Florent Oiseau – Les Magnolias ***

les-magnolias_florent-oiseau_allary-editions-hd-tt-width-326-height-468-crop-1-bgcolor-ffffff-lazyload-0

Allary Éditions – 2 janvier 2020 – 224 pages

*

Alain a la quarantaine et sa carrière d’acteur est au point mort. Il n’a pas joué un seul rôle depuis celui d’un cadavre il y a dix ans, dans une série de l’été regardée par 6 millions de téléspectateurs. Pour tuer le temps, il adore lister tous les noms ridicules qui peuvent être donnés aux poneys. Quand il a un petit coup de mou, il éprouve le besoin de se cacher dans son panier à linge de la taille d’un bunker.

Ses semaines sont rythmées par ses visites à Rosie dans sa camionnette ; il aime parcourir son corps potelé avec un masque de plongée. Chaque dimanche, Alain saute dans sa Renault Fuego couleur Gerbe et rend visite à sa grand-mère aux Magnolias, sa maison de retraite. Il lui parle dans le creux de l’oreille, nourrit les canards et puis un après-midi, sans crier gare, elle lui demande de l’aider à mourir.

Si l’instant d’après, elle a tout oublié, ce n’est pas le cas d’Alain qui va enquêter sur les vies secrètes de cette grand-mère qu’il croyait connaître…

Pour couronner le tout, son meilleur ami Rico – qui est aussi son agent – le genre d’homme à devenir homosexuel pour s’offrir un meilleur avenir, emménage chez lui, avec ses sandwichs aux flageolets.

Le roman de Florent Oiseau est délicieusement insolite ; un style cocasse et absurde, des métaphores savamment désopilantes. Un anti-héros tellement paumé qu’il en devient touchant et attendrissant. Bref, je ne peux que vous souhaiter la découverte de cette prose intelligente et drôle qui ne se lit pas mais se déguste, tiraillé par une troublante hilarité.

***

« Derrière chaque vieille dame sommeille une danseuse de cabaret. »

Martin Page & Coline Pierré – Les Nouvelles vies de Flora et Max ****

005900100

Éditeur : école des loisirs – Date de parution : novembre 2018 –

*

Il s’agit de la suite de La folle rencontre de Flora et Max. On retrouve ces deux adolescents fragiles et maladroits, qui avaient fait connaissance en s’envoyant des lettres, chacun dans sa propre prison… Flora dans une « vraie » prison pour avoir frappé une fille de son lycée – Max quant à lui dans une prison qu’il s’est lui-même créée : criblé de phobies, il ne sortait plus de sa chambre. Ils se sont donc écrit des lettres, chacun depuis leur cage respective.

Ce second tome s’ouvre sur leur rencontre dans le monde réel, à la sortie de prison de Flora. Leur amitié s’étoffe, prend de nouvelles formes. Les deux adolescents continuent malgré tout de s’envoyer de temps à autre des mails, pour garder ce lien singulier qu’ils aimaient, ce que l’écrit rendait unique. Leur langue commune, c’est le sentiment de leur inadéquation avec le monde.

J’ai beaucoup aimé ce second tome – les personnages sont plus détaillés, se livrent davantage. Ils changent, évoluent, prennent conscience de beaucoup de choses… Flora trouve un job dans leur maison de retraite préférée en parallèle de ses études d’anthropologie et Max entame un CAP de cuisine sans trop savoir ce qu’il en ressortira.

Un projet dévorant de centre commercial menace le fragile équilibre de leur vie : il va falloir se battre et se faire entendre pour faire survivre la maison de retraite qui est menacée. L‘endroit où ils se sont créés leur refuge… avec des personnes précieuses comme Madame Breitendeld et drôles comme Birgit.

Humour, poésie et douceur. Trois mots qui caractérisent à merveille ce roman écrit à quatre mains. Flora et Max sont définitivement deux adolescents attachants et décalés, à côté de leurs pompes et touchants. Ce sont des inadaptés dont on se sent profondément proche. Des anti-héros qui changent le monde, à leur façon. J’ai aimé leur combat pour la survie de la maison de retraite – comme cette manifestation faite de courses en déambulateurs, de sauts d’obstacle en pantoufles…

Quelle jolie pépite… tout en douceur, maladresse, poésie. Les mots de Martin Page et Coline Pierré sont magiques. « Il ne faut pas chercher où se trouve notre place dans le monde, il faut modeler, sculpter le monde pour le tailler à notre mesure. »

❤ ❤ ❤ ❤