Tag #7 – Qui a peur du grand méchant livre ?

num_leor_1

Un p’tit tag, ça faisait longtemps… Merci à Petite Plume de m’avoir taguée 🙂 Et désolée pour le temps que j’ai mis à y répondre. Au passage, n’hésitez pas à visiter son blog, il vaut le coup d’œil !

Le principe de ce Tag est original : il consiste à mettre en avant ces pavés qui font l’effroi des lecteurs…! Il faut donc citer 5 gros livres – dépassant les 600 pages – dans lesquels on a peur de se lancer et 5 petits livres – moins de 200 pages – que l’on a beaucoup aimé.

*

5 gros livres qui me font peur

Blonde, Joyce Carol Oates

blonde

Et on commence par un sacré pavé de la littérature contemporaine, qui me fait de l’œil depuis un moment. Un pavé qui nous propose une immersion intime dans la peau d’une figure de femme des plus fascinantes, Marilyn Monroe. J’aime beaucoup les romans de Joyce Carol Oates, auteur tellement prolifique… D’elle, j’ai aimé Nulle et Grande gueule, Marya, une vie, Fille noire fille blanche… Et le sublime Johnny Blues.

Anna Karénine, Léon Tolstoï

pavé1

J’avais vu l’adaptation cinématographique il y a quelques années, et ça m’avait donné envie de lire l’oeuvre de Tolstoï. D’autant plus que ce petit chef d’oeuvre fait partie du challenge des 100 livres… Je l’ai un peu abandonné en ce moment ce challenge d’ailleurs, oups.

Le Trône de Fer, L’Intégral 1, George R.R. Martin

Le_Trone_de_fer_L_Integrale_tome_1

Il m’attend sagement dans ma PAL depuis un moment maintenant… Je regarde avec délectation la série chaque année, il serait temps que je me plonge dans la saga littéraire, il paraît que c’est encore mieux ! Mais j’avoue que l’imposant pavé m’impressionne…

Visions de Cody, Jack Kerouac

CVT_Visions-de-Cody_6687

Un joli petit pavé, qui m’attend aussi dans ma PAL, aux côtés d’autres romans de Kerouac ! J’avais été prise d’une frénésie Beat generation après ma lecture de Sur la route, qui m’avait littéralement conquise. Cody n’est qu’un autre visage de Neal Cassady, son éternel acolyte. Je me réserve cette suite pour les prochaines vacances – moment idéal pour lire des pavés.

Voyage au bout de la nuit, Céline

51BPQgq5-6L._SX302_BO1,204,203,200_

Ce classique fait également partie du challenge des 100 livres, il me faudra donc le lire sous peu… Mais là encore, j’appréhende un peu sa lecture et en même temps, ce livre me fascine et m’attire.

*

5 petits livres qui me ravissent

Jackie, Kelly Dowland

Jackie-e1432585140743

Un petit livre, qui se dévore en quelques heures à peine… « Si la grand-mère centenaire de Kelly Dowland n’était pas tombée malade, cette exubérante trentenaire blonde, joueuse de tuba dans un orchestre symphonique, ne se serait probablement pas mise à écrire. » Je garde le souvenir d’une lecture étonnamment drôle, malgré le sujet. C’est une ode à la vie, à toutes ces petites joies quotidiennes. Un coup de cœur, que je relirais bien.

Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

hemingway

Un classique contemporain que j’ai lu tardivement… Et qui m’a ravie. Une lecture puissante, dont on ne ressort pas indemne. Il ne s’agit pas du simple combat d’un homme contre un poisson immense.

Le Chasseur, Julia Leigh

9782757819463FS

Julia Leigh est une romancière que j’ai découverte avec son superbe roman Ailleurs, un petit format aussi! Le chasseur, c’est l’histoire d’un homme qui a été missionné pour tuer et ramener le dernier spécimen du tigre de Tasmanie. Un roman envoûtant, animal.

Une parfaite journée parfaite, Martin Page

CVT_Une-parfaite-journee-parfaite_4260

Je suis une inconditionnelle de Martin Page. Ce très court roman est tout simplement jubilatoire et tordant ! Attention, c’est un humour très noir, il peut ne pas plaire à tout le monde. Il m’a cependant conquise. C’est l’histoire de la journée d’un homme, dont la principale occupation est de se suicider, du matin au soir. Dans la rue, à son travail, dans l’ascenseur… Un drôle de conte contemporain, délicieusement cruel. Un roman qui rappelle le film avec Bill Murray, Un jour sans fin.

Métaphysique des tubes, Amélie Nothomb

Couverture-Metaphysique-Des-Tubes-Amelie-Nothomb

Les romans d’Amélie Nothomb sont généralement tous très courts ; j’avoue apprécier de moins en moins ses derniers romans, je les oublie dès leur lecture terminée. Par contre, je garde un souvenir incroyablement marquant de cette Métaphysique des tubes, que j’avais trouvé grandiose et dont j’avais beaucoup aimé la folie douce qui s’en échappait.

***

Voilà, et les heureux nominés sont… Marcelpois, La Tête en Claire, Nuée de pétales et Valentine Pumpkins 😀

Frank Lyman Baum – Le Magicien d’Oz **

oz

 

Éditeur : Pocket – Date de parution : 2013 [1900] – 176 pages

*

C’est l’héroïne de Solomonica de Winter, Blue, qui m’a donné envie de lire ce petit livre pour la jeunesse, dont j’ai toujours entendu parler, sans jamais l’avoir lu… C’est un livre qui l’obsède, qu’elle lit et relit et qui lui sert de refuge contre le monde extérieur. J’aime quand la lecture de livres nous amène à en lire d’autres, ces ponts d’un livre à un autre.

Dorothy vit dans une ferme du Kansas avec oncle Henry et tante Em, et passe ses journées à jouer avec son petit chien Toto… Jusqu’à ce qu’un cyclone soulève la maison et l’emporte dans un curieux pays, où tout est beau et luxuriant… Pour avoir une chance de rentrer chez elle, Dorothy doit se rendre à la Cité d’Émeraude – qui est si éclatante que ses habitants doivent chausser des lunettes aux verres verts pour se protéger les mirettes – où vit le magicien d’Oz, qui semble être autant craint qu’admiré. Pour se rendre là-bas, elle doit traverser des contrées rudes et dangereuses. Elle fera de belles et curieuses rencontres : l’Épouvantail, le Bûcheron de Fer-blanc, le Lion Froussard…

Un livre aux personnages attachants, dont le parcours de l’héroïne m’a rappelé celui d’Alice aux pays des merveilles. Mais c’est une histoire à laquelle il manque un certain grain de folie, et que j’oublierai relativement vite… Dans le genre, j’ai préféré l’univers de Lewis Carroll.

***

« Moi, je préfère un cœur, répliqua le Bûcheron de Fer-blanc, parce qu’un cerveau n’a jamais rendu personne heureux, et le bonheur est la meilleure chose au monde. »