Moka – Possession ***

école des loisirs – Collection Médium – Janvier 2022 – 188 pages

*

Moka. Je me rappelle, adolescente, mes amours de lectures horrifiques. Chair de poule, Peur bleue… Et Moka. L’enfant des ombres. J’en garde de terribles souvenirs. Alors quand j’ai vu cette nouvelle parution, j’ai sauté dessus. Une fois commencée, je n’ai pu me défaire de cette lecture!

Au 24 rue de la Roue d’Abandon se trouve une curieuse demeure, qui ne passe pas inaperçue. La famille Vendôme y a emménagé, séduite par les lieux. Mais une nuit, leur fille Lutèce se jette du toit, sous les yeux de son petit frère Malo. Ce dernier devra rester deux mois en maison de repos, sous calmant, pour se remettre.

En rentrant de son séjour, Malo retrouve ses parents et sa sœur Clélia.Il se rend compte tout de suite que quelque chose ne tourne pas rond. Sa mère est étrange, constamment obsédée par l’entretien de la maison, elle ne sort plus et passe ses journées à ranger, trier, nettoyer. Quant à son père, il est devenu mutique, il passe de longues heures à fixer son écran d’ordinateur d’un regard vide. Clélia ne va plus à l’école, elle suit des cours sur Internet. Malo retrouve son smarphone au fond de la poubelle.

Mais le pire, ce sont les phénomènes étranges qui de déroulent dans sa chambre la nuit… Ce mur qui a un angle aigu… Ces murmures qui semblent l’inciter à sortir par la fenêtre…

Possession est un roman d’horreur sur une maison qui a décidé de dévorer ses habitants – un roman aux airs d’Amithyville. Frissons garantis pour cette lecture absolument addictive! Les personnages secondaires sont très attachants. Un roman d’horreur que j’ai trouvé très original, avec cette maison fantôme qui ne laisse plus ses habitants sortir – habile métaphore de ce monde de fous dans lequel nous avons plongé depuis 2 ans ?

Bertrand Jullien-Nogarède – La Première fois que j’ai été deux *

La-premiere-fois-que-j-ai-ete-deux

Flammarion Jeunesse – août 2018 – 352 pages

*

Karen aurait pu être une héroïne de Marie Pavlenko. Le regard qu’elle porte sur son monde et sa famille ne manque pas d’humour, ni de justesse. Mais au fond c’est une adolescente qui n’a pas confiance en elle et souhaiterait souvent être une autre. Élevée seule par une mère instable, qui teste tous les anxiolytiques disponibles sur le marché et dévore les bouquins. Elles vivent dans une maison-bibliothèque où les murs sont tapissés de bouquins (le rêve !).

Karen n’a rien à voir avec Mélanie, sa copine si pêchue et grande gueule, avec qui elle partage tout. Mélanie est aussi délurée que Karen est sur la réserve. Mélanie enchaîne les conquêtes alors que Karen se fiche des mecs comme de l’an 40. Jusqu’au jour où Tom, un british, débarque au lycée, portant le deuil de son père. Toujours en blazer et cravate, il se balade en scooter des années 60. Très vite, il éveille une certaine curiosité chez Karen, voire un certain désir…

Karen est un personnage touchant, élevée au milieu des livres, ils sont son refuge face aux maux de l’existence. Mais très vite, le personnage de Mélanie la croqueuse de garçons, m’agace ; je trouve ce personnage excessif pour son âge et peu crédible. Quant à Tom, il est bien trop parfait, trop lisse.

La Première fois que j’ai été deux est un roman léger et lumineux – malgré les questionnements existentiels de Karen sur l’avenir de l’amour, le deuil, la dépression – où la musique tient une place importante, à travers de nombreuses références au rock. On se retrouve à écouter les Who pour accompagner notre lecture…

Parsemé d’intéressantes réflexions sur l’amour et la société, le roman de Bertrand Jullien-Nogarède m’a cependant laissée à côté de la plaque – les clichés, les bisous et les scènes où l’on se regarde dans le blanc des yeux en pensant déjà à la fin ont eu raison de moi. Je n’aime décidément pas les romances.