1 an déjà… *Concours* [Clos !]

jeu

Hé oui, mon p’tit blog existe déjà depuis 1 an… Je suis toute émue en repensant à sa création, juste après avoir sué sang et eau pour être reçue au CAPES…! Je m’étais dis à l’époque : libération, je peux enfin lire tout ce que je veux, finies les études, bonjour nouvelle vie professionnelle.

Mon premier billet de lecture était bien court, il portait sur un de mes romans fétiches… Sur la Route, de Jack Kerouac. J’ai fait mes premiers pas sur la blogosphère, j’ai eu mes premiers abonnés, mes premiers commentaires et je suis partie à la rencontre des autres blogueurs & lecteurs. Une belle aventure que je ne regrette pas !

Depuis le 7 juillet 2015, c’est 162 billets publiés, 177 abonnés, plus de 3000 visiteurs & presque 10000 visites. A vous tous qui passez ici tous les jours ou de temps en temps, un grand MERCI ! Je prends chaque jour davantage de plaisir à partager mes lectures avec vous, à échanger sur la littérature et à découvrir de nouveaux titres, de nouveaux auteurs grâce à vous. Depuis 1 an, je dois dire également que ma PAL a triplé de volume 😀

***

Mais trêve d’émotions & de bavardages, venons-en au principal : je vous propose un petit concours pour fêter tout ça. Avec trois lots que j’ai concoctés avec amour :

Lot n°1 : Le Palanquin des larmes

Lot1

*

Lot n°2 : #Bleue

Lot2

*

Lot n°3 : Un ciel rouge, le matin

Lot3

Pour les deux derniers lots, vous pouvez retrouver mes chroniques de lectures en cliquant sur le titre du lot ! Le premier titre a été lu avant l’existence de mon blog 🙂

Pour participer, pas besoin forcément d’être blogueur, il vous suffit juste de :

  • Partager le concours sur l’un de vos compte : Facebook ou Twitter, ou simplement sur WordPress
  • & me dire en commentaire pour quel lot vous participez (notez bien le numéro et l’intitulé du lot) + m’indiquer le lien de votre partage !!

Et si vous souhaitez gagner quelques chances supplémentaires, vous pouvez (ce n’est donc pas une obligation) suivre ma page Facebook (+1) suivre mon compte Twitter (+1) suivre mon compte Instagram (+1)

Le concours se tiendra du jeudi 7 juillet au dimanche 17 juillet à minuit. Les résultats seront annoncés sur le blog et les réseaux sociaux le lundi 18 juillet à la première heure ! Les 3 gagnants devront me contacter par mail dans les plus brefs délais, afin de me communiquer leurs coordonnées postales. Ils ont 15 jours pour se manifester. Attention : Concours limité à l’Union Européenne.

Je vous souhaite bonne chance à tous !

Neal Cassady – Un truc très beau qui contient tout ***

un-truc-tres-beau-qui-contient-tout-653595

Éditeur : Points – Date de parution : 2015 – 385 pages

*

Pour notre 4ème Lecture Commune avec Claire du blog La tête en Claire, nous avons décidé de nous attaquer à ce recueil de lettres Beatnik !! C’est une lecture commune qui a pris son temps, chacune dévorant le bouquin à son rythme 😉 Pour lire sa chronique, c’est par ici.

J’ai découvert Sur la route de Jack Kerouac sous la forme du rouleau original il y a quatre ans et je ne m’en suis pas remise. On y rencontrait un personnage central et fascinant : Neal Cassady, l’acolyte de Kerouac, gamin frénétique et fou. Avec Un truc très beau qui contient tout, on découvre sa correspondance avec les écrivains et personnalités de ce qu’on appellera plus tard la Beat Generation : Allen Ginsberg, Jack Kerouac, William Burroughs… Ce sont ses lettres qui ont inspiré Kerouac dans l’écriture de son célèbre roman.

Le recueil de lettres – de 1944 à 1950 – est très habilement agencé : alternance d’explications biographiques et de lettres. Les lettres sont ainsi contextualisées grâce aux éléments biographiques. En 1944, Neal a dix-neuf ans. Trois ans plus tard, il rencontre Kerouac et Ginsberg.

Les mots de Neal se dévorent et j’ai vite retrouvé l’effervescence de Sur la route. On reconnaît le tempérament de feu de Neal, sa frénésie et son urgence de vivre, à travers une écriture tout à fait hypnotique. Oscillant entre les divagations d’un homme sous l’emprise de diverses substances et une maîtrise incroyable de l’écriture, les lettres sont empreintes de folie.

Parfois brèves, mais souvent très longues, interminables, Neal y parle d’écriture et des difficultés qu’il rencontre. Il saute souvent du coq à l’âne, sous le coup de l’alcool, de la benzédrine, parle d’une chose puis en évoque une autre. Il disserte pendant des pages et des pages sur la littérature, la poésie, parle énormément de musique, de jazz… Il a soif de culture et d’art, sous toutes ses formes : théâtre, concerts, musées, il s’en nourrit.

Dans une de ses missives à Allen Ginsberg,  Neal Cassady avouera n’obéir qu’à ce qui le gouverne : l’émotion pure. On sent une urgence dans chacune de ses lettres. Neal est un homme à la fois attachant, fascinant et énervant dans sa désinvolture notamment vis à vis des autres.

Dans certaines lettres, Neal raconte ses hallucinations, il se plaît également à décortiquer ce qu’il ressent, à analyser son comportement. Il dit parfois des trucs complètement aberrants.

En lisant ces lettres, je me suis souvenue de ma lecture de Sur la route, et certains passages du film réalisé par Walter Salles me sont aussi revenus en mémoire. J’ai ressenti exactement la même euphorie qu’en lisant Sur la route. Le même coup de cœur pour cette bande de fous, qui ne tenaient pas en place. J’ai dévoré ces lettres, en immersion totale.

***

« Si malgré tout je considère l’écriture comme indispensable (comme c’est apparemment ton cas), alors je sais que je dois construire ma vie autour de cette nécessité ; même mes heures les plus quelconques, les plus triviales, doivent devenir l’expression de cette impulsion et en témoigner. »

« C’est tellement beau ce que tu m’écris, ça me touche & je deviens sentimental & j’en ai rien à foutre parce que je sais que tu sais & donc je m’autorise à écrire seulement des trucs dépassés d’une façon dépassée & rapidement je deviens si abstrait & j’essaie tellement de contrecarrer ça par des pensées simples, répétitives & paresseuses, que mes lettres sont des foutaises ou des ormeaux ; si elles sont pas des espadons jouant à saute-mouton avec des marlins dans ton complètement contradictoireclodofauchantunsteackcuitdelaveille. »