John Updike – Brésil ***

51TY9Y400KL._SX284_BO1,204,203,200_

Éditeur : Points – Date de parution : 1997 – 327 pages

4ème de couverture : « A la fin des années soixante, Tristão, jeune noir des favelas de Rio, rencontre Isabel, jeune blanche de la riche bourgeoisie, sur la plage de Copacabana. leurs amours contrariées par la malédiction d’une mère et l’acharnement implacable d’un père puissant les entraînent toujours plus loin, jusqu’aux confins inexplorés du Mato Grosso. Ils connaîtront la pauvreté, la faim, la violence, la captivité, et de leurs épreuves ils sortiront changés. Pourtant, malgré le doute et les infidélités, ils garderont intacte leur foi en l’amour, la certitude que chacun est, pour l’autre, son destin. »

***

En commençant ce roman, j’ai pensé à La Salamandre, de Jean-Christophe Rufin… Seulement parce qu’il se passe aussi au Brésil, mais c’est en fait leur seul point commun. A la fin des années 60, Tristão, rencontre Isabel, sur la plage de Copacabana. Il en tombe tout de suite amoureux et l’aborde en lui offrant une bague volée.

Tout les sépare : Isabel, petite bourgeoise blonde à la peau claire et aux yeux bleus, est issue d’une famille richissime et Tristão est un jeune Noir des favelas ; l’endroit où il vit se résume à un réduit de quelques mètres carrés que se partagent les huit membres de sa famille. Malgré les innombrables obstacles, les deux jeunes amants feront tout pour rester ensemble, puis se retrouver après l’éloignement imposé par leurs familles respectives.

On se retrouve plongé au cœur du Brésil, admirablement bien décrit et raconté par John Updike. Sur la plage de Copacabana, dans les favelas de Rio, au cœur de la fourmilière de São Paulo ou de Brasilia… Les deux amants vivent un temps à Serra do Buraco, ville minière agitée par la fièvre de l’or ; plus tard, ils se retrouvent en fuite dans les entrailles du Mato Grosso là où « l’homme retrouvait son humble place dans le bouillonnement de la lutte pour la vie, cet océan de protéines affamées, cet écumant délire prédateur… »

C’est un roman dense, sans concession, qui explore tour à tour les thèmes du couple, de l’amour, des Noirs issus des favelas, de l’esclavagisme, des Indiens du Mato Grosso, leur condition, sans oublier la vague communiste qui déferle sur le pays… Dans une langue tout à la fois poétique et brutale, incisive, l’auteur nous conte l’histoire – sur une vingtaine d’années – d’un amour peu commun, sauvage, qui décide de vivre envers et contre tout, et à travers lui, l’histoire d’un pays aux multiples facettes.

Au début un peu distante, je me suis vite attachée aux deux personnages : on les suit dans leur évolution, leur fuite, leurs nombreuses remises en questions, et dans leur lutte incessante pour vivre… « La vie nous vole de nous-mêmes, morceau par morceau. Et ce qu’il en reste est quelqu’un d’autre. » C’est pour moi une très belle lecture qui m’a transportée ailleurs et a fait germé en moi une multitude d’émotions et de réflexions.

***

« En pleine nuit, vues du ciel, les lumières de Brasilia dessinent sur la vaste ardoise du Brésil intérieur un avion aux grandes ailes courbes. La ville semble flotter dans le vide, telle une constellation, avant de s’incliner pour prendre son envol alors que vous gardez la même position dans l’espace. »

« L’enfance est triste, tenta-t-elle, quand on veut nous rendre impatients d’être adultes. »

« Nous changeons de peau, dans la vie, pour continuer à vivre. »

« Pourquoi le monde serait-il aussi complexe si c’était en vain ? Pense au soin que suppose l’organisation du plus petit insecte, de la moindre graine ! Tu dis que tu m’aimes, alors tu dois aimer la vie. La vie est un don pour lequel nous devons donner quelque chose en échange. Tu es mon destin et je suis le tien. Si nous nous laissons mourir sans lutter, nous n’accomplirons jamais notre destinée. »

« Comme ils avaient peu de nourriture, l’amour devint leur nourriture. Comme ils étaient perdus, leur corps devint leur destination mutuelle, leur unique refuge. »

Publicités

10 réflexions sur “John Updike – Brésil ***

  1. Bonjour Mademoiselle « Folalivre »,

    Je me permets de vous écrire car je suis un (nouvel) auteur indépendant (hé, oui encore un !) et en toute franchise, je « galère » pas mal pour trouver ne serait-ce qu’une seule paire d’yeux pour se poser sur mes écrits. Noyés sous la masse, mes livres étouffent et je recherche donc activement de petites bouteilles d’oxygène sympathiques et bienveillantes afin de les faire remonter à la surface.
    Bon, je me rends compte maintenant qu’être comparé à une bouteille d’oxygène n’est pas forcément la meilleure entrée en matière qui soit pour faire connaissance, mais en cette fin de semaine, je n’ai pas mieux. Désolé. 

    Je suis bien conscient que vous devez être fortement sollicitée, et ce, par de nombreux auteurs en quête de reconnaissance et qui pensent tous être les nouveaux Victor Hugo. Ce n’est pas mon cas, je n’ai aucune prétention si ce n’est celle de partager mon imaginaire avec des lecteurs et leur offrir un instant d’évasion.
    Au vu de votre blog et de vos commentaires forts instructifs sur vos lectures, je me permets de vous demander un peu de votre temps (si vous en avez de disponibles) pour lire un ou deux ouvrages que je viens de mettre en ligne. Avoir un retour sur mon travail serait super, surtout venant de quelqu’un qui a l’habitude de lire et de livrer des résumés intéressants.

    A partir de ce week-end (22 août 2015) et ce jusqu’au 25 août, je propose gratuitement 2 de mes 6 nouveaux écrits sur Amazon et je vous invite à les télécharger.

    Il s’agit, pour le premier, d’un petit livre issu d’une collection humoristique composée au total de 4 tomes aux thématiques différentes. Il est intitulé : « Je suis 1 super héros : Le livre pour devenir un héros vraiment super et épater ta grand-mère en la sauvant des griffes du machiavélique professeur “Méouépassémondentié”.
    Le second correspond plus à de la littérature contemporaine classique et se nomme : « Chroniques d’un monde parfait ».

    Voici les liens : http://www.amazon.fr/gp/product/B0136XP7ZU et http://www.amazon.fr/gp/product/B0137AW2RS

    Bien entendu après lecture, libre à vous d’en parler ou non sur votre blog, sur Twitter (vous pouvez me suivre d’ailleurs, moi je suis déjà abonné à votre compte!), ou encore mieux, de laisser un commentaire sur Amazon.
    Néanmoins, une critique, positive ou négative tant qu’elle reste constructive, m’aiderait grandement à progresser.

    Si vous n’avez pas déjà glissé ce mail dans les indésirables, merci infiniment d’avoir pris le temps de lire mon message.

    Bonne lecture, Bon week end et À bientôt j’espère.
    Oliver CATT. : )

    P.S (Petit instant auto-promo…pourquoi, tout le reste avant n’en était pas ? ; ) : je participe actuellement au concours Amazon « Rentrée des Auteurs Indés » avec mon nouveau roman « De crocs et de Sortilèges » donc, si vous aimez les livres fantastiques à mi-chemin entre Harry Potter et Twilight, je vous invite à le découvrir. Malheureusement le règlement m’interdit de le rendre gratuit pour le faire connaître mais si la curiosité vous démange au point de ne pas résister et de vous le procurer, n’hésitez pas à me faire un petit retour dessus.
    Voici le lien au cas où : http://www.amazon.fr/Crocs-Sortil%C3%A8ges-Pourquoi-Oliver-CATT-ebook/dp/B0136JP8P8

    Encore une fois, un grand merci pour votre attention et votre gentillesse.
    Cordialement. Oliver CATT.

    J'aime

  2. Pingback: Je lis… Donc je suis. | Livres de Folavril

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s