Lauren Groff – Les Furies ***

51p8aza1rl-_sx195_

Éditeur : L’Olivier – Date de parution : janvier 2017 – 426 pages

*

Nous sommes au début des années 90 sur la côté Est des Etats-Unis. Lors d’une soirée étudiante, Lancelot – alias Lotto – et Mathilde tombent amoureux : c’est le coup de foudre. Ils se marieront deux semaines plus tard. Un couple charismatique, qui fait bien des envieux…

Mathilde, jeune femme solitaire et se contentant de peu d’amis, séduit par sa grâce, sa finesse, sa pureté. Toutes les années qui suivront, elle sera le soutien indéfectible de son mari. Lotto, le fou de théâtre et de Shakespeare, dont on prédit qu’il sera un génie, dont l’adolescence est marquée par le vide laissé par la mort brutale de son père, ses fréquentations douteuses qui obligent sa mère Antoinette à l’envoyer en pension sur la côte Est, quittant sa Floride natale. A l’université, il deviendra « Lotto la Queue », les filles défilant les unes après les autres dans son lit.

Dix ans plus tard, ils sont toujours ensemble. Lotto a fini par devenir un célèbre dramaturge, écrivant pièce après pièce. Un couple en apparence parfait, mais… « Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils, pour la plupart. D’omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n’a jamais menti. Elle s’est contentée de ne pas en parler. »

Avec talent, Lauren Groff nous offre un roman dense et touffu, dans lequel elle dissèque le couple sous toutes les coutures ; en deux parties, nous avons le point de vue du mari, puis celui de la femme. Les fissures de l’idyllique tableau marital se révèlent alors, le voile se levant sur des vérités insoupçonnées…

Un roman qui se dévore peu à peu avec une fascination grandissante. Les chapitres se succèdent, incorporant des extraits des pièces écrites par Lotto et un narrateur qui signale sa présence entre crochets. Une écriture parfois presque scénique, théâtrale, finement ciselée.

Une fresque admirablement bien maîtrisée sur l’amour, le couple, les apparences et leur trompeuse vérité.

Un grand merci aux éditions de l’Olivier pour cette lecture !

***

« Crépuscule. Maison dans les dunes, comme un escargot de mer rejeté par les flots. Des pélicans, tête baissée contre le vent. Une tortue gaufrée sous les palmiers nains. »

« Elle but beaucoup de vin puis s’endormit, et elle se réveilla au milieu de la nuit, dans un lit froid où son mari ne se trouvait pas. Et c’est ainsi que, avec une véritable amertume existentielle, elle sut qu’il ne l’avait jamais comprise. »

Publicités

18 réflexions sur “Lauren Groff – Les Furies ***

    • Oui, si ce n’est pas ta tasse de thé, ça ne vaut pas le coup que tu lises ce roman alors! Par contre, cette auteure vaut le détour, je te conseille Les Monstres de Templeton, si tu ne l’as pas lu 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s