mais on va quelque part.

Comme le dernier roman que j’ai lu d’Alessandro Baricco, Trois fois dès l’aube, était un coup de cœur, je me suis laissée entraîner, à l’aveuglette. L’écriture elle belle, l’auteur n’a pas son pareil pour décrire la mer, c’est hypnotisant.

Finalement, c’est un roman énigmatique, charmant et absurde. Un véritable ovni littéraire, qui pourrait très certainement en dérouter – voire en agacer – plus d’un, mais qui m’a fait sourire et m’a plu. C’est à la fois un roman d’aventure, une réflexion poétique et philosophique, où la mer semble être le personnage central vers qui tous les êtres sont attirés, et qui les transforme à jamais.

Cette lecture est une folie douce ! 

Elle nous emporte on ne sait où, mais ça n’a aucune importance.

***

« Ce sont les désirs qui vous sauvent. Ils sont la seule chose vraie. »

« C’est le bord de la mer, père Pluche. Ni la terre ni la mer. Un endroit qui n’existe pas. »

« La première chose c’est mon nom, la seconde ces yeux, la troisième une pensée, la quatrième la nuit qui vient, la cinquième ces corps déchirés, la sixième c’est la faim, la septième l’horreur, la huitième les fantasmes de la folie, la neuvième est la chair et la dixième est un homme qui me regarde et ne me tue pas. »

« Peut-être que le monde est une blessure et quelqu’un en ce moment la recoud, avec ces deux corps qui s’emmêlent. »

« Rien ne pourra me prendre le souvenir de ces moments où j’étais, de tout mon être, tienne. »

 

Véronique Olmi – Bord de mer **

bord-de-mer-511920-250-400

Éditeur : Babel Actes Sud – Date de parution : 2003 – 128 pages

4ème de couverture : « Une femme offre à ses fils deux jours de vacances à la mer. Espérant fuir l’angoisse du quotidien, elle entre dans l’irrémédiable renoncement.
Elle vit seule avec ses deux petits et pour la première fois les emmène en vacances. Cette escapade doit être une fête, elle le veut, elle le dit, elle essaie de le dire.
Ensemble ils vont donc prendre le car. En pleine nuit, sous la pluie, faire le voyage. Mais les enfants sont inquiets : partir en pleine période scolaire, partir en pleine semaine, partir en hiver à la mer les dérange. Et se taire, et se taire, surtout ne pas pleurer, surtout ne pas se faire remarquer, emporter toutes ses affaires pour se rassurer, juste pour se rassurer, pour ne plus avoir peur de la nuit. Car demain tout ira bien, demain ils seront heureux. Au soleil, ils iront voir la mer… »

***

Bord de mer est un roman très dérangeant. Une mère célibataire part sur un coup de tête au bord de la mer avec ses deux enfants, elle leur fait manquer l’école pour passer deux jours à la mer. Ils partent au milieu de la nuit, comme des fugitifs. Les enfants n’ont jamais vu la mer, ne sont jamais partis en vacances. Mais cette escapade se révèle n’être qu’un prétexte, on le sent dès les premières pages. La tension grimpe au fil du texte. La fin est glaçante. Tout au long de ce bref roman, on se sent de plus en plus mal à l’aise, l’atmosphère est pesante, il pleut sans arrêt et le malaise grandit. Un roman très noir, mais saisissant, empreint de poésie, et porté par une belle écriture.

***

« Reviens ! J’étais un ordre, j’étais un cri, mais les vagues couvraient ma voix, cet océan on aurait dit une machine, ça faisait autant de boucan qu’à l’usine. »

« Le sommeil n’était plus un refuge, simplement un endroit. Un endroit où tout peut arriver, tout peut vous sauter dessus et vous descendez, vous descendez quelque part, profond, personne pour vous rattraper, juste une descente. »

« Dans les lumières blanches de la grande roue le ciel devenait tout pâle, je savais que tout autour c’était la nuit à des kilomètres à la ronde. Et le silence. Moi j’étais un petit point furieux avec du noir tout autour. J’étais une étoile vieille et toujours là. »