David Foenkinos – Le Mystère Henri Pick ***

henri pick

Éditeur : Gallimard – Date de parution : avril 2016 – 285 pages

*

Crozon, Bretagne. Jean-Michel Gourvec est bibliothécaire. Dans les années 90, il a l’idée insolite de consacrer une partie des étagères aux livres refusés… Il reçoit ainsi toutes sortes de manuscrits qui ont été refusés par les éditeurs et les entrepose dans son sanctuaire. Il embauche Magali pour l’aider dans la gestion de la bibliothèque. À sa mort, la jeune femme reprend le flambeau.

Delphine Despero est éditrice chez Grasset. Alors qu’elle est en vacances chez ses parents en Bretagne, elle entend parler de ce curieux projet de bibliothèque et décide d’aller y jeter un œil. Dans les rayons, elle déniche un chef d’oeuvreLes Dernières heures d’une histoire d’amour. Elle en est persuadée, ce roman écrit par un certain Henri Pick, qui mêle la fin d’une passion amoureuse et l’agonie de Pouchkine, va faire un tabac ! Fascinés et intrigués, Delphine et son petit ami Frédéric, écrivain de l’échec commercial La Baignoire, découvrent que Henri Pick était pizzaïolo, qu’il ne lisait, selon sa femme, rien d’autre que le magazine tv, qu’il parlait & souriait rarement.

Ce mystérieux roman provoque un engouement sans précédent. Tout le monde se l’arrache. Et peu à peu, ce livre va avoir des conséquences sur le destin de certaines personnes. Notamment celui de Jean-Michel Rouche, critique littéraire déchu mais obstiné, qui ne croit absolument pas à la version officielle… Et qui décide de mener sa propre enquête.

J’ai aimé les anecdotes sur le monde littéraire, les écrivains… Et cette idée de bibliothèque de livres refusés est tellement séduisante. Au détour des pages, nous croisons des auteurs et personnalités littéraires dont François Busnel et sa Grande Librairie. Le roman développe des réflexions sur le lecteur, l’auteur, mais aussi sur le monde de l’édition, ce qui plaira aux bibliophiles & bibliovores en tous genres…

Un roman où l’enquête littéraire se mêle aux multiples intrigues amoureuses, truffé de références littéraires, d’humour et qu’on lit avec délectation. La sortie du livre de Henri Pick va en effet bouleverser les relations des unes et des uns et faire valser les cœurs : Magali la bibliothécaire, Joséphine, la fille de Henri Pick dont l’ex-mari resurgit, Delphine l’éditrice qui vit avec l’auteur de La Baignoire.

David Foenkinos a l’art de raconter des choses ordinaires de façon géniale et il faut dire qu’il décrit l’amour comme personne, avec une plume toujours aussi délicieuse et légère.

***

« Les lecteurs se retrouvent toujours d’une manière ou d’une autre dans un livre. Lire est une excitation totalement égotique. On cherche inconsciemment ce qui nous parle. »

« A mon avis, il faut se méfier de tous ceux qui aiment les livres. »

« La vie possède une dimension intérieure, avec des histoires qui n’ont pas d’incarnation dans la réalité mais qui pourtant sont vécues. »