Jim Harrison – Un bon jour pour mourir **

554847_f

Editions 10-18 – 2003 – 224 pages

*

Quasiment 20 jours sans chroniques… et pour cause, je suis depuis le 8 juillet en plein road trip dans l’Ouest américain! Pas beaucoup le temps de lire, et donc pas le temps de chroniquer. Vous pouvez suivre mon voyage sur Insta. Mais je profite malgré tout d’une insomnie pour vous parler de ce roman de Jim Harrison, lu avant mon départ. Et ça tombe bien car dans quelques heures, nous serons au Grand Canyon.

***

De Key West au Grand Canyon, ce court roman de Jim Harrison nous offre un petit road trip dans l’Amérique des années 60 avec trois compagnons de route assez spéciaux…

Le narrateur – il restera anonyme, caché derrière le Je – est un trentenaire amateur de pêche, un peu paumé, coureur de jupons. Il se réveille trop souvent sans aucun souvenir de la veille, sans connaître le nom de la femme qui se trouve dans son lit… Alcoolique mélancolique et camé plus que de raison.

C’est dans un bar que tout commence ; il fait la connaissance de Tim, un drôle de type qui a combattu avec les marines au Vietnam. Après une partie de billard, ils décident de prendre la route vers le Grand Canyon pour faire sauter le barrage qui serait en train d’y être construit… Sans vérifier l’information, ils entament leur road trip en embarquant Sylvia, la petite amie de Tim. Une jeune femme amoureuse et torturée, aux longues jambes, de qui le narrateur tombe forcément amoureux et pour qui il se meurt de désir du début à la fin du voyage.

Un récit déjanté et tragique, entre drogue, alcool, dynamite et amours contrariées. On pense forcément à Kerouac et aux beatniks. Pas mon préféré de l’auteur mais très plaisant à lire malgré tout.

Publicités

Dan O’Brien – Rites d’automne ***

51OomZztmRL._SX290_BO1,204,203,200_

Editions 10-18 – 1993 – 224 pages

*

Dan O’Brien est spécialiste des espèces en voie de disparition. Dans les années 80, il s’occupe de la réinsertion de faucons pèlerins dans les Rocheuses. Après l’échec de la remise en liberté de quatre faucons, Dan rentre tout penaud avec un seul faucon auquel il finit par s’attacher plus que de raison.

Ce faucon privé d’apprentissage naturel l’émeut et il éprouve le besoin de lui donner malgré tout sa chance. Il était censé entamer la migration hivernale propre à son espèce… Alors Dan entreprend ce voyage migratoire avec l’oiseau au regard perçant qu’il a surnommé Dolly. De la frontière canadienne au golfe du Mexique, imitant ainsi le trajet des faucons sauvages.

Ce récit est un voyage inoubliable à travers le grand Ouest américain et un hommage vibrant à la beauté sauvage des faucons pèlerins. L’auteur nous offre des descriptions de paysages à couper le souffle.

Dan O’Brien convoque Yeats et Crazy Horse – figure incontournable de la liberté absolue – et nous délivre un texte sublime sur la liberté, établissant un parallèle entre le faucon et les Sioux. Une très belle lecture, ensauvagée et poétique.

***

« Le pèlerin exerce un pouvoir sur l’imagination de l’homme parce qu’il est source d’inspiration. C’est un oiseau magnifique, d’une beauté discrète.les adultes ont le dos recouvert de minuscules plumes bleu-noir, qui ont toutes leur dégradé de couleur particulier, et un large poitrail d’un blanc saumoné, piqueté de taches sombres. »

« Si les yeux sont le miroir de l’âme, l’âme du pèlerin doit être impénétrable et majestueuse. Il y a des rivières impétueuses dans ces yeux là, des montagnes, des océans, et aussi la hâte et la volonté d’englober tous ces éléments dans la sphère d’influence du pèlerin. »

Robert M. Pirsig – Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes **

716nw0JIgOL

Editions Points – 2013 – 448 pages

*

Le narrateur sillonne les Etats-Unis en route vers la Californie en moto, avec son fils Chris. Ils n’ont pas de destination, seulement le plaisir de voyager, d’avaler des kilomètres d’asphalte. La route se déroule sous les roues de leur moto, ils fuient les autoroutes au profit des petites routes sinueuses qui les surprennent toujours. Ils aiment se perdre.

Durant tout leur périple, nous n’aurons que le point de vue du père ; à l’image des rouleaux d’asphalte qui défilent sous eux, les pensées défilent dans la tête du père. Elles nourrissent ce qu’il nomme le Chautauqua. Il s’agit d’une réflexion voire même d’une méditation sur un sujet donné – un petit exposé intime. Son sujet de prédilection : la mécanique des motocyclettes. Il peux en parler pendant des heures, faire de nombreux parallèles avec l’humain et son être au monde… Il philosophe ainsi énormément à partir de l’entretien de sa moto.

Et il y a ce fantôme qui porte le nom de Phèdre qui va n’avoir de cesse de le poursuivre pendant le voyage… Mais est-ce lui qui est poursuivit ou qui le poursuit ? Et, pourquoi font-ils ce voyage ? Pourquoi roulent-ils ? Le père semble avoir quelque chose à avouer au fils. Qui des deux est finalement le plus tourmenté ?

Un road trip philosophique et culturel où Einstein, Newton, Bouddha et Aristote font partie du voyage. Sans oublier cet étrange Phèdre, sorti des limbes du passé. Jusqu’à la fin du roman, on ne sait pas vraiment qui il est, même si on s’en doute un peu.

Le livre de Robert M. Pirsig m’a donné l’impression de lire un cours de philosophie plutôt que de vivre un vrai road trip. Plongée dans les délires philosophiques et les souvenirs du père, j’ai perdu le fil trop souvent, me suis mise à lire en diagonale… Je suis restée extérieure à cette lecture, je n’ai pas été émue. Père et fils traversent des paysages sans doute sublimes, mais nous n’avons le droit à quasiment aucune description des paysages. Un bouquin qui, une fois terminé, me laisse une curieuse impression. Je n’ai pas le sentiment d’avoir totalement saisi ce texte.