Joël Dicker – Le Livre des Baltimore **

510U+mI2-LL._SX210_

Éditeur : De Fallois – Date de parution : février 2017 – 592 pages

*

Dans Le Livre des Baltimore, nous retrouvons Marcus, l’écrivain-narrateur de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, ce petit pavé que j’avais dévoré avec délice. Marcus nous raconte ici le Drame qui a touché le Gang des Goldman – le gang qu’il formait avec ses cousins Hillel et Woody, passant tous leurs étés – inoubliables – ensemble dans les Hamptons. Nous sommes dans les années 90, l’âge d’or de leur enfance, puis de leur adolescence. Marcus et ses parents sont les Goldman de Montclair, une famille très modeste de la classe moyenne ; Tante Anita, Oncle Saul, Hillel et Woody sont les Goldman de Baltimore, le côté aisé de la famille.

En avril 2012, Marcus retourne dans la maison de son oncle Saul pour y mettre de l’ordre – deux ans après sa mort, son souvenir demeure vivace. Retrouvant Alexandra, son amour de jeunesse, Marcus ne peut s’empêcher de rappeler à lui le passé…

Mon avis sur ce roman est un peu mitigé. Je n’ai pas retrouvé le souffle qui m’avait emportée dans La Vérité sur l’affaire Harry Quebert. En effet, certains passages m’ont paru assez surfaits, un peu trop « romanesques » pour que j’y adhère vraiment – l’auteur en fait parfois trop et j’ai eu du mal à me laisser prendre au jeu.

Et pourtant je ne peux que reconnaître le talent de Joël Dicker pour raconter une histoire. C’est un roman qui se lit à toute allure, non sans plaisir. L’auteur distille un humour très plaisant, ce qui permet au roman de ne jamais sombrer dans la noirceur ou le mélodrame. Je me suis donc laissée emporter par cette plume talentueuse, mais le Drame tant attendu ne m’a pas bluffé, ni pris aux tripes… Je n’ai pas été transcendée comme j’aurais aimé l’être.

« Dans les livres, ceux qui ne sont plus se retrouvent et s’étreignent. »

Publicités

16 réflexions sur “Joël Dicker – Le Livre des Baltimore **

  1. C’est vrai qu’il a le don de nous faire tellement rentrer dans l’histoire qu’on ne lâche plus ce pavé ensuite. Par contre j’ai préféré Le livre des Baltimore à Harry Quebert, je trouve que le deuxième roman est plus mature dans son écriture.

    Aimé par 1 personne

  2. Comme toi j’ai de loin préféré Harry Québert, bien que les deux soient nettement différents. Je me suis d’ailleurs demandé l’intérêt de reprendre le même personnage principal. J’ai passé un bon moment, ai été émue en lisant le drame, mais n’en garde pas un souvenir impérissable !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s