Paolo Giordano – Les humeurs insolubles **

paolo

Éditeur : Seuil – Date de parution : octobre 2015 – 136 pages

*

Ce court roman italien débute par l’annonce de la mort de Madame A. Elle était la servante au grand cœur, elle a élevé le petit Emanuele et materné ses parents pendant des années avant de tomber malade. Le récit alterne le présent de l’annonce et le passé, les souvenirs des moments passés auprès de Madame A., jusqu’à sa mort. A travers le récit de la vie de cette femme différente des autres et terriblement dévouée, se dessine l’histoire d’un couple.

De Paolo Giordano, j’avais bien aimé La solitude des nombres premiers. Mais j’avoue avoir été déçue par cette seconde lecture, qui m’a procuré par moment un ennui profond… L’écriture reste belle, mais il m’a clairement manqué quelque chose pour m’attacher aux personnages qui demeurent sans épaisseur, et me sentir vraiment touchée par l’intrigue. Dans les dernières pages, il y a comme un soubresaut, et les mots de la fin m’ont plu.

***

« Il existe des aventures dont l’épilogue est écrit dès le début. Y a-t-il quelqu’un, madame A. incluse, pour penser qu’il en irait autrement ? »

Livre lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire!

Voilà j’ai atteint mon objectif des 1% !! Mais j’ai d’autres lectures de la rentrée littéraire qui sont prévues, donc le fameux Delphine de Vigan… 😀 Je le laisse encore un peu mijoter…

6/6

challenge rl jeunesse

Publicités

8 réflexions sur “Paolo Giordano – Les humeurs insolubles **

  1. Paolo Giordano est un auteur que j’aime beaucoup. Ces deux premiers romans, La Solitude des nombres premiers et Le Corps humain, étaient extrêmement bien écrits. Pour son dernier opus, bien que la qualité d’écriture soit au rendez-vous, il y a toutefois un petit quelque chose que je qualifierais d’inachevé.
    Comme indiqué au début de l’ouvrage, il s’agit d’une histoire vraie, vécue par l’auteur et il emploie sa plume pour rendre hommage à cette personne décédée qu’il surnomme madame A. : c’est purement un ouvrage où l’auteur effectue pour lui-même une catharsis. Mais il oublie le lecteur en route et ce dernier ne rentre pas complètement dans l’histoire qui, toutefois, est magnifiquement écrite. J’avais moi aussi eu envie d’en faire la chronique sur mon blog mais lorsque j’avais ouvert ma page Word, j’ai réalisé que je n’avais pas grand chose à dire de l’ouvrage. Dommage car je suis sûr que ce roman aurait pu être bon. (Mais il n’en reste pas moins que je me jetterais sur son prochain livre)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s