Laetitia Colombani – La Tresse ****

41trI3P4aAL._SX195_

Editeur : Grasset – Date de parution : mai 2017 – 224 pages

*

Ce roman tisse entre eux le destin de trois femmes issue de trois régions du monde aux antipodes les unes des autres.

En Inde, dans le village de Badlapur, Smita est une Dalit, une Intouchable. « Hors caste, hors système, hors tout. Une espèce à part, jugée trop impure pour se mêler aux autres, un rebut indigne qu’on prend soin d’écarter ». Comme sa mère avant elle, Smita est scavenger, elle doit ramasser les excréments des Jatts. Chaque matin, c’est le même rituel. Elle rêve que sa fille ne connaisse pas le même destin et puisse un jour aller à l’école.

…..En Sicile, à Palerme, Giulia travaille dans l’atelier de son père, spécialisé dans la fabrication de postiches et perruques avec de vrais cheveux. Lorsque son père se retrouve entre la vie et la mort après un accident de la route, Giulia découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

…….Au Canada, à Montréal, Sarah a la quarantaine, c’est une avocate réputée. Mère de famille, elle élève seule ses trois enfants. Sa vie est milimétrée et chronométrée, aucune place n’est laissée à l’improvisation, son temps est minutieusement orchestré. Surmenée par son travail, elle voit rarement ses enfants et la culpabilité lui pèse. Jusqu’à l’annonce de sa maladie.

Ces trois femmes vont voir leur vie se transformer. Elles vont devoir quitter ce qu’elles ont connu, faire le deuil de ce qu’elles avaient, de ce qu’elles étaient. De leur passé, de leurs héritages.

Ce sont également trois féminités en prise avec le machisme, les violences faites aux femmes, que ce soit dans l’Inde des castes, dans une entreprise où sévit la discrimination ou au sein du cercle familial qui exige des sacrifices…

Au fil des mots et des chapitres, la romancière tisse des liens entre ces trois femmes, les relie les unes aux autres. J’ai aimé la façon dont la tresse est utilisée comme une métaphore de l’écriture. Les cheveux, ce symbole de la féminité ; il y a ceux que l’on donne en offrande, ceux que l’on perd à cause du cancer, ceux que l’on tisse dans un atelier sicilien…

Un très beau roman, à la fois simple et poétique, élégant et émouvant.

Découvrez les avis de My pretty books, Johanna, Bric à Book, et beaucoup d’autres.

***

« J’aime ces heures solitaires, ces heures où mes mains dansent. C’est un étrange ballet que celui de mes doigts. Ils écrivent une histoire de tresse et d’entrelacs. Cette histoire est la mienne. Pourtant elle ne m’appartient pas. »

 

Publicités

Shilpi Somaya Gowda – Un fils en or ****

product_9782072699726_195x320

Éditeur : Folio – Date de parution : janvier 2017 – 544 pages

*

Anil, originaire du petit village de Panchanagar, est un jeune homme indien qui s’apprête à partir aux Etats-Unis afin de poursuivre ses études de médecine au Texas, au Parkview Hospital. Il laisse derrière lui Leena, avec qui il a passé son enfance, à cause de ses études. A l’aube de quitter son pays, Anil n’a pourtant rien oublié de ses sentiments pour elle.

Lorsqu’ils étaient adolescents, la mère d’Anil ne voyait pas d’un bon œil qu’il fréquente cette jeune fille, issue d’une famille très modeste. Ma est donc soulagée lorsqu’il part au Texas, même si elle aurait préféré qu’il prenne la succession de son père, qui arbitre les conflits entre voisins, cousins, frères, époux. Sa sagesse et sa sagacité sont réputées dans tout le village et il place tous ses espoirs en son fils aîné pour reprendre son rôle auprès des villageois.

Le récit met en parallèle le destin de ces deux jeunes indiens, nés au même endroit, aux destinées pourtant si divergentes. Alors qu’au Texas Anil déchante face à la dureté du quotidien aux urgences et la mentalité raciste, de son côté, Leena se retrouve engagée dans un mariage arrangé avec un homme qu’elle n’a vu qu’une seule fois. Chacun va connaître la souffrance ; la réalité se mettant en travers de leurs rêves.

J’ai aimé cette plongée dans l’Inde, une Inde aux mille saveurs, mille parfums, où la pauvreté des intouchables côtoie les castes supérieures. Un pays aux multiples contradictions, fascinant mais cruel, avec ses rumeurs, ses jugements sur les apparences. Anil est un personnage très attachant ; il se retrouve tiraillé entre deux pays. Entre son rêve de devenir médecin aux Etats-Unis et son attachement aux racines familiales et traditionnelles de son pays.

Ce roman est tout simplement magnifique. C’est une lecture qui m’a complètement happée. Je l’ai lu d’une traite, m’abreuvant aux mots, grâce à une écriture fluide, qui coule de source. Je ne suis pas prête de l’oublier.

Merci aux éditions Folio pour cette belle découverte !

***

« Comment avaient-ils pu s’éloigner autant l’un de l’autre, après avoir commencé leur vie au même endroit ? Il essaya de démêler l’enchevêtrement des émotions qu’il sentait venir en lui, des sensations qu’il n’avait jamais éprouvées auparavant, avec Amber ou qui que ce soit d’autre. »

Abha Dawesar – Babyji ***

babyji1

Éditeur : 10-18 – Date de parution : 2007 – 473 pages

4ème de couverture : « Dans une Inde encore déchirée par la violence des castes et les sanglantes manifestations contre le gouvernement, Babyji, une petite Lolita indienne de Delhi, conjugue la passion du savoir et le plaisir des sens. Entourée de trois femmes que tout oppose, elle cherche sa voie, tiraillée entre un avenir incertain et un passé étouffant. Au travers du jeu des possibles, Abha Dawesar offre, avec ce roman initiatique délicieusement subversif, un voyage sensible au cœur de l’Inde moderne… »

***

Lycéenne brillante, la tête pleine d’idéaux et se destinant à une grande carrière d’ingénieur, Anamika voit sa vie bouleversée par la découverte de la sexualité. Découverte qui amène d’autant plus de questions qu’elle se déroule de manière très peu conventionnelle. Ses premières amours sont en effet exclusivement féminines : une femme divorcée, sa nouvelle domestique, appartenant de surcroît à une caste bien inférieure à la sienne, et une de ses camarades d’école. Sa confrontation avec le désir masculin ne se déroulera pas plus sereinement : harcèlement sexuel dans le bus, propos obscènes d’un étudiant de basse caste, assiduités gênantes du père de son meilleur ami. En fait, Babyji rompt en quelques semaines tous les tabous de l’Inde : respect et déférence envers les aînés, séparation stricte des castes, respect des traditions contre le modernisme qui cherche à s’imposer. Ce récit, qui développe tous les attributs du roman initiatique, donne dans un premier temps une impression de légèreté puis, au fil des pages, devient plus grave. L’adolescente se pose beaucoup de questions sur la vie, l’amour, le désir, l’avenir surtout, dans une Inde qu’elle aime plus que tout, mais dont elle a besoin aussi de se défaire. Ce n’est pas un coup de cœur, je ne m’attendais pas à une telle intrigue, mais Anamika et l’ensemble des personnages deviennent au fur a et mesure très attachants. L’écriture de l’auteur est fluide et j’ai beaucoup aimé les nombreuses références à la littérature.

***

 » – Je n’arrive pas à comprendre.

– Quoi ? Les systèmes binaires ou les spectres ?

– De quelle façon on doit vivre sa vie, ce qui est bien et ce qui est mal, ce que nous devrions désirer, si notre morale doit s’appliquer à ce que nous désirons ou à ce qui est établi par la société.

J’étais à bout de nerfs.

– Nous sommes encore à l’école, nous ne pouvons pas déjà savoir tout ça, répondit-il, en secouant la tête.

– Il faut que je sache la vérité. La vérité représente tout.

– La vérité sur quoi ?

– La vérité sur la vie et sur l’amour. La vérité sur la vérité.

J’étais au bord des larmes. Pourquoi une personne qui savait tout ne pouvait-elle pas me prendre à part et tout m’expliquer ? Comment se faisait-il que les gens ne sachent rien ? Comment des milliards de personnes avaient-elles pu passer sur cette Terre pendant des milliers d’années sans jamais avoir trouvé la réponse à ces questions ? Je mourrais s’il me fallait encore attendre. C’était la seule chose qui comptait. Tout reposait là-dessus. »