Arnaud Dudek – Les Fuyants ***

les fuyants

Éditeur : Pocket – Date de parution : août 2015 – 123 pages

4ème de couverture : « Ils ont la fuite chevillée au corps, le sens de l’esquive comme un instinct de survie. Il leur arrive de délaisser leur famille, sac au dos et clope au bec. Jacob a fini par prendre une échappatoire, qui ne mène nulle part. David, son fils, en trouvera une plus radicale, au fond d’une bouteille d’insecticide. Reste Joseph, le petit-fils, qui grandit sans père et avec un oncle qui pratique la marche à pied et l’art de la tangente. mais quelles que soient les trajectoires que l’on prend, les routes finissent toujours pas se croiser. »

***

Ce court roman met en scène des hommes, tous membres d’une même famille, qui ont un point en commun : l’art de la fuite… Jacob, le grand-père, quitte femme et enfant, se sentant emprisonné dans un mariage qui lui était étranger. Son fils, David, quitte sa propre famille en avalant une bouteille d’insecticide… L’oncle Simon, de son côté, semble en proie à la crise de la trentaine. Quant à Joseph, le petit-fils, il grandit sans père, en manque de repère…

Je me suis tout de suite sentie bien en lisant ce livre. Le ton est léger, l’humour est au rendez-vous, juste ce qu’il faut, et on se surprend à sourire en tournant les pages. D’un chapitre à l’autre, d’un personnage à l’autre, il y a cet effet de transition opéré avec ingéniosité : la dernière phrase ou le dernier mot d’un chapitre fait écho au début du chapitre suivant… C’est l’histoire d’un père qui se décide à retrouver son fils; d’un fils qui cherche à en savoir plus sur la mort de son père… Le récit se déroule avec fluidité. Malgré l’humour et la légèreté, la gravité pointe le bout de son nez.

Un joli roman, sans prétention, empreint de douceur, à mettre entre toutes les mains!

Merci à Cathulu pour l’idée lecture 🙂