Vincent Delecroix – La chaussure sur le toit ****

la-chaussure-sur-le-toit-349694-250-400

Éditeur : Folio – Date de parution : 2007 – 256 pages

4ème de couverture :  « Au centre du roman, une chaussure abandonnée sur un toit parisien. Tous les personnages du livre fréquentent le même immeuble, à proximité des rails de la gare du Nord. On rencontrera un enfant rêveur, un cambrioleur amoureux, trois malfrats déjantés, un unijambiste, un présentateur vedette de la télévision soudain foudroyé par l’évidence de sa propre médiocrité, un chien mélancolique, un immigré sans papiers, une vieille excentrique, un artiste (très) contemporain, un narrateur au bord du suicide… et une chaussure pleine de ressources romanesques. »

***

Ce roman est un vrai petit bijou littéraire. L’idée de départ est tout à fait originale et intrigante : raconter plusieurs histoires, en incluant toujours une chaussure abandonnée sur le toit de l’immeuble comme objet/sujet périphérique de chaque histoire. En dix chapitres, l’auteur nous raconte l’histoire de gens plus ou moins ordinaires, avec leurs tracas quotidiens, leurs petites lubies, leurs espoirs… Ces dix chapitres se passent dans les appartements d’un même immeuble, et la chaussure se retrouve au cœur de chaque récit. Comment est-elle arrivée là ? Quelle est son histoire ? Le motif de la chaussure permet de développer toute une série de récits expliquant la présence insolite de cet objet à un tel endroit ; cet objet devient le lieu de nombreuses interprétations, il est le terreau littéraire et imaginaire de ce roman proprement singulier. De fait, la chaussure devient l’objet d’une rencontre entre un pompier homosexuel et une vieille femme, le souvenir d’un amour perdu pour une adolescente… Entre autres.

Ce roman fourmille d’imagination, et je me suis vraiment délectée de cette lecture à chaque page! Les récits s’imbriquent les uns dans les autres avec finesse, légèreté et beaucoup d’humour. On rit, on sourit, de ces personnages solitaires, amoureux, mélancoliques et souvent excentriques. Le fait qu’ils habitent tous le même immeuble permet de créer des effets d’écho et des clins d’œil d’un récit à l’autre, ce qui en fait une lecture réjouissante et pleine de surprises.

Publicités

Benny Barbash – Little Big Bang ****

Little-big-bang-Benny-Barbash-197x300

Éditeur : Zulma – Date de parution : janvier 2011 – 176 pages

4ème de couverture : « Un peu d’obésité chez un honnête homme israélien est loin d’être une disgrâce. Sauf s’il décide de maigrir à tout prix. Malgré les moqueries affectueuses de son épouse et des grands-parents, notre homme multiplie en vain les régimes : tout fruit, tout viande, ou tout carotte. Une diététicienne de renom lui recommande le tout olive. Il finit par avaler un noyau qui se fiche dans l’épigastre. Et voilà qu’un beau jour quelque chose bourgeonne de son oreille gauche, une pousse d’olivier dirait-on, phénomène qui sera à l’origine d’un véritable big-bang local…
A partir d’un événement pour le moins insolite, traité à la manière positive du conteur, Benny Barbash nous offre une fable à mourir de rire, d’une pertinence abrasive. Dans le contexte épineux du drame palestinien et de l’occupation des territoires… »

***

J’ai adoré cette fable moderne à l’humour vif et acéré! Ce roman savoureux se lit d’une traite. On se régale tout simplement d’une telle lecture. C’est l’histoire d’un père de famille qui décide de perdre du poids et teste à cet effet différents régimes plutôt curieux. Il en fait notamment un à base d’olives et un noyau se coince dans sa gorge. Le lendemain, il se rend compte qu’un olivier est en train de pousser dans son oreille gauche… Le ton est décalé, l’histoire insolite, je n’ai pas cessé de rire. C’est une lecture qui change de ce que j’ai pu lire auparavant et qui ne ressemble vraiment à aucune autre.

***

« Abu Rudjum fixa la ligne d’horizon et répondit avec tristesse que les gens se coltinaient des choses bien pires, des cancers de l’intestin, un cœur empli de méchanceté, des cauchemars, des espoirs jamais réalisés… »