Bilan littéraire – Année 2016

Ça y est, l’année 2016 touche à sa fin, c’est l’heure des bilans… Notant mes lectures depuis des années dans un carnet, je me rends compte que j’ai lu un peu plus que l’année passée. 132 livres et 6 BD ! Une année riche en belles lectures, venues de tous horizons. J’ai lu davantage de BD que les années passées, et surtout la littérature jeunesse s’est invitée dans ma bibliothèque et ma PAL, pour mon plus grand plaisir.

 Si je ne devais retenir que 10 lectures qui m’ont profondément marquée cette année…

 

j-ai-toujours-ton-cur-avec-moi-672x1024    couverture-roman-celeste-ng-tout-jamais-dit   Les-Oreilles-de-Buster   téhéran   la voleuse de livres   dorian gray   img_8203   la-terre-qui-penche   9782709649834-X_0   9782021313659_1_75   Idée-ridicule-de-ne-plus-jamais-te-revoir-HD

*

Pour les BD, je retiendrais ces 3 pépites :

IMG_9399   rosalieblum2_25062008_205259   235131_c

*

C’est l’heure également de faire le bilan d’un challenge commencé il y a tout juste un an : Les 100 livres à avoir lu une fois dans sa vie ! Sur les 100 livres de la liste, j’en avais 71 à lire dans l’année, le challenge était costaud… Finalement, je n’en ai lu que 10, ce qui revient à même pas une lecture par mois, pas très sérieux, mais ce challenge a quand même eu le mérite de me faire découvrir de belles œuvres et des classiques trop longtemps laissés de côté : L’insoutenable légèreté de l’être, Le Portrait de Dorian Gray ou encore Des Fleurs pour Algernon… ❤

Les 100 livres

***

Sur ce, je vous souhaite à tous un beau réveillon et une très belle année, riche de littérature du monde entier, de découvertes, qu’elles soient livresques, musicales, cinéphiles, artistiques… Je vous souhaite le réconfort des livres, et la douceur de vivre, surtout.

Dylan Landis – D’extase et d’amour féroce **

9782259241373

Éditeur : Plon – Date de parution : août 2016 – 248 pages

*

Nous sommes dans les année 70 à New-York, Greenwich Village. Rainey Royal a seize ans, elle passe son temps avec sa meilleure amie Tina. Ensemble, elles aiment aguicher leurs professeurs masculins, jouer le jeu de la séduction. Rainey n’a pas une vie très équilibrée pour une adolescente de son âge : sa mère a déserté la maison depuis un an pour vivre dans un ashram, son père Howard est musicien de jazz et passe son temps à inviter des musiciens qui squattent leur maison de jour comme de nuit. Gordy, le meilleur ami de son père, a pris l’habitude de border Rainey chaque soir et de lui caresser les cheveux de façon très ambiguë.

Rainey se comporte comme une garce, et elle aime ça. Avec Tina, elles harcèlent leurs camarades de classe, ou les gens dans la rue, pour les voler. La jeune femme aime également passer des heures au musée pour reproduire les œuvres qu’elle admire et qui la fascinent. Son cœur penche entre son admiration pour la vie de sainte Catherine de Bologne et son goût prononcé pour la séduction. On suit la jeune femme et ses amies jusqu’à leur vingt-cinq ans, et le roman prend la forme de chroniques d’une jeunesse.

Une lecture qui ne m’a pas convaincue… ça se laisse lire, mais je n’ai pas su où l’histoire nous amenait, où l’auteure voulait en venir. Je suis restée extérieure, n’éprouvant aucune empathie pour ces adolescentes. C’est un roman qui met sensiblement mal à l’aise et qui m’a un peu déçue ; j’en avais entendu d’excellentes et enthousiastes critiques, je m’attendais donc à autre chose. Même si, par moments, j’ai aimé l’ambiance, il m’a manqué quelque chose pour apprécier ma lecture.

***

« Rainey aime les motifs, elle aime les kaléidoscopes, elle aime les ailes de papillons qui dessinent des mandalas et que l’on place sous verre, et elle aime les rosaces dans les cathédrales, tous les éléments de la nature et de l’homme qui s’imbriquent et forment un système à part entière. »