Henning Mankell – L’œil du léopard ***

l'oeil du leopard

 

Éditeur : Points – Date de parution : 2013 – 353 pages

*

Hans Olofson est en pleine crise de paludisme lorsque l’on fait sa connaissance. Entre hallucinations angoissées et flash-back, nous sommes habilement transportés dans ses souvenirs d’enfance et sa découverte de l’Afrique. Son père est un ancien marin, qui a fait naufrage dans les forêts suédoises et est devenu alcoolique ; quant à sa mère, elle s’est enfuit à sa naissance, il ne l’a jamais connue.

C’est à la fin des années 60 qu’il prend la décision de partir en Afrique, et plus précisément à Mutshatsha, en Zambie, sur les traces d’un missionnaire suédois. C’est une sorte d’hommage à la femme qu’il aime, car il se sent responsable de sa mort. Et c’est le cœur emplit de questions qu’il débarque en Afrique. Quel rêve obscur poursuit-il ? Que cherche-t-il depuis presque vint-ans sur le sol africain ?

Henning Mankell nous offre une plongée au cœur d’une Afrique nébuleuse, superstitieuse, où règne la misère et où la confrontation entre les Blancs et les Noirs se déroule insidieusement.

C’est un roman tout simplement magnifique, écrit dans une langue poétique et soyeuse. Peu à peu, l’auteur fait naître une atmosphère angoissante, ou se tapit la tension.

Les mots ont une telle force, on est complètement hypnotisé par le récit. On se glisse dans la peau du personnage, dont nous connaissons les moindres pensées ; le récit alterne le « il » impersonnel et le « je » de l’introspection avec fluidité. C’est comme si nous étions nous-même en Zambie, devenant insomniaque, écoutant les hippopotames soupirer au cœur de la nuit moite, à l’affût du moindre danger.

***

« Et c’était là, dans cette douce soirée d’été, caché derrière un vieux four en attendant que ses copains le trouvent, qu’il s’était demandé pour la première fois pourquoi il était lui et pas quelqu’un d’autre. L’idée l’avait à la fois excité et bouleversé. Comme si un inconnu s’était introduit dans sa tête et lui avait chuchoté le mot de passe qui permettait d’accéder à l’avenir. Toutes ses réflexions, l’idée même de réfléchir, venaient de cet inconnu qui lui délivrait son message dans sa tête avant de disparaître. »

« Devenir adulte, c’est peut-être se rendre compte de sa solitude, pense-t-il. »

« J’emporterai l’Afrique au fond de moi. Le son des percussions qui retentissent au loin dans la nuit. Le ciel étoilé à la clarté incomparable. la variation des paysages au dix-septième degré de latitude. »

Publicités

15 réflexions sur “Henning Mankell – L’œil du léopard ***

    • Aaaah il faut absolument que tu découvres cet auteur, je suis sûre que son univers te plairait. Il a écrit beaucoup de polars, j’en ai lu très peu. J’ai surtout lu ses romans. Et je te conseillerais de commencer par Les Chaussures italiennes, un coup de cœur pour moi. Profondeurs et Tea-Bag sont très bien aussi.

      J'aime

    • Je ne l’ai pas lu, mais j’avais entendu de moins bonnes critiques. J’ai surtout lu ses romans. Je te conseille Tea-Bag ou Les chaussures italiennes, ils sont géniaux, la psychologie des personnages est tellement travaillée. Et au niveau des polars, il y a la série des Wallander, qu’il faut absolument que je lise!

      J'aime

    • Oui! et on retrouve quand même une touche de roman policier dans l’intrigue, avec un certain suspens, une certaine tension. Tu as lu la série des Wallander ? Il faut vraiment que je m’y mette…

      J'aime

  1. Pingback: Bilan du mois de janvier | Livres de Folavril

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s