Camille Brunel – Après nous, les animaux

Casterman – 2020 – 360 pages

*

Nous sommes en 2086. Les humains ont été décimés. Eradiqué de la surface de la Terre. Un navire s’échoue au Yucatán avec à son bord des animaux réunis autour du cadavre de la dernière humaine… Trois taureaux, une vache, un lion, quatre chevaux, deux geais, cinq lycaons, trois pandas roux, deux chimpanzés, deux éléphants, une panthère et un python. Ensemble, ils entament un long périple à la recherche des humains disparus.

Un roman absolument original, extra-ordinaire, littéralement. Les personnages sont des animaux. Sur la terre mexicaine dévastée, nous suivons leur périple – leur survie. Les humains leur manque. Le texte nous transporte dans la psyché animalière grâce aux italiques – signalant les pensées fugaces qui traversent leurs têtes. Les mots du narrateur tentent de retranscrire leurs instincts, de traduire tout ce qui les traverse, tout ce qu’ils ressentent s’échanger de mots.

C’est bestial, sauvage, cru. Sanglant. Un monde animal impitoyable, composé d’instincts, d’appels de la chair.

Un roman étonnant, qui si situe à la frontière du roman d’anticipation et de la fable écologique – une fable animalière post-apocalyptique – qui se lit le ventre noué, partagé entre fascination et dégoût. Un récit qui ne vous laissera clairement pas indifférent – auquel on ne s’attend pas en littérature ado !

Marie-Aude Murail – Sauveur & Fils – Saison 5 ***

sauveur-et-fils-saison-5-9782211304474_0

Ecole des loisirs – septembre 2019 – 320 pages

*

Quel délice de retrouver notre cher Sauveur, sa drôle de famille recomposée et ses patients au lubies parfois curieuses. Entre la saison 4 et la saison 5, il s’est écoulé deux ans. Louise vit toujours avec Sauveur et Lazare et ses deux enfants Paul et Alice. Le vieux briscard de Jovo traîne toujours dans le coin, se vantant avec effusion de son braquage et de ses meurtres légendaires…

Sauveur se retrouve envahi par toute une clique de nouveaux patients qui le croient psychologue animalier… On le consulte pour connaître son animal de soutien émotionnel, pour soigner la dépression de son chien, pour découvrir qu’un perroquet du Gabon peut devenir muet après un divorce ou encore que les chats sont plus efficace qu’un antidépresseur.

Mais des patients un peu plus traditionnels le consultent aussi ; comme Louane qui a peur d’une main sorte du trou des cabinets pour l’y entraîner, Frédérique qui découvre que Donald Trump est son père, Samuel qui suit un stage pour apprendre à draguer.

Une saison 5 qui garde le rythme, savoureuse à souhait, qui regorge d’humour et aborde les thèmes propres à l’adolescence contemporaine – harcèlement, questions de genre, relations parentales – avec justesse et bienveillance.

***

{Chroniques des précédents tomes : Saison 1 – Saisons 2 & 3 – Apparemment je n’ai pas chroniqué la saison 4.}

Marie-Aude Murail – Miss Charity ****

71KxUUB-qnL

Éditeur : l’école des loisirs – Date de parution : 2008 – pages

*

Nous sommes à la fin du XIXème siècle en Angleterre. Charity est une enfant débordante de curiosité envers le monde, assoiffée de paroles et d’échanges. Sa personnalité se heurte bien souvent aux carcans de la société anglaise des années 1880, tirée à quatre épingles, dans laquelle une petite fille ça doit se taire et ne pas trop se montrer. Sa mère la vouvoie et lui parle rarement sauf pour l’interroger sur sa connaissance du Guide spirituel du jeune enfant et lui demander de l’accompagner à l’église ; elle n’a jamais regardé son père dans les yeux ; quant à sa bonne Tabitha, qui ne cesse de lui dire qu’elle est mauvaise et possédée par le démon, elle lui raconte des histoires d’horreur juste avant de dormir…

Charity est drôle et attachante. Malgré son univers morose et sa solitude, elle garde sa joie de vivre. A l’âge de cinq ans, elle se découvre une passion pour les animaux : elle les recueille, les soigne, s’essaye à quelques expérimentations scientifiques, reconstituent des squelettes de loir… Rats, escargots, lapins, oisillons, poussins, souris… Charity recueille la moindre petite bête en détresse.

Elle apprend à lire en volant des livres dans la bibliothèque de son père ; se met à apprendre par coeur Hamlet, à en déclamer des passages entiers devant son rat Julius et son lapin Peter, à qui elle apprend des tours. Son corbeau Petruchio se mettra à réciter certaines répliques de Shakespeare.

Avec Mademoiselle Blanche sa gouvernante, Charity apprend l’aquarelle ; une véritable révélation de couleurs. Elle se met à peindre ses animaux, puis à inventer des histoires les mettant en scène.

Avec cette biographie romancée de Beatrix Potter, Marie-Aude Murail nous offre un roman savoureux, au ton éminemment caustique, avec des dialogues mis en scène comme au théatre ; un roman qui dépeint à merveille la condition féminine de l’époque. On y croise Oscar Wilde et Bernard Shaw. C’est délicieusement drôle, plein d’esprit et attachant. Bref, une petite merveille, un coup de ❤ !

IMG_2972