Jamel Brinkley – Lucky Man **

9782226439345-j

Albin Michel – octobre 2019

*

Dans ce recueil de nouvelles, on rencontre des hommes à différents âges de la vie ; ce sont des enfants, des adolescents vivants à Brooklyn, ou dans le Bronx, des adultes qui n’oublient pas leur passé. Les parents sont souvent divorcés. Certaines fihures nous marquent. Comme cet enfant qui porte un masque de hibou depuis que sa mère les délaisse lui et son frère pour un homme. Cet adolescent qui souffre depuis que son père est en taule. Et le petit Freddy, un gamin des quartiers pauvres qui s’imagine être un robot. « Les robots ne pleurent pas et ne souffrent pas de la solitude. » Sa mère a perdu sa volonté d’être forte face au monde. Le temps d’une journée en centre aéré, il va découvrir la réalité des classes sociales. Et ces deux frères qui tentent de renouer les liens qui les unissaient enfants et d’oublier la violence de leur passé familial à l’occasion d’un stage de capoeira.

Jamel Brinkley nous offre neuf nouvelles au style incisif qui explorent la question de la masculinité : quelle est la place de l’homme dans la société américaine contemporaine, lorsqu’il est noir et issu des milieux défavorisés ? Chaque nouvelle s’attache à fouiller l’intériorité de ces hommes afin de mettre en lumière les dysfonctionnements sociétaux.

Ces textes m’ont cependant, pour la plupart, laissée complètement de marbre. En effet, j’ai eu beaucoup de mal à ressentir une quelconque émotion à la lecture de ces tranches de vie et à m’identifier aux personnages et situations.

Lecture dans le cadre du #PicaboRiverBookClub

***

« J’ai une âme tourmentée, expliqua Cuffy. Comme la plupart d’entre nous j’imagine. Pas à cause d’une théorie du complot ou d’un truc du genre. Juste parce qu’on est noirs et en vie. »