Nakamura Fuminori – Revolver **

CVT_Revolver_8252

Éditeur : Philippe Picquier – Date de parution : février 2015 – 173 pages

*

Un soir de pluie, un étudiant marchant au hasard des rues, découvre le corps d’un homme sur le bitume. À coté de lui, une masse sombre… Un revolver. Est-ce un assassinat ? Un suicide ? Ces questions ne préoccupent pas Nishikawa, qui est absolument fasciné par l’arme. En effet, il ressent une joie l’inonder à l’idée de posséder cette arme, dont la couleur argentée a un effet magnétique sur lui. La réalité étant synonyme d’ennui pour l’étudiant, il décide de s’en emparer.

On a bien du mal à s’attacher au personnage, qui est d’une froideur et d’une indifférence effroyable au monde. En fait, on découvre qu’il est complètement déconnecté de la réalité, tout semble l’ennuyer, à part le revolver : son existence l’électrise complètement, sans qu’il sache vraiment pourquoi. Comment un instrument capable d’ôter la vie peut-il fasciner à ce point ? « Le symbole même de la mort »… Son caractère m’a rappelé celui du protagoniste du film Night call.

Il attribue au revolver des caractéristiques humaines, des sentiments, alors que lui-même ne ressent rien pour les autres êtres humains, et pour les choses communes de la vie. On plonge dans les méandres des pensées embrouillées de ce jeune homme perdu, qui ne ressent ni la compassion, ni l’empathie, ni l’amour, qui a un côté déshumanisé ; il est comme aliéné par l’arme.

Dans ce bouquin terrifiant, l’auteur décrit avec talent la transformation psychologique de son personnage. On sent littéralement la folie s’emparer du jeune homme. Ça reste une lecture dérangeante et qui fait froid dans le dos.

***

« Mon cœur palpitait si fort que j’avais mal, un coin de mon esprit voyait mon champ de vision se rétrécir et devenir flou. Puis une phrase a surgit dans mon esprit : cette arme, elle est à moi maintenant. A peine formulée, cette pensée s’est mise à tourner dans ma tête. »

« Elle était d’une beauté stupéfiante, qui ne me décevrait pas, et elle avait une présence imposante. Elle allait sûrement m’emmener vers un ailleurs, c’est-à-dire ouvrir un monde enclos en moi, elle me semblait déborder de possibles. »

« Mais l’arme avait proliféré en moi, jusqu’à me phagocyter totalement, ce que j’avais délibérément accepté. »

« Tuer quelqu’un, on aurait dit que ces mots ne s’étaient pas formés dans mon esprit, c’était comme s’ils étaient déjà là, à l’affût, et remontaient à ma conscience par intermittence. »