Nastasia Rugani – Milly Vodović ****

MILLY_VODOVIC_COUV

Editions Memo – Collection Grande Polynie – 2018 – 224 pages

*

Aujourd’hui, Milly a eu la rage au ventre. En voyant Swan Cooper tirer des balles de revolver à deux pas de son grand frère Almaz, son sang n’a fait qu’un tour. Dans un élan bestial, elle s’est jetée sur Swan Cooper avec l’intention de lui régler son compte. Le lascar se retrouve le bras et le nez cassés, salement amoché.

Deux personnages troublants se rencontrent alors :

Milly, cette gamine ensauvagée, de seulement douze ans. Elle a l’amour des forêts et des bêtes chevillé au corps. « Elle est petite et mince mais son instinct est une forêt. » L’adolescence bouillonne en elle. « Au creux de ses entrailles, on s’agite. » Une couronne en papier sur la tête, la « Reine des casses-pieds » flotte dans un pull et des bottes trop grandes pour elle.

Et Swan Cooper, cet adolescent à la personnalité très ambivalente, hanté par son écrivaine de mère et la maladie qui la ronge petit à petit. Pour elle, il est capable du meilleur comme du pire ; il fait les meilleurs beignets de fleurs d’orage.

Après cet épisode très humiliant, Almaz est monstrueusement vexé et il n’adresse plus la parole à Milly. « Tu n’es plus ma sœur, déclare-t-il avec un calme inquiétant. »

Et puis d’étranges phénomènes font leur apparition à Birdtown, petite ville où certains ne digèrent pas la présence des étrangers – la famille de Milly est originaire de Bosnie… Des coccinelles envahissent brusquement la ville et un Mange-cœurs se met à errer dans les bois.

Milly Vodović est un roman d’une grande complexité et d’une grande beauté qui m’a laissée sans voix. Les mots de Nastiasia Rugani sont d’une telle poésie ; ils font naître des images à la fois neuves et anciennes.

Milly Vodović, c’est le récit complexe et enivrant d’une enfant qui ne veut pas grandir ; « Pour Milly, grandir est une abomination. Quitter l’enfance est impensable parce que c’est le lieu de tous les bonheurs : la liberté d’être qui l’on souhaite, de rêver fort et fou, de parler aux animaux, et d’être asexué. » [Nastasia Rugani]

Un récit beau et douloureux, aux accents prononcés de réalisme magique où la fiction et la réalité s’entremêlent et se confondent. ❤

***

« Le vieil homme serre les dents et lui accorde un sourire, malgré la Bosnie qui s’étend sur lui comme un linceul. »

« Deux ombres maladroites, deux promesses de bonheur cramponnées l’une à l’autre dans la nuit argentée. »

« Comment font les gens pour porter tous ces gouffres en eux sans jamais devenir fou? »

13 réflexions sur “Nastasia Rugani – Milly Vodović ****

  1. Pingback: Nastasia Rugani – Tous les héros s’appellent Phénix **** | Livres de Folavril

Répondre à Folavril Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s