Valentine Goby – « Je me promets d’éclatantes revanches » ***

goby-simulation-plat1-Copie

Éditeur : L’iconoclaste – Date de parution : août 2017 – 192 pages

*

« Charlotte Delbo est devenue une compagne de route, un élément de mon paysage intime. Je chuchote son nom comme un talisman et me désole de la méconnaissance qui entoure encore son œuvre. »

Dans ce très beau texte, Valentine Goby nous livre le fruit de ses réflexions et recherches sur Charlotte Delbo, une figure féminine très inspirante, une femme écrivain revenue des camps avec le désir de dire, de témoigner de ce qu’elle a vécu, de le mettre en mots. Militante, engagée dans la résistance, elle fut internée à Auschwitz et Ravensbrück. Alors qu’il aurait été si facile de s’abandonner à la mort, Charlotte Delbo choisit de vivre.

Valentine Goby rend un vibrant hommage à cette femme, dont le témoignage est resté trop souvent dans l’ombre, passé sous silence. Cette femme qui désirait mettre des mots sur Auschwitz. Trouver la force de nommer l’innommable. Écrire pour y survivre. Survivre à la perte de l’homme qu’elle aime juste avant d’être internée. Puis survivre aux conditions inhumaines du camp… Ce livre est une très belle réflexion sur la survie et le rôle de l’art, de l’écriture. « L’art naît-il et dépend-il essentiellement de notre confrontation singulière au monde ? »

***

« Alors m’est venu le désir de comprendre, au-delà de ma pure sensation de lecture et à travers ses mots à elle, son geste d’écriture. Sa nécessité profonde et sa genèse. Sa singularité dans le testament collectif des rescapés et témoins. Son choix de la littérature pour revenir d’entre les morts, de ces territoires où ‘la vie est plus terrifiante que la mort’, elle qui a préféré la vie. »

Francisco Goldman – Dire son nom ***

dire son nom

 

Éditeur : 10-18 – Date de parution : 2012 – 474 pages

*

Pas vraiment un roman, l’auteur nous livre un récit en hommage à la femme qu’il aime et qui est morte. Francisco Goldman écrit en effet ce « roman-mémoire » comme pour sublimer le deuil de sa femme. L’écrivain rend hommage à son épouse Aura, qui s’est noyée, emportée par les vagues sur une plage au Mexique, sa terre natale. Elle avait trente ans.

Sous la forme d’une collecte de souvenirs, en relisant ses journaux intimes et ses écrits, l’auteur nous raconte la femme aimée« Descendre dans le souvenir tel Orphée pour ramener un instant Aura à la vie, tel est le but désespéré de tous ces petits rites et reconstitutions inutiles. »

Un très joli récit, parsemé de références littéraires, de citations d’auteurs. On voyage de Mexico à Brooklyn. La prose de l’auteur est touchante et fluide. Pas à pas, on voit cet homme tenter de faire son deuil, de comprendre ce qui lui arrive.

Ce roman hybride pourrait avoir un petit côté malsain et voyeur à raconter ainsi l’intimité de cet amour, et l’intimité de cet homme en deuil. Mais ce n’est pas le sentiment que j’ai eu à ma lecture. La mise en roman se fait aisément, elle coule de source. Cette confrontation entre réalité et fiction resurgit dans le prolongement de ma lecture du dernier Delphine de Vigan…

***

« La découverte qu’il était possible de passer presque toute une journée dans un hamac à lire, écrire, regarder l’océan, rêvasser ou fermer les yeux pour écouter les cris et les rires des enfants du pêcheur, leurs fragments de discours apportés par le vent comme des vers de poésie expérimentale. »

« Pourquoi le Petit Chaperon rouge veut-il aller avec le vieux loup ? Aura pressa son front tiède contre le mien : Voilà pourquoi. La poésie. Elle répéta : LA POÉSIE. Le Petit Chaperon rouge veut être poète lui aussi. »

« Je ne me sentis pas bien après, mais elle était partie, cette sensation de vide absolu et de peur qui m’érodait de l’intérieur avec une précision géométrique, comme une preuve mathématique que la vie, du moins la mienne, n’a pas de sens. »

« Serrez-la fort, si vous l’avez, serrez-la fort, pensai-je, tel est mon conseil à tous les vivants. Respirez-la, mettez le nez dans ses cheveux, respirez profondément. Dites son nom. ce sera toujours son nom. Même la mort ne peut le voler. Le même, vivante ou morte, toujours. Aura Estrada. »